Cliquez ici pour revenir à l'accueil... Créer un test
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
4 millions de comptes créés

100% gratuit !
[Avantages]


Comme
2 millions de
personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon d'anglais...
Cliquez ici !




- Accueil
- Aide/Contact
- Accès rapides
- Imprimer
- Lire cet extrait
- Livre d'or
- Nouveautés
- Plan du site
- Presse
- Recommander
- Signaler un bug
- Traduire cet extrait
- Webmasters
- Lien sur votre site




> Publicités :




> Partenaires :
-Jeux gratuits
-Nos autres sites
   


The rain before it falls/Version

Cours gratuits > Forum > Exercices du forum || En bas

[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


The rain before it falls/Version
Message de violet91 posté le 27-11-2016 à 18:18:12 (S | E | F)
Hello dear all , faithful ones who have always worked hard at translating , and faithful readers who constantly pay attention to the excerpts I post, all of you letting me know how you feel about them and appreciate . I shall also welcome warmly any new visitor who would stop here and join the group on this so attractive piece .
Before starting , let me also tell you , friends , I am sorry for not being as regular on the site as I used to be , but life first , family events , important things with them and true unavailabilities . Don't you worry ( impératif emphatique, un peu familier - et n'allez pas croire ...) , though , I haven't forgotten any of you and hope you are all doing well .
Another thing I shall add is 'the piece of cake ' I ' promised last time , is actually quite difficult to find in my favourites ...I have looked for something easy and see ! I have selected this passage rather , once more filled with the emotion and desire to bring it to you , if you don't know the writer yet or on the opposite , perfectly knowing some of you loved the book in the same time as I did . What makes this writing so delightful is its clearness and great sensitiveness . Undoubtedly , it conveys its special charm : very subtle English and such delicate means of expressing intense feelings . You will probably find it really pleasant to read , easier to understand and turn it into French . I must confess I also found this book very useful , because it taught me things I hadn't heard much of . What I warmly recommend here is buying the novel when we have finished working at it . May you really enjoy this well-known writer , a genuine Cantabrigian ( Latin for from Cambridge ), a notable 'alumnus ' , JONATHAN COE !

- --- --

----------------------------------- ' The rain before it falls ' . Version -----------------------------------

[ ...] Do you know , Imogen , about the evacuation of children during the Second World War [...] The biggest upheaval came at the very beginning of the war , when hundreds of thousands of children - more than a million , even - were taken away from their parents by train in the space of a few days . I did not experience that phase , myself . That turned out to be something of a false alarm , and most of those children were back with their families not long after Christmas . And then , in the late summer of 1940 , when the Blitz started , the process began again [....] This time my father knew the threat was real , and something had to be done . But I was one of the lucky ones , having family in the country . [...] Whereas poor Gracie was not so fortunate .

A photograph is a poor thing , really . It can only capture one moment , out of millions of moments in the life of a person or the life of a house . As for these photographs I have in front of me now , the ones I intend to describe to you ...they are of value ...[...] They are the proof that the things I remember - some of the things I remember - really happened [...] But what of the memories for which there are no pictures , no corroboration , no proof ? I'm thinking of that day , not long afterwards , the day the evacuees walked past , the day Gracie left .
Our house was on the route between the school and the railway station , so we were able to watch the whole procession . They came early in the morning, at about nine o' clock . How many children ? Perhaps fifty ( although I'm merely guessing ) led by their teachers . None [...] were wearing school uniform , and all they were carrying their gas masks in one hand , and little suitcases or knapsacks in the other . They also had labels tied around their necks . Gracie was near the front of the procession , walking side by side with another friend of hers , a boy of whom I was wildly jealous , someone she often chose over me in the school playground . [...]
I could not understand why they were looking so happy , because my mother and father had told me what evacuation was all about , and for some reason - even though I was no older than Gracie - the meaning of it had sunk in , and I knew that something terrible was happening , that she really was going to be leaving home that day and nobody knew when she would be coming back .
My mother was standing next to me , perhaps , with her hand on my shoulder , and then something happened , something to do with the fence , which is really why I remember all of this so well . Where I was standing , the fence had a hole in it . A little knothole , and I was exploring this hole with my finger as the children walked by . And then suddenly , I realized that my finger was stuck . A panic took hold of me and for the next few seconds ( it can't have been longer than that , although of course it seemed an eternity ) all I could think of was the horrible prospect that I may be there for ever , that I would never be able to pull my finger free . I pulled at my finger desperately and forgot to look at the children walking by , until my mother shook me by the shoulder to draw my attention to the fact that Gracie was waving at me , and then , I raised my left arm - my free arm - to wave to her , but of course , it was too late . Gracie had gone by and was not looking at me any more . I didn't wonder then , but I wonder now whether she was hurt by the way I ignored her , whether she felt rejected because I didn't wave to her at the beginning of this great adventure . [...]

----- ----Selected from ' The rain before it falls 'by JONATHAN COE Penguin Books. ------

* " The title of this novel comes from a tune by Michael Gibbs . "
*** Si vous n'avez pas le temps de tout traduire , vous pouvez commencer au deuxième alinéa ' A photograph is a poor thing ...'
And I wish you a great time discovering , meeting again , working on such a moving passage ! Once you know this writer , you become one of his faithful followers !

Correction prévue vers le 18 Décembre

-------------------
Modifié par lucile83 le 30-11-2016 22:08


Réponse : The rain before it falls/Version de eos17, postée le 30-11-2016 à 18:52:59 (S | E)
hello dear violet,
Excerpt of ' The rain before it falls' By Jonathan Coe.
' La pluie avant qu'elle tombe'

.. Que sais-tu Imogen de l'évacuation des enfants durant la seconde guerre mondiale …Le plus grand bouleversement eut lieu au tout début de la guerre quand des centaines de milliers d'enfants- plus d'un million, même - furent emmenés loin de leur famille en train et en l'espace de quelques jours. Moi-même, je n'avais pas vécu cette expérience. Cela s'avéra n'être qu' une fausse alerte et la plupart de ces enfants retrouvèrent leur famille peu après Noël. Et puis, à la fin de l'été 1940, quand le Blitz débuta, le processus recommença....Cette fois mon père savait que la menace était réelle
et qu'il fallait faire quelque chose. Mais j'étais parmi ceux qui avaient la chance d'avoir une famille à la campagne.... Tandis que Gracie ne fut pas si favorisée.

Une photo est bien peu de chose finalement. Elle ne peut capturer qu'un moment sur des millions d'autres dans la vie d'une personne ou de la vie d' une maison. Quant aux photos que j'ai sous les yeux , celles que je compte te décrire maintenant ….Elles ont de la valeur..Elles sont la preuve que les choses dont je me souviens – je me rappelle de certaines - sont réellement arrivées..
;..Mais qu'en est-il des souvenirs pour lesquels il n'y a pas de photos, pas de corroboration, pas de preuve ? Je pense à ce jour, peu de temps après, le jour où les évacués sont passés dans la rue, le jour où Gracie est partie.
Notre maison se trouvait sur le trajet entre l'école et la gare, et nous pouvions voir tout le cortège. Ils sont partis tôt le matin , autour de 9 heures . Combien d'enfants ? Peut-être cinquante ( même si ce n'est que mon estimation) menés par leurs instituteurs. Aucun ne portait l'uniforme . Tous avaient leur masque à gaz dans une main et une petite valise ou un sac à dos dans l'autre.Gracie était au début du cortège , marchant à côté d'un de ses amis, un garçon dont j'étais affreusement jalouse, un garçon qu'elle préférait souvent à moi pour jouer à la récréation...
Je ne comprenais pas pourquoi ils semblaient si joyeux car mes parents m'avaient expliqué ce que l'évacuation représentait et pour une fois – bien que je ne sois pas plus âgée que Gracie- sa signification était profondément ancrée en moi. Je savais que quelque chose de terrible était en train d'arriver, qu'elle allait vraiment quitter la maison ce jour-là et que personne ne pouvait dire quand elle reviendrait.
Ma mère se tenait près de moi, peut-être sa main sur mon épaule et puis il est arrivé quelque chose , quelque chose à voir avec la barrière, c'est pourquoi je me souviens de tout ceci si bien. Où je me trouvais, la barrière avait un trou, un petit nœud du bois et j'explorais ce trou avec mon doigt tandis que les enfants passaient. Puis soudain , je réalisai que mon doigt était coincé. Une panique s'empara de moi et pendant quelques secondes ( cela n'a pas pu durer si longtemps mais cela me sembla une éternité), je ne pensais qu'à l'horrible perspective d'être prisonnière là pour toujours, de ne pas pouvoir libérer mon doigt. Je tirai mon doigt désespérément et oubliai de regarder passer les enfants jusqu'à ce que ma mère me secoue par l'épaule pour attirer mon attention sur Gracie qui me faisait des signes de la main , et puis enfin, je levai le bras gauche – mon bras libre- pour lui faire signe mais bien sûr ,c'était trop tard. Gracie était déjà passée et ne me regardait plus. Sur le moment je ne me suis pas interrogée mais maintenant, je me demande si elle n'a pas été blessée du fait que je l'ignore, si elle ne s'est pas sentie rejetée parce que je ne faisais pas un signe de la main pour lui dire au revoir au début cette grande aventure....
Je te remercie pour ce nouveau texte. Bonne soirée, à bientôt



Réponse : The rain before it falls/Version de afarodj, postée le 04-12-2016 à 20:47:57 (S | E)
Hi Dear violet91
Hi everybody
This is my try. Have a nice week.

----------La pluie avant de tomber. De Jonathan Coe. --------------------
Sais-tu Imogen que durant la seconde guerre mondiale, des enfants ont été déplacés ? Le grand tumulte eut lieu au tout début du conflit, lorsque des centaines de milliers d'enfants - voire même dépassant le million - furent éloignés de leurs parents par train en l'espace de quelques jours. Je n'ai pas eu moi-même l'expérience de l'évacuation. Il se trouva alors être quelque chose comme une fausse alerte, et la plupart d'entre eux furent de retour dans leurs familles peu de temps après noël. Et puis ensuite, à la fin de l'été de 1940, quand le Blitz commença, l'opération d'évacuation reprit de nouveau (...) Cette fois, mon père sut que la menace fut réelle, et qu'il fallut faire quelque chose. Mais je fus l'un parmi ceux qui furent chanceux en ayant de la famille au pays. (...) Alors que la pauvre Gracie, elle ne fut pas aussi fortunée.
Une photographie est une chose dérisoire, vraiment. Elle peut uniquement immortaliser un moment parmi des millions d'autres dans la vie d'un homme ou l'existence d'une maison. Quant à celles que j'ai maintenant devant moi et que je me propose de te les montrer... elles ont de la valeur... (...) Elles sont la preuve que je me souviens de choses - quelques unes de celles dont je me rappelle- qui se sont vraiment passé (...) Mais qu'en est-il des mémoires pour lesquelles il n'y a pas eu d'images, pas de témoignage pas de traces ? Je repense à ce jour, peu de temps après, la fois où les personnes évacuées passèrent devant. Le jour où Gracie partit. Notre maison était située sur le chemin entre l'école et la gare, il nous fut donc possible d'assister au cortège dans son intégralité. Ils vinrent tôt le matin, à environs neuf heures. Combien d'enfants ? Peut-être cinquante ( bien que je le devine simplement) conduits par leurs instituteurs. Aucun parmi eux ne portait l'uniforme scolaire, et tout ce qu'ils emportaient, étaient leurs masques à gaz dans une main et de petites valises ou havresacs dans l'autre. Ils avaient aussi, attachées à leurs cous des étiquettes. Gracie se trouvait au premier rang de la procession, marchant côte à côte avec un autre de ses amis, un garçon dont j'étais copieusement jaloux, quelqu'un que souvent elle choisissait à mes dépens dans la cour de récréation. Je n'arrivais pas à comprendre comment ils purent avoir l'air si heureux, parce que ma mère ainsi que mon père me mirent au courant de ce que pouvait vraiment être l'exil, et pour une raison quelconque - bien que je fus moins âgé que Gracie - le sens de l'évacuation disparut, et je sus que quelque chose de terrible se préparait, qu'elle allait réellement quitter sa maison et nul ne sut quand elle reviendrait. Ma mère se tint debout à côté de moi, peut-être même avec sa main sur mon épaule, et alors soudain quelque chose arriva ayant trait avec la grille, qui fut à l'origine de mon parfait souvenir de tout celà, là où je me tenais debout, celle-ci avait un trou. Une petite perforation. Avec mon doigt je l'examinai pendant que les enfants passaient tout près. Et subitement je me rendis compte que mon doigt était coincé. Je fus pris de panique, puis dans les secondes qui suivirent ( celà ne put avoir été plus long que ça, bien que bien entendu ce me sembla être une éternité) tout ce à quoi je pus penser fut l'effrayante perspective que je pourrais demeurer là éternellement, que je ne puisse plus jamais retirer et libérer mon doigt emprisonné. Je tirai désespérément dessus et j'oubliai de regarder les enfants qui passaient, au point que ma maman me secoua par l'épaule pour attirer mon attention vers Gracie qui était en train de me faire des signes de sa main, et puis ensuite le levai ma main gauche - celle qui fut libre - pour lui répondre, mais bien sûr ce fut trop tard. Gracie fut déjà passée et ne regardait plus du tout dans ma direction. Je ne me posai alors pas la question, mais aujourd'hui je me demande si elle était offensée du fait que je l'eut ignorée, de même que si elle s'est sentie rejetée parce que je ne lui fis pas signe au début de cette grande aventure. (...)



Réponse : The rain before it falls/Version de jo06, postée le 05-12-2016 à 14:56:50 (S | E)
Hello dear Violet,
I am back(some trouble: computer etc..)
This is my work( hope not being too bad)
Hello everybody

Sais-tu, Imogen, quelque chose sur l'évacuation des enfants pendant la deuxième guerre mondiale …Le plus grand bouleversement apparu au tout début de la guerre quand des centaines de milliers d'enfants- plus d'un million, même - furent emmenés loin de leurs parents, en train, en l'espace de quelques jours. Moi-même, je n'ai pas connu cette phase. Cela sembla n'être qu’une fausse alerte et la plupart de ces enfants revinrent avec leurs parents peu après Noël. Et puis, à la fin de l'été 1940, quand la guerre débuta, le processus recommença [....] Cette fois mon père savait que la menace était réelle et qu'il fallait faire quelque chose (ou : quelque chose allait arriver?). Mais je faisais partie des chanceux, d'avoir une famille à la campagne.... Tandis que la pauvre Gracie ne fut pas si chanceuse.
Vraiment une photo est bien peu de chose. Elle ne peut capturer qu'un moment, parmi de millions de moments dans la vie d'une personne ou de l’existence d’une maison. En ce qui concerne les photos que j'ai sous les yeux, celles dont j’ai l’intention de te décrire maintenant … […] Elles ont de la valeur…Elles sont la preuve des choses dont je me souviens – certaines - sont réellement arrivées […]
Mais qu'en est-il des souvenirs sans photos, pas de support, pas de preuve ? Je pense à ce jour, après ça, le jour où les évacués sont passés devant, le jour où Gracie nous quitta.
Notre maison se trouvait sur la route entre l'école et la gare, et nous pouvions voir tout la procession. Ils sont passés tôt le matin, vers neuf heures. Combien d'enfants ? Peut-être cinquante (quoique je suppose) menés par leurs professeurs. Aucun… ne portait d’uniforme de l’école, et ils portaient leur masque à gaz dans une main et une petite valise ou un sac à dos dans l'autre. Ils avaient aussi une étiquette fixée autour du coup. Gracie était au début du cortège, marchant côte à côte avec un autre de ses amis, un garçon dont j'étais affreusement jalouse, un garçon que, souvent, elle préférait à moi pour jouer dans la cour de récréation […]
Je ne comprenais pas pourquoi ils avaient l’air si joyeux car ma mère et mon père m'avaient expliqué ce que l'évacuation représentait, et pour quelque raison – même si je n’étais pas plus âgée que Gracie- sa signification m’était entée dans la tête et je savais que quelque chose de terrible était en train d'arriver, qu'elle allait vraiment quitter la maison ce jour-là et personne ne savait quand elle reviendrait.
Ma mère se tenait près de moi, peut-être, avec sa main sur mon épaule et alors quelque chose est arrivée, quelque chose avec la barrière, c'est pourquoi je me souviens réellement de tout ceci si bien. Là où je me trouvais, la barrière avait un trou, un petit nœud du bois et j'explorais ce trou avec mon doigt alors que les enfants passaient. Puis soudain, je réalisai que mon doigt était coincé. Une panique s'empara de moi et pendant les quelques secondes suivantes (cela n'a pas pu durer plus longtemps que ça mais bien que cela, bien sur, sembla être une éternité) tout ce que je m’imaginai était l’horrible perspective d'être coincée là pour toujours, de ne pas pouvoir libérer mon doigt. Je tirai sur mon doigt désespérément et oubliai de regarder passer les enfants, jusqu'à ce que ma mère me secoue par l'épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait des signes de la main, et puis enfin, je levai le bras gauche – mon bras libre- pour lui faire signe, mais bien sûr, c'était trop tard. Gracie était passée et ne me regardait plus. Je ne me suis pas demandée, alors, mais je me demande maintenant si elle n'a pas été blessée de la façon dont je l’ai ignorée, si elle ne s'est pas sentie rejetée parce que je ne lui fis pas un signe pour le départ de cette grande aventure. [...]
"La pluie avant qu'elle tombe" Jonathan Coe.

Many thanks for this very nice excerpt



Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 05-12-2016 à 19:08:34 (S | E)
. Ah ! Hello dear friends ( cheers to you eos for being the first ) and so glad to see you back , gentlemen ! I also appreciate your stressing upon the interest of the contents of this excerpt which is quite amazing and touching for us , sometimes not very aware of tragedies nearby .
Let the followers and new comers be numerous , I hope ?! A pleasure .
Thank you in advance to the regular ones who are at work , I know .
See you soon . Love . Violet .



Réponse : The rain before it falls/Version de kazan, postée le 06-12-2016 à 18:46:14 (S | E)
Hi Violet,
Today is indeed my birthday. I'm 35 now. I'm getting OoooOooold now. I've got white hair my temples. But I still feel young, and find it odd when my students call me "Mister".
I guess I'll have to resolve that I'm a mister.
Anyway, thank you for the expert once again. Unfortunately, I won't be able to read that book, so I won't know what happens next. That is, unless your next except makes up for that...
He is my try, I must admit I wasnt really sure if I had to use the passé composé or the passé simple. Mmmm still hesitating.

---La pluie avant qu’elle ne tombe---
Que sais-tu, Imogen, de l’histoire de l’évacuation des enfants durant la seconde guerre mondiale (…). La plus grande agitation intervint au tout début de la guerre, quand des centaines de milliers d’enfants (ils ont même dépassé le million), furent enlevés à leurs parents par train en l’espace de quelques jours. Moi-même, je ne vécus pas cette phase. Cette dernière s’avéra n’être qu’une fausse alerte, et la plupart de ces enfants furent de retour dans leur famille peu avant Noël. Et puis, à la fin de l’été de 1940, quand le Blitz commença, le processus recommença (…). Cette fois, mon père sut que la menace était réelle, et que quelque chose devait être fait. Mais, j’étais l’un des heureux chanceux, ayant de la famille au pays (…), alors que ce ne fut pas le cas de cette pauvre Gracie.

Une photographie, c’est bien peu de choses. Elle ne peut capturer qu’un seul moment, parmi les millions de moments de la vie d’une personne ou de la vie dans une maison. Pour ce qui est des photographies que j’ai en face de moi en ce moment-même, celles que j’ai l’intention de vous décrire… Elles ont de la valeur… (…). Elles sont la preuve que les choses dont je me souviens (les quelques choses dont je me souviens) sont vraiment arrivées. Mais, qu’en est-il de ces souvenirs pour lesquels il n’y a pas de photographie, pas de confirmation, pas de preuve ? Je repense à ce jour, peu de temps après, le jour où les personnes évacuées sont passées devant nous, le jour où Gracie est partie.
Notre maison était sur le chemin entre l’école et la gare, alors on pouvait voir toute la procession. Ils vinrent tôt au matin, à 9 heures à peu près. Combien d’enfants ? Peut-être cinquante (mais ce n’est qu’une supposition) conduits par leurs maîtres. Aucun d’eux (…) ne portait d’uniforme scolaire, et ils avaient tous avec eux leur masque à gaz dans une main, et une petite valise ou un sac à dos dans l’autre. Ils avaient aussi des étiquettes autour du cou. Gracie était proche de l’avant de la procession, marchant avec un de ses amis côte-à-côte, un garçon dont j’étais follement jaloux, quelqu’un qu’elle préférait souvent à moi dans l’aire de jeu de l’école.
Je ne pouvais comprendre la raison pour laquelle ils avaient l’air si heureux, car ma mère et mon père m’avaient expliqué tout l’objet de l’évacuation, et, pour une raison inconnue (même si je n’étais pas plus âgé que Gracie), j’avais compris le sens de ce qu’il se passait, et je sus que quelque chose de terrible se produisait, qu’elle allait vraiment quitter sa maison ce jour-là et que personne ne savait quand elle serait de retour.
Ma mère se tenait debout à côté de moi, me semble-t-il, avec sa main sur mon épaule, et soudain, quelque chose se passa, quelque chose en rapport avec la clôture, ce qui explique le fait que je me souvienne de tout cela si bien. A l’endroit où je me tenais, il y avait un trou dans la clôture. Un petit trou, et j’explorais ce trou avec mon doigt tandis que les enfants passaient. Et soudain, je me rendis compte que mon doigt était coincé. Un état de panique s’empara de moi et, durant les secondes qui suivirent (ce ne put être plus long, même si cela sembla durer une éternité), tout ce qui me préoccupa était l’idée horrible que je puisse rester là pour toujours, je n’aurais jamais pu libérer mon doigt. Je tirai sur mon doigt désespérément et oubliai de regarder les enfants qui passaient, jusqu’au moment où ma mère me secoua par l’épaule pour m’indiquer que Gracie me faisait un signe, et, alors, je levai mon bras gauche (mon bras encore libre) pour lui faire signe, mais, bien entendu, c’était trop tard. Gracie était partie et ne me regardait plus. Je ne m’étais pas posé la question alors, mais je me demande maintenant si elle fut blessée par la façon dont je l’ai ignorée, je me demande si elle s’est sentie rejetée parce que je ne lui avais pas fait un signe au début de cette grande aventure.

Cheers,



Réponse : The rain before it falls/Version de gerondif, postée le 06-12-2016 à 20:01:28 (S | E)
Bonsoir, Violet.
La pluie avant qu'elle ne tombe.
Imogène, as-tu entendu parler de l'évacuation des enfants pendant la deuxième guerre mondiale ? Le plus grand chambardement a eu lieu au tout début de la guerre, quand des centaines de milliers d'enfants - voire même plus d'un million- ont été convoyés loin de leurs parents en train en l'espace de quelques jours. Je n'ai pas été victime de cette vague, quant-à moi. Cela s'est finalement avéré être une fausse alerte en quelque sorte, et la plupart de ces enfants ont retrouvé leurs familles peu après Noël.
Et ensuite, à la fin de l'été quarante, quand le blitz a commencé, on a remis ça... Cette fois, mon père a compris que la menace était pour de bon et qu'il fallait réagir. Mais, moi, je faisais partie des veinardes,vu que j'avais de la famille à la campagne, alors que la pauvre Gracie, elle, n'a pas eu cette chance.

Une photo ne veut pas dire grand chose, finalement. Elle ne fait que capturer un moment précis parmi les millions d'instants dans la vie d'une personne ou d'une maisonnée. Quant-à ces photos que j'ai devant moi maintenant, celles que je m'apprête à vous décrire, elles sont précieuses, elles sont la preuve que les choses dont je me souviens - enfin certaines des choses dont je me souviens- ont réellement eu lieu. Mais que dire des souvenirs pour lesquels il n'y a pas d'image, pas de traces concluantes, pas de preuve ? Je repense à ce jour, peu de temps après, le jour où les évacués ont défilé devant la maison, le jour où Gracie est partie.

Notre maison était sur le trajet entre l'école et la gare, et nous avons donc pu assister à toute la procession. Ils sont arrivés tôt le matin, vers neuf heures. Combien d'enfants ? Une cinquantaine peut-être ( mais je dis ça à vue de nez), emmenés par leurs professeurs / instituteurs. Aucun ne portait leur uniforme scolaire, Ils avaient tous dans une main leur masque à gaz, et dans l'autre leur petite valise ou leur sac-à-dos.
A leur cou pendait également une étiquette. Gracie était dans les premiers rangs du cortège, marchant aux côtés d'un autre ami à elle, un garçon dont j'étais horriblement jalouse, quelqu'un qu'elle préférait souvent à moi dans la cour de récréation.

Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi ils semblaient si heureux, parce que mon père et ma mère m'avaient bien dit en quoi consistait une évacuation et pour une raison obscure - bien que je ne sois en aucun cas plus vieille (mûre) que Gracie - j'en avais compris toute la portée et je savais que quelque chose de terrible se déroulait, qu'elle allait quitter son foyer pour de bon ce jour-là et que personne ne savait quand elle reviendrait.

Ma mère se tenait debout près de moi, j'imagine, la main sur mon épaule, et puis, il se passa quelque chose, quelque chose qui avait à voir avec la clôture, ce qui explique pourquoi je me souviens si bien de tout cela. Là où j'étais, il y avait un trou dans la clôture. Un petit trou laissé par un nœud, trou que j'explorais du doigt tandis que les enfants défilaient devant moi. Et puis soudain, je me rendis compte que mon doigt était coincé dedans. Un flot de panique me submergea et, pendant les quelques secondes qui suivirent (Ça n'a pas dû durer plus longtemps que cela, même si bien sûr, ça m'a paru être une éternité),je devins complètement obnubilé par l'horrible perspective de devoir peut-être rester coincée là pour toujours, de ne jamais pouvoir dégager mon doigt. Je tirai désespérément sur mon doigt et oubliai de regarder défiler les enfants devant moi, jusqu'à ce que ma mère me secoue par l'épaule pour me faire remarquer que Gracie était en train de me faire un signe de la main , et alors, je levai aussitôt mon bras gauche - celui qui n'était pas bloqué- pour lui faire un signe mais bien sûr, c'était trop tard.Gracie m'avait dépassée et ne me regardait plus. Je ne suis pas posé la question à l'époque, mais je continue à me demander maintenant si elle a souffert du fait que je l'ai ignorée, si elle s'est sentie rejetée parce que je n'avais pas répondu à son salut au début de cette grande aventure.

Après avoir lu la travail d'éos, je suis allé voir pourquoi sa narratrice était féminine et en effet: Résumé du livre:

Rosamond vient de mourir, à 73 ans, et laisse derrière elle des cassettes dans lesquelles elle raconte l'histoire de sa vie, en décrivant vingt photos. Donc, j'ai corrigé mon texte ! Mais c'est amusant de voir que, parce que Gracie lui préférait un garçon, je supposais automatiquement que le narrateur était forcément un garçon...



Réponse : The rain before it falls/Version de swan85, postée le 07-12-2016 à 22:20:11 (S | E)
Bonsoir Violet
Merci pour ce beau texte.

La pluie avant qu’elle ne tombe.
….Que Savez-vous, Imogen, de l’évacuation des enfants pendant la seconde guerre mondiale ?Le plus grand bouleversement survenu au début de la guerre, lorsque des centaines de milliers d’enfants – même, plus d’un million, ont été éloignés de leurs parents par train en l’espace de quelques jours.
Moi-même Je n’ai pas vécu ce moment là. Cela s’est avéré être une fausse alerte, et la plupart des enfants étaient de retour dans leurs familles peu de temps après Noël. Ensuite, à la fin de l’été 1940, lorsque les bombardements ont débuté, Le processus a recommencé…..Cette fois-ci mon père savait que la menace était réelle, et qu’il fallait faire quelque chose.
Mais je faisais partie des plus chanceuses ayant de la famille à la campagne. Par contre, la pauvre Gracie n’a pas eu autant de chance.
Une photographie représente bien peu de chose en réalité. Elle ne peut que capturer un moment, en dehors de millions de moments dans la vie d’une personne ou d’une maison. En effet, ces photos qui sont devant moi, celles que j’essaye de vous décrire…..ont une valeur…. Elles prouvent que les événements dont je me souviens – quelques-uns de ces événements, sont réellement arrivés. Mais qu’est-ce que les souvenirs lorsqu’il n’y a pas d’images, aucun support, aucune preuve ? Je me souviens de ce jour, peu de temps après, le jour où les réfugiés sont passés devant chez nous, le jour où Gracie a disparu.
Notre maison était sur le parcours entre l’école et la gare, et nous pouvions voir tout le cortège.
Ils sont passés tôt le matin à neuf heures environ. Combien d’enfants ? Peut-être cinquante (je n’en suis pas certaine) conduits par leurs professeurs. Aucun ne portait l’uniforme scolaire, mais dans une main ils avaient leur masque à gaz et dans l’autre leur petite valise ou sac à dos. Ils avaient également une étiquette autour du cou. Gracie se trouvait presque en tête de la procession, marchant côte à côte avec un de ses amis, un garçon dont j’étais extrêmement jalouse, un garçon qu’elle choisissait de préférence à moi dans la cour de récréation.
Je ne comprenais pas pourquoi ils paraissaient si heureux, car mon père et ma mère m’avaient expliqué ce que cette évacuation voulait dire, par conséquent – même si je n’étais pas plus âgée que Gracie – j’en avais bien compris la signification et je savais que quelque chose de terrible allait arriver, qu’elle quittait sa maison ce jour-là et que personne ne savait quand elle reviendrait.
Ma mère se tenait près de moi, peut-être, avec sa main sur mon épaule, et puis quelque chose se passa, quelque chose en rapport avec la clôture, c’est la raison pour laquelle je me souviens si bien de tout. Là où je me trouvais, la clôture avait un trou. Un petit trou, et c’est en explorant ce trou avec mon doigt que les enfants passèrent. Puis tout à coup, J’ai réalisé que mon doigt était coincé.
La panique s’empara de moi et les quelques secondes suivantes (cela n’a pas dû durer plus longtemps, même s’il me sembla une éternité) je ne pensais qu’à la terrible perspective de rester là pour toujours, que je ne pourrais plus libérer mon doigt.
Je tirai mon doigt désespérément et j’oubliai de regarder les enfants passer, jusqu’à ce que ma mère me secoue l’épaule pour me montrer que Gracie me faisait signe, alors, je levai mon bras gauche - celui qui était libre - pour lui faire signe également mais bien entendu, il était trop tard. Gracie avait disparu et ne me regardait plus. Je ne m’étais pas posé la question à ce moment là, mais maintenant je me demande si elle n’avait pas été blessée croyant que je l’avais ignorée, si elle ne se sentait pas rejetée parce que je ne l’avais pas saluée au début de cette grande aventure.





Réponse : The rain before it falls/Version de tereda, postée le 08-12-2016 à 16:19:46 (S | E)
hello VIOLET, hello everyone
I hope each one is doing well
Thank you for this new excerpt by an author I didn't know before.
I didn't find the translation too difficult, but as Kazan, - Happy birthday Kazan !!
I wonder if I have used the good tense ..
this is my try

Que sais-tu Imogen au sujet de l'évacuation des enfants pendant la Seconde guerre mondiale ? le terrible bouleversement est survenu au tout début de la guerre, lorsque des centaines de milliers d'enfants, plus d'un million, même, ont été séparés - enlevés de leurs familles par trains entiers, en l'espace de quelques jours seulement. Je n'ai moi-même pas vécu cette expérience . Cela s'est avéré être quelque chose comme une fausse alerte, et la plupart de ces enfants étaient de retour dans leurs familles peu de temps après Noël. Et puis, à la fin de l'été 1940, quand les bombardements ont commencé, le processus a repris.....
Cette fois-ci, mon père a compris que la menace était réelle, et que quelque chose devait être fait ; et j'étais chanceuse par rapport aux autres, car nous avions de la famille dans le pays....alors que la pauvre Gracie n' avait pas cette chance.

Une photographie n'est pas grand chose en vérité. C'est juste un instantané pris sur le vif, parmi des millions de moments de la vie d'une personne, ou de la vie d'une famille. C'est comme pour toutes ces photos que j'ai en face de moi aujourd'hui, celles que je veux te décrire, elles ont de la valeur......Elles sont la preuve de ce dont je me souviens, certaines choses dont je me rappelle et qui ont réellement existé....
Mais qu'en est-il des souvenirs pour lesquels il n'y a pas d'images, aucun lien possible, pas de preuves ? Je pense à ce jour, peu de temps après où les personnes évacuées sont passées en marchant dans la rue, le jour ou Gracie est partie.
Notre maison se situait sur le chemin, entre l'école et la gare, nous pouvions regarder la file entière. Ils arrivaient tôt le matin, aux environs de 9 heures. Combien y avait-il d'enfants ? peut-être cinquante, (je devine simplement !) menés par leurs maîtres. Aucun ne portait l'uniforme de l'école, seulement le masque à gaz qu'ils tenaient d'une main, et une valise ou un sac à dos, de l'autre. Ils portaient aussi des étiquettes attachées autour du cou.
Gracie se trouvait presque en tête de la colonne, marchant côte à côte avec un de ses amis, un garçon dont j'étais affreusement jalouse, quelqu'un avec qui elle préférait jouer, plus qu'avec moi - dans la cour de l'école.
Je ne pouvais pas comprendre pourquoi ils avaient l'air si heureux, car mes parents m'avaient dit à quoi correspondait cette évacuation et quelle en était la raison, quand bien même je n'étais pas plus âgée que Gracie . La raison de cela avait émergé et je comprenais que quelque chose de terrible était en train de se passer, qu'elle était réellement en train de quitter sa famille, ce jour-là et que personne ne savait quand elle reviendrait.
Ma mère se tenait à côté de moi, peut-être la main sur mon épaule, quand quelque chose se produisit, quelque chose à voir avec la clôture et qui est la raison pour laquelle je me rappelle de tout ça si précisément. Là où j'étais, la clôture avait un trou. Un petit trou, et j'explorais ce trou avec mon doigt pendant que les enfants marchaient ; et d'un seul coup, J'ai senti que mon doigt était coincé, la panique m'a pris et pendant quelques secondes (ça ne devait pas être plus long que ça, bien que ça m'a semblé être une éternité, bien sûr) tout ce que je pouvais penser était la perspective que j'allais rester coincée là pour toujours, que je ne pourrais jamais libérer mon doigt.
Je tirai mon doigt désespérément, oubliant de regarder les enfants passer, jusqu'à ce que ma mère me secoue l'épaule pour attirer mon attention, Gracie était en train de me faire un signe de la main, je levai mon bras gauche, mon bras libre pour la saluer, mais bien sûr, c'était trop tard. Gracie était partie et ne me regardait plus . Je ne me posai pas la question alors, mais je me la pose maintenant, avait-elle été blessée par le fait que je ne la regardai pas ? S'était-elle sentie rejetée parce que je n'avais pas répondu à son salut au commencement de cette grande aventure ?





Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 09-12-2016 à 10:53:50 (S | E)
Hello dear tereda and thank you for being faithful as usual , doing your work with great care . Something to point out , though .
Will you please not confuse the notions of ' time ' ( what any clock can tell : seconds, hours ../ a calendar : days , seasons , years ...; time elapsed between two events ..and so on ...) and ' tense ' - conjugation - such as simple past , past continuous and past perfect , the three being used in this translation according to the effect of it .

Comme gerondif ..m'a un peu précédée dans ma correction 😏, Rosamond , la narratrice ( en hommage de l'auteur à Rosamond Lehmann - dont j'avais mis des extraits de ' Dusty Answer ' -´ Poussière ' , très joli roman que nous étions plusieurs à avoir lu dans notre jeunesse ! ) a enregistré des cassettes -testament ( a will , selon ses volontés dernières ) et s'adresse à Imogen , sa nièce , qu'elle a vu grandir ...C'est une sorte de 'monologue ' dédié à , comme une conversation , en fait .
Si tu emploies le passé simple tout du long , tu risques de paraître très très chic , du style de Bobby Lapointe ( je crois ) - ' Vous me plûtes , lorsque je vous vis !' 😏( et je crois bien qu'il ironise sur notre passé simple en inventant un barbarisme ' Vous me plûtes , lorsque je vous vîtes ...'
Je vais aller lire ce que tu as fait ... Have a nice day and enjoy this coming week-end ! 😊😉

******Et à plusieurs d'entre vous : je ne sais si c'est un choix de votre part ...mais il semble que vous soyez un peu embrumés -pour certains - entre une 'WH ..question ' ( question ouverte = QCM = question à choix multiple ) et ' Yes , no question ' ( question : un unique choix ) . ATTENTION . ( à votre mariage -wedding day and getting ( or not ) married -marriage ) - ( si ...) on vous a posé une 'question fermée ' ...pas vrai ?! Vous n'aviez pas une infinité de choix !!!!) )

-------------------
Modifié par violet91 le 09-12-2016 12:43
To Tereda : giddy is more being in a light state of mind ( gris , étourdi because of something special ) , after some alcohol for instance, or a long swing and round on a merry -go -round) # absent-minded ( is your word ) like 'Le distrait ' > absent-mindedness .



Réponse : The rain before it falls/Version de tereda, postée le 09-12-2016 à 12:08:49 (S | E)
A little giddiness (étourderie ) on my part, as usual !! Thank you for correcting Violet,

o Tereda : giddy is more being in a light state of mind ( gris , étourdi because of something special ) , after some alcohol for instance, or a long swing and round on a merry -go -round) # absent-minded ( is your word ) like 'Le distrait ' > absent-mindedness .

Well, Violet, I am more often absent-minded than giddy , thank you



Réponse : The rain before it falls/Version de maya92, postée le 09-12-2016 à 17:16:22 (S | E)
Hello Violet,

Est-ce que tu sais quelque chose, Imogen, au sujet de la déportation des enfants pendant la deuxième guerre mondiale ? Le plus grand bouleversement eut lieu au tout début de la guerre quand des centaines de milliers d’enfants (plus d’un million en fait) furent arrachés à leurs parents et mis dans un train en l’espace de quelques jours. Je n’ai pas connu cette période moi-même. Il s’avéra que c’était une fausse alerte et la plupart de ces enfants rentrèrent dans leur famille peu après Noël. Puis, à la fin de l’été 1940, au début du Blitz, cela recommença. Cette fois, mon père sentit que la menace était réelle et qu’il fallait faire quelque chose. Mais j’étais parmi les plus chanceux car j’avais de la famille à la campagne. La pauvre Gracie, elle, n’eut pas cette chance.
Une photo ça n’est pas grand-chose en vérité. Ca ne peut saisir qu’un moment parmi les millions d’instants de la vie d’une personne ou d’une maison. Quant à ces photos que j’ai devant moi, celles que je vais te décrire.. elles ont de la valeur. Elles sont la preuve que les choses dont je me souviens (certaines des choses dont je me souviens) sont vraiment arrivées. Mais qu’en est-il des souvenirs pour lesquels nous n’avons pas d’images, pas de confirmation, pas de preuves ? Je pense à ce jour, pas longtemps après tout ça, le jour où les déportés sont passés devant chez moi, le jour où Gracie est partie.
Notre maison se trouvait sur la route qui va de l’école à la gare aussi avons-nous pu voir défiler tout le cortège. Ils sont passés de bonne heure le matin vers neuf heures. Combien d’enfants ? Peut-être cinquante (ce n’est qu’une supposition), conduits par leurs professeurs. Aucun n’était en uniforme mais tous portaient leurs masques à gaz dans une main et une petite valise ou un sac à dos dans l’autre. Ils avaient aussi une étiquette autour du cou. Gracie était à l’avant du cortège marchant à côté d’un de ses amis, un garçon dont j’étais très jalouse car elle préférait souvent jouer avec lui plutôt qu’avec moi à la récréation.
Je ne comprenais pourquoi ils avaient l’air si joyeux parce que ma mère et mon père m’avaient expliqué ce que signifiait cette déportation et pour cette raison, bien que je ne sois pas plus âgée que Gracie, j’avais bien compris la signification de tout ça et je savais qu’il se passait quelque chose de terrible. Elle quittait sa maison ce jour là et personne ne savait quand elle reviendrait. Ma mère était à côté de moi, la main sur mon épaule et soudain il se passa quelque chose, quelque chose en rapport avec la barrière c’est pourquoi je m’en souviens aussi bien. Là où je me trouvais, il y avait un trou dans la clôture. Un petit trou et, tandis que les enfants passaient, j’explorais ce trou avec mon doigt et soudain, je me rendis compte que mon doigt était coincé. Je fus prise de panique et pendant quelques secondes (ça ne peut pas avoir duré plus longtemps bien cela m’ait paru une éternité), je ne pensais plus qu’à l’affreuse perspective que je pourrais rester coincée là pour toujours, que je ne pourrais jamais libérer mon doigt. Je tirais désespérément dessus et j’oubliais de regarder passer les enfants, jusqu’à ce que ma mère serre mon épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait un signe de la main. Alors, je levai mon bras gauche, celui qui était libre pour lui faire signe aussi mais bien sûr c’était trop tard. Gracie était passée et ne me regardait plus. Je ne me suis pas demandé à ce moment-là (mais je me le demande maintenant) si elle a été blessée que je l’ignore ou si elle s’est sentie rejetée parce que je ne lui avais pas fait signe au début de cette grande aventure.

Jonathan Coe is one of my favourite and I read this book some years ago. Thank you for this text. I hope everything's alright for you. Wish you a Merry Christmas



Réponse : The rain before it falls/Version de car2bar, postée le 10-12-2016 à 01:03:51 (S | E)
Bonjour!
Have a nice week-end.

La pluie avant de tomber
[…] Tu sais, Imoge, ce qui s’est passé lors de l’évacuation des enfants pendant la Seconde Guerre Mondiale ? […] Le plus grand bouleversement eut lieu tout au début de la guerre, quand des centaines de milliers d’enfants -plus d’un million, même- furent éloignés de leurs parents en train et dans le laps de quelques jours. Moi, je n’ai pas vécu cette phase qui s’avéra être une fausse alerte et finalement la plupart de ces enfants rentrèrent chez eux peu après Noël. Et puis, à la fin de l'été 1940, quand le Blitz se déclencha, le processus recommença […]. Cette fois, mon père avait compris que la menace était réelle et qu’il fallait faire quelque chose. Mais j’étais un des ceux qui avaient la chance d’avoir de la famille à la campagne. […] Tandis que la pauvre Gracie ne fut pas si chanceuse.
Une photographie n’est vraiment pas grand-chose. Elle ne peut capturer qu’un moment hors des millions de moments dans la vie d’une personne ou d’une maison.
Quant à ces photos que j’ai maintenant sous les yeux, celles que j’essaie de te décrire … elles ont une grande valeur… […] Elles sont la preuve que des choses dont je me souviens –quelques-unes dont je me souviens- sont réellement arrivées […]
Mais qu’en est-il des souvenirs pour lesquels il n’y a pas d'images, aucune corroboration, aucune évidence ? Je pense à ce jour-là, peu après le jour où les évacuées passèrent, le jour où Gracie partit.
Notre maison était sur la route entre l’école et la gare, alors nous pouvions observer toute la procession. Ils arrivèrent tôt le matin, vers neuf heures. Combien d’enfants ? Peut-être cinquante (mais c’est une supposition). Ils étaient escortés par ses maîtresses. Aucun ne portait la blouse d’écolier et tous tenaient leur masque à gaz dans une main et une petite valise ou sac à dos dans l’autre. Ils avaient aussi des étiquettes d’identification autour de leur cou.
Gracie était dans les premiers rangs, elle marchait côte à côte d’un de ses amis, un garçon dont j’étais follement jalouse, quelqu’un qu’elle préférait souvent à moi dans la cour de récréation […]
Je me demandais pourquoi ils avaient l’air si joyeux, car ma mère et mon père m’avaient expliqué ce que l’évacuation signifiait et pour quelque raison -même si je n’étais pas plus âgé que Gracie- j’avais compris que quelque chose de terrible se passait, que ce jour-là elle quittait réellement son foyer et personne ne savait quand elle reviendrait.
Ma mère se tenait debout près de moi, peut-être avait-elle sa main sur mon épaule et alors quelque chose arriva, quelque chose qui avait à voir avec la clôture. Voilà pourquoi je me souviens si bien de tout cela. Là où je me trouvais, la clôture avait un trou. Un petit nœud de bois que j’explorais de mon doigt tandis que les enfants passaient. Et soudain je me rendis compte que mon doigt était coincé. La panique s’empara de moi et durant les quelques secondes suivantes (puisque cela ne put durer davantage, même si elles me semblèrent une éternité), la seule chose qui me vint à l’esprit fut l’horrible perspective de rester coincé là pour toujours, que je ne pourrais jamais libérer mon doigt. Essayant de le décoincer, désespérée, j’oubliai de regarder les enfants qui s’en allaient, jusqu à ce que ma mère attira mon attention en secouant mon épaule, car Gracie me faisait au revoir de la main. Alors, je levai mon bras gauche, celui qui était libre, pour la saluer, mais il était trop tard, bien entendu. Gracie était déjà passée et ne me regardait plus. Je ne me suis pas posé la question à ce moment-là, mais je me demande maintenant si elle s’était attristée par la façon dont je l’avais ignorée, si elle se sentit exclue du fait que je ne lui avait pas fait un signe au début de cette grande aventure.
Merci beaucoup, dear Violet! J'ai beaucoup aimé ce texte!



Réponse : The rain before it falls/Version de sundeep, postée le 16-12-2016 à 00:53:22 (S | E)
Bonjour Violet
Merci pour ce joli texte, bien que pas très gai. Bonne préparation des fêtes de fin d'année.

La pluie, avant la pluie
Tu as entendu parler, Imogene, du plan d'évacuation des enfants durant la seconde guerre mondiale [...] Le plus grand chambardement eut lieu au tout début de la guerre, quand des centaines de milliers d'enfants - même plus d'un million - furent éloignés de leurs parents par train dans l'espace de quelques jours. Moi-même je ne souffris point de cette situation.Cela s'avéra être une fausse alerte, et la plupart de ces enfants furent de retour dans leurs familles peu de temps après Noël. Et puis, à la fin de l'été 40, au commencement du Blitz, le même scénario recommença [...]Cette fois mon père savait que la menace était réelle et qu'on devait faire quelque chose. Mais je faisais partie de ces chanceux qui avaient de la famille à la campagne, [...] Alors que cette pauvre Gracie n'avait pas autant de chance.

Une photographie n'est vraiment que peu de chose. Elle ne peut saisir qu'un seul moment parmi les millions de moments de la vie d'une personne ou de la vie de tous les jours. Quant aux photos que je regarde en ce moment, celles dont je veux te parler ... elles ont de la valeur ... [...] Elles sont la preuve que ce dont je me souviens - certaines des choses dont je me souviens - ont réellement existé [...] Mais que peut-on dire des souvenirs pour lesquels on n'a ni photographie, ni confirmation, ni preuve? Je pense à ce jour, peu de temps plus tard, le jour particulier où les enfants évacués passèrent devant moi, le jour où Gracie partit.

Notre maison se situait sur la route entre l'école et la gare, si bien que nous vîmes toute la procession. Elle commença tôt le matin, vers neuf heures. Combien d'enfants? Peut être cinquante (bien que ce soit une simple supposition de ma part) conduits par leurs enseignants. Aucun [...] ne portait l'uniforme de l'école, et tous transportaient, dans une main leur masque à gaz et dans l'autre une petite valise ou un sac à dos.Ils portaient aussi autour de leur cou une étiquette. Gracie était presque en tête de la procession, marchant de conserve avec un autre de ses amis, un garçon dont j'étais férocement jalouse, un qu'elle me préférait souvent dans la cour de récréation.[...]

Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi ils avaient l'air si heureux, parce mon père et me mère m'avaient tout expliqué au sujet de l'évacuation, et pour quelque raison que ce fût - même si je n'étais pas plus âgée que Gracie - j'avais compris la signification, et je savais que quelque chose d'épouvantable se passait, qu'elle allait réellement quitter sa maison ce jour-là et que personne ne savait quand elle reviendrait.

Ma mère se tenait à côté de moi, peut être, la main sur mon épaule, quand quelque chose arriva, quelque chose en rapport avec la barrière et c'est vraiment la raison pour laquelle je me souviens si bien de tout.A l'endroit où je me tenais, il y avait un trou dans la barrière. Un petit trou laissé par un nœud du bois que j'explorais avec mon doigt pendant que les enfants passaient.Et alors soudainement je me rendis compte que mon doigt était coincé. Je fus prise de panique et pendant les quelques secondes qui suivirent (cela n'avait pas pu durer plus longtemps, bien qu'évidement cela paraisse une éternité) la seule chose qui m'était venue à l'esprit était l'horrible perspective de rester là pour toujours, de ne jamais plus être capable de libérer mon doigt.Désespérément je tirais mon doigt oubliant de regarder les enfants qui passaient, jusqu'au moment où ma mère me secoua par l'épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait signe de la main, et c'est alors que je levai mon bras gauche -mon bras libre - pour lui faire signe, mais évidemment c'était trop tard.Gracie était passée et ne me regardait plus. Je ne m'étais pas posée la question alors, mais je me demande maintenant si elle avait été blessée par la façon dont je l'avais ignorée, si elle s'était sentie rejetée parce que je ne l'avais pas saluée au début de cette grande aventure. [...]



Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 18-12-2016 à 22:04:09 (S | E)

Hello dear all ,
You probably guess why today was far too busy for me with Christmas 'things' and home to organize ... Yet, I should be coming round tomorrow , although still expecting two translations 'being done' , they say !
See you , then in a very very near future .




Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 19-12-2016 à 20:36:04 (S | E)
Hello dear all , faithful hard workers and constant readers,

As I said last night , I am now coming for the translation at least and we'll see if our next two are posting theirs in between . I was already very glad to see you all really seemed to have enjoyed translating this passage from probably one of the novels , if not the most interesting and attractive one for its various qualities and general delicacy J. COE has written so far . Thank you ever so much for doing so well with your usual enthusiasm . I don't have much free time this week and the following , like most of you , by the way , and for the same reasons : kids around for being on holiday themselves and therefore spending much time at their grandparents ' nearby .
I'll do my best , ' do not worry , ducky ' for the cockney rhyming slang , duckies for the proper plural ! Let's go !

" A hauntingly melancholy tale of love and loss " Daily Mail .
" Spectacular, heartbreaking , beautifully written . Rosamond's story is one ot he most extraordinary and compelling you will ever read . Impossible to put down .I loved every moment of it ." Sunday Express.

---------------------------------- " La pluie avant qu'elle (ne ) tombe .'' -----------------------

[...] Imogen , as-tu jamais appris * que des enfants avaient été évacués pendant la seconde guerre mondiale ? Le chamboulement le plus marquant s'est produit au tout début de la guerre , quand des centaines de milliers d'enfants - plus d'un million , même - ont été arrachés à leurs parents et transportés en train en seulement quelques jours . Personnellement , je n'ai pas eu à traverser pareille épreuve . Cela s'est révélé être une fausse alerte , et les enfants étaient de retour dans leurs familles peu de temps après Noël . Et puis , vers la fin de l'été 1940 , aux premiers feux du Blitz , la mesure a été remise en place ...[...] Cette fois , mon père savait que la menace était réelle , et qu'il fallait se décider à agir . Cependant , je faisais partie des bienheureux qui avaient de la famille à la campagne . [ ...] Alors que la pauvre (petite ) Gracie n'avait pas cette chance .
Une photographie est bien peu de chose , à vrai dire . Elle ne peut saisir qu'un moment entre des millions de moments de la vie d'une personne ou celle d'une maisonnée . Quant à ces photographies qui se trouvent sous mes yeux , celles que j'ai l' intention de te décrire ...elles ont de la valeur ...[ ...] Elles sont la preuve des choses dont je me souviens - certaines encore gravées dans ma mémoire - preuves de ce qui a vraiment eu lieu . [...] Mais qu'en est -il des souvenirs pour lesquels il n'y a aucune image , aucun support authentique, pas la moindre preuve ? Je songe à ce jour peu de temps après , ce jour où les évacués sont passés devant nous , ce jour qui signifia le départ de Gracie .
Notre maison se situait sur le trajet de l'école à la gare , ainsi nous était -il possible de regarder le défilé dans son intégralité . Ils sont arrivés tôt , le matin , vers neuf heures . Combien d'enfants ? Cinquante peut -être ( bien que je ne puisse n'en avoir qu' une vague idée ) encadrés par leurs maîtres . Pas un seul [...] ne portait l'uniforme scolaire , mais tous avaient leur masque à gaz dans une main , et une petite valise ou sac à dos dans l'autre . Ils avaient aussi une étiquette attachée autour de leur cou . Gracie était presque en tête du cortège , marchant côte à côte avec un autre ami à elle , un garçon dont j'étais férocement jalouse , quelqu'un qu'elle me préférait souvent dans la cour de récréation . [...] Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi ils avaient l'air si joyeux , ma mère et mon père m'ayant bien expliqué tout ce en quoi consistait cette évacuation et pour une raison ou l'autre - même si je n'étais en rien plus âgée que Gracie *- sa signification m'avait profondément marquée ; quelque chose de terrible , je le savais , était en train de se produire : elle allait quitter son foyer ce jour-là et personne ne pouvait dire quand elle reviendrait .
Ma mère se tenait à mes côtés , peut-être , la main sur mon épaule , et c'est à cet instant que quelque chose s'est passé , quelque chose en rapport avec la barrière - ce qui précisément explique toute l'acuité de ce souvenir-là . A l'endroit où j'étais placée , il y avait un trou dans la barrière . Un petit trou laissé par un noeud , petit trou que j'explorais avec mon doigt , pendant que les enfants passaient devant nous . Et là, soudain , je réalisai que mon doigt était coincé . Je fus prise de panique et pendant une poignée de secondes ( ce ne peut avoir été plus long que cela , même si bien sûr , cela me parut une éternité ) , tout ce qui envahissait mon esprit était la perspective désastreuse d'être peut -être coincée là à jamais , de ne jamais pouvoir libérer mon doigt . Désespérément , je tirais sur mon doigt et en oubliais les enfants qui marchaient tout près , jusqu'à ce que ma mère me secoue l'épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait*( fasse*) un au revoir de la main . Seulement là , je levai mon bras gauche - le libre - pour la saluer , mais bien évidemment, c' était trop tard . Gracie nous avait dépassés et ne me regardait plus . La question ne m'a pas effleurée à l'époque , mais aujourd'hui je me demande si elle avait été blessée de cette façon que j'avais eue de l'ignorer , si elle s'était sentie rejetée parce que je ne lui avais pas rendu son au revoir de la main , au commencement de cette fameuse expédition . [...]

* Nous en parlerons plus loin . Question de contexte . ( Facile quand on a le livre )
* Six ans .
* Question de choix et d'histoire de la langue : le subjonctif semble l'emporter dans la plupart des grammaires sans doute de par sa provenance latine , mais l'on peut trouver aujourd'hui quasiment dans la même proportion l'indicatif qui appuie sur la réalité du fait narré et vécu .( cf .Grévisse et Mauriac ) . Il n'y a dans ce cas aucune place au moindre doute . Nous verrons plus loin .

------------An excerpt from 'Picture one ' from ' The rain before it falls ' by JONATHAN COE . (Penguin books p.38. 2007)-
------------ -------------------------------------




Réponse : The rain before it falls/Version de joe39, postée le 20-12-2016 à 12:42:14 (S | E)
Bonjour Violet, ma chère amie,
Voici mon travail, comme t'avais promis.

-[...] Savez-vous, Imogen, au sujet de l'évacuation des enfants pendant la Seconde Guerre mondiale [...] Le plus grand bouleversement est venu au tout début de la guerre, lorsque des centaines de milliers d'enfants - plus d'un million, Même - ont été enlevés de leurs parents par le train dans l'espace de quelques jours. Je n'ai pas
connu cette phase, moi-même. Cela s'est avéré être quelque chose d'une fausse alarme, et la plupart de ces enfants étaient de retour avec leurs familles peu de temps après Noël. Et puis, à la fin de l'été 1940, lorsque le Blitz a commencé, le processus a recommencé [....] Cette fois, mon père savait que la menace était réelle, et quelque chose devait être fait. Mais j'étais un des chanceux, avoir la famille dans le pays. [...] Alors que le pauvre Gracie n'était pas si chanceux.
Une photo est une chose vraiment insuffisant/inachevé. Il ne peut capturer qu'un moment, sur des millions de moments dans la vie d'une personne ou la vie d'une maison. . Quant à ces photographies que j'ai devant moi maintenant, celles que j'ai l'intention de vous décrire ... elles sont de valeur ...Elles sont la preuve que les choses dont je me souviens – certaines de ces choses – sont vraiment arrivé.
[...] Mais qu'en est-il des souvenirs pour lesquels il n'y a pas d'images, pas de confirmation, pas de preuve? Je pense à ce jour, peu de temps après, le jour où les évacués passaient, le jour où Gracie a quitté. Notre maison était sur la route entre l'école et la gare, donc nous avons pu regarder toute la procession. Ils arrivèrent tôt le matin, vers neuf heures. Combien d'enfants ? Peut-être cinquante (bien que je suis simplement deviner) conduit par leurs professeurs. Aucun [...] portait un uniforme scolaire, et tous portaient leurs masques à gaz dans une main, et de petites valises ou des sacs à dos dans l'autre. Ils avaient aussi des étiquettes attachées autour du cou. Gracie était près du devant de la procession, marchant côte à côte avec un autre de ses amis, un garçon dont j'étais violemment jaloux, quelqu'un qu'elle choisissait souvent au-dessus de moi dans le terrain de jeu de l'école. [...]
Je ne pouvais pas comprendre pourquoi ils semblaient si heureux, parce que ma mère et mon père m'avaient dit ce qu'était l'évacuation, et pour une raison quelconque - même si je n'étais pas plus vieux que Gracie - la signification de cela avait accueilli par moi-même, et je savais que quelque chose de terrible se produisait, qu'elle devait vraiment quitter la maison ce jour-là et personne ne savait quand elle reviendrait.
Ma mère était à mon côté , peut-être, avec sa main sur mon épaule, et puis quelque chose s'est passé, quelque chose à voir avec la clôture, qui est vraiment pourquoi je me souviens de tout cela si bien. Là où j'étais, la clôture avait un trou. Un petit trou, et j'explorais ce trou avec mon doigt pendant que les enfants passaient. Et puis tout à coup, je me suis rendu compte que mon doigt était coincé. Je tombai dans la panique et pendant les quelques secondes qui suivirent (il ne pouvait pas être plus long que cela, bien que cela semblât une éternité), je ne pouvais penser qu'à l'horrible perspective que serais resté là pour toujours, ne serais jamais été capable de libérer mon doigt.
Je tirai mon doigt désespérément et oubliai de regarder les enfants qui passaient, jusqu’à ce que ma mère me secoua par l’épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait signe et puis, je soulevai mon bras gauche – mon bras libre - pour la saluer à mon tour d’un geste de la main, mais bien sûr, il était trop tard. Gracie était passée et ne regardait plus.
Je ne m’étonnai pas alors, mais maintenant je me demande si elle se sentit blessée au vif par la façon dont je l’ignorai, si elle se sentit rejetée parce que je ne répondis pas à son salue au début de cette grande aventure.
Il n'était pas été facile pour moi, mais j'espère d'avoir fait une passable traduction.
Dans l'attente de tes corrections et commentaires, je te remercie bien pour ce séduisant morceau et je t’en prie d’agréer mon meilleurs vœux pour de joyeuses fêtes.
Ton sincère ami.
Joe39



Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 20-12-2016 à 21:15:13 (S | E)
[ Hey ! Well done ,carissimo mio gentleman from Venice ! A wonderful thing to see you here knowing it means so much strain for you for whom French is a real foreign language , unlike German that makes you feel so at ease ! A thousand thanks ! I am truly grateful to you , Pino !]
-----And good evening dear all ,
I have been abruptly stopped after refining ( fine-tuning )my own translation ...and I must say I feel sorry tonight . I am no more available for correcting clearly . My brain is rather tired ,a little upset and elsewhere now . I'll do my best tomorrow . May you all understand this choice ! Good night , friends. Violet xx



Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 21-12-2016 à 10:59:54 (S | E)

Hello dear all ,

You must think yourself-selves dreaming seeing me here ready to work so early in the morning ! I am having a '
packed '[pkt] day today,in fact with two of my kiddies for lunch and the rest of the day then two more - toddlers !- little cousins and their parents ( my eldest nephew and his wife ) for a 'Christmas ' visit later ! So I'd better start right now, hadn't I ?

I ] REMARQUES GRAMMATICALES et TRADUCTION :
1 ] Surtout respecter le titre (ici ) . Vous savez comme il est dommage de traduire le titre d'un film , par exemple . La plupart du temps d'ailleurs , il demeure en anglais maintenant ou langue d'origine ( quand c'est possible ' ' . Pensez à ' West Side Story ' , ' Dirty Dancing ' , Goodbye Lenin ' , ' Mrs Butterfly ' , ' Tokyo's delights ' ( que nous ne pouvions pas comprendre en japonais = ' Doyarakis ' beignets de haricots rouges ) ! ' Biancanueves ' , ' Julieta ' , .'Mia madre ' ...en passant, de bonnes idées de cadeaux , pas vrai ? J'ai parlé un jour de ´Flatlines ' qu'on ne pouvait pas traduire ' Encéphalogrammmes plats '' et qui devint ' L'expérience interdite ' déjà trop parlant pour nous , de même que ' Honour ' devenu 'Crime d'honneur ' et l'on sait déjà trop de l'intrigue d'Elif Shafak , vue récemment . Tiens ! See ! N'oubliez pas que ' Les dents de la mer '( pourtant , bien trouvé) se résumait à 'JAWS ' ( mâchoires et quelles mâchoires ! ) bien plus 'impactant ' ( comme ils disent !) et effrayant , à mon avis !

Un auteur trouve son titre d'emblée , comme un jet ou le travaille pendant longtemps, hésitant entre un ou plusieurs ( même Molière s'y est 'frotté ' avec son ' Dom Juan ou Le festin de pierre ' ou son ' Misanthrope ou l'atrabilaire amoureux ' , M.Yourcenar avec son premier ouvrage ( 1929) 'Alexandre ou le Traité du vain combat ' ) ..un titre réussi, c'est très important ! Voyez aussi comment Francoise Sagan y excella : ' Bonjour tristesse ', ' Aimez-vous Brahms ? ' , ' Des bleus à l'âme '( super ce titre !) . J'avoue ?? ne pas en savoir beaucoup sur les romans de Modiano , même s'il a été consacré prix Nobel de Littérature ..Sans l'avoir lu de près , je trouve alléchant son titre ' Rue des boutiques obscures ' et fort, son ' Pedigree ' pour un homme qui se (re)cherche tant . Pour nombre d' auteurs, cela incite à la vente !..( les éditeurs y regardent de près, d'ailleurs )

En outre , ici , ' The rain before it falls ' porte une qualité poétique et insolite qu'il fallait absolument rendre . ( j'avais aussi signalé que cela partait du titre d'une chanson ) . Jonathan Coe comme tout auteur n'apprécierait pas un quelconque changement ...et c'est un très beau titre !

2 ] ' La pluie avant qu'elle tombe ' ou ' La pluie avant qu'elle ne tombe ' : le 'ne ' est devenu facultatif ( ce 'ne ' -là est positif , dit EXPLÉTIF ; courant mais non obligatoire ) profitons-en pour garder le titre à l'état pur , avec son vrai impact ' d 'étrangeté ' et poésie .

3 ] Les QCM - QUESTIONS OUVERTES ou A CHOIX MULTIPLES or ' WH..QUESTIONS ' ou équivalent (how ...) : par définition ( hélas devenues 'items' de certains examens importants dont le baccalauréat ( pas trop pour les Bac L ) ou parties de la première année de médecine entre autres ) amènent presque autant de choix que vous voulez .
Ex . What were you doing yesterday when I was working at my own translation and typing it ? Each of you will have a different answer :
- having a nap ( a little doze) on the settee ( canapé ) /
- watching ' Inspecteur Barnaby ' ( ' Midsomer Murders ' ) on television -
- doing nothing .
- doing my Tuesday shopping .
- ironing the linen . ( repasser le linge )
- gardening .
- resting ( se reposer )
- trying my new car .
- waiting impatiently , stuck ( < to stick ) in the traffic jam ! ....et la liste est intarissable . ;) . Vous avez le CHOIX y compris de ' répondre par un silence , si vous le considérez parfois comme éloquent
---Gill ['l ] ( ~ 50 ans ) , la nièce de Rosamond ['rzmnd] ( 73 ans s'est employée à laisser derrière elle, à écrire , puis enregistré la vie avant et jusqu'aux trois premières années d'Imogen ) , Gill donc arrive de Birmingham pour les obsèques , puis dans la maison de sa défunte tante découvre et emporte une grande enveloppe qui doit passer par ses mains sur laquelle elle lit :
- Gill...
These are for Imogen
If you cannot find her , listen to them yourself -
Et plus loin dans le livre :
-' I ( Rosamond ) was determined to keep your visual sense alive , so that at least you had memories of what you had seen - strong , vivid memories - even if everything else was now closed into you ' . 'Ros ' se sachant condamnée et seule , choisit son heure pour partir - dans ce livre , J. Coe se positionne clairement d'ailleurs sur plusieurs sujets de société actuels ) . Elle sera donc la première à écouter les cassettes explicatives des vingt photos qu'elle est chargée de transmettre à Imogen , sa petite -nièce ( fille d'une autre nièce ) devenue aveugle à trois ans , retirée à sa mère , et placée en famille d'accueil qui a refusé tout contact avec la famille - coupant tous ponts possibles - puis ' perdue ' depuis , quelque part , dans une institution pour aveugles ( for the Blind ) : comme l'indique l'intitulé de l'enveloppe qui contient le tout , elle aura pour tâche de la retrouver et de lui apporter de quoi se construire une histoire familiale ( extraordinaire intrigue -' a plot ' ( comme un complot) ; vingt photos formant vingt 'chapitres' ).

4 ] QUESTIONS FERMÉES ou ' YES, NO QUESTIONS ( including 'tags ' ) bloquent le réponse à un 'oui ' ou un 'non ' . C'est bien le cas du texte .
- Do you know , Imogen ?...' Sais -tu ? As -tu connaissance ? As-tu entendu parler ? Es-tu au courant ...? Et facile pour moi qui ai la suite , le commentaire affligé sur la pauvreté du contenu de l'enseignement d'aujourd'hui !!!...( C'est Rosamond qui se lamente des coupes malheureuses dans les programmes , du nivellement par le bas ) >
- " T'a -t-on jamais appris ? ( vraiment pas heureux à l'oreille ) > As-tu jamais appris ...( ' Sais-tu ?´ était bien sûr correct ; ) - " Oui , je l'ai su / Non je l'ignorais ...( The Museum of London ' relate fort bien les terribles dégâts des impitoyables bombardements du Blitz ( ' Eclair ' en allemand - 57 nuits de suite / 15 Septembre 1940 - 10 Mai 1941 - 43000 morts parmi les civils /90.000 blesses graves / 1000 morts militaires ; 873 avions abattus plus de 2000 morts ) .[ Hélas , je ne me souviens pas y avoir vu des photos de ces enfants envoyés en masse dans la campagne ] - Le Palais de Buckingham n'échappa pas aux bombes . On se rappelle avoir vu des extraits d'archives filmées , montrant le roi George VI ( celui du bégaiement = stammer / stutter ) du ´ King's speech ' ( a superb film come out in 2005 -' Oscar' for fhe best film , starring smart Colin Firth and Helena Bonham-Carter ( entitled 'Lady ' by Elizabeth II Regina afterwards ) père d'Elizabeth II actuelle et Princess Margaret , et la reine Mary , venant dans le quartier de la Cathédrale St Paul ( The City ) , saluer aimablement et encourager le peuple meurtri . The Museum of London fait une bouleversante rétrospective de ce drame dont parlent encore les Londoniens âgés qui y ont perdu de la famille ...J'en ai connu un qui avait 7 ans lors du premier assaut et protégé dans les abris ( shelters ) disait avoir senti le sol trembler , être ressorti et avoir découvert dans un nuage de poussière blanche , un spectacle épouvantable de décombres ; il avait perdu sa tante restée dans son appartement ...Il en était encore tout bouleversé .

L'autre terrible bombardement mémorable de la série (opération Mondscheinsonate ! (= sonate au Clair de Lune de Beethoven - quel dommage d'abîmer en connotant pareillement une de nos exécutions favorites ! ) fut celui de la ville de Coventry : nuit du 14 au 15 Novembre 1940 - on parle depuis , de ville ' coventrisée ' , rasée par les bombardements ; visiter la cathédrale 'martyre ' est impressionnant et troublant de découvrir à côté , sa 'remplaçante d'architecture fort hardie ' ( inauguration en 1962 avec Mtislav Rostropovitch ( Le même qu'a la chute du mur de Berlin) au violoncelle ( playing ' War Requiem ' by Benjamin Britten ( 1913-1976) et 3 grands chanteurs d'opéra , car poèmes chantés - dont l' épouse de Mtislav , Galina Mtislav R . ( ô bonheur que d'avoir vu ces 'deux-là ' la salle Pleyel ( architecte Bourdelle ) , il y a longtemps ; depuis peu , elle n'est plus salle de concert ) .
Inoubliable que cette visite , faite plusieurs fois , à ces deux cathédrales de Coventry ( pas trop loin de Bristol , 'ma ville anglaise ' jumelée à Bordeaux , ma ville d'enfance et jeunesse ) : l'originale , telle quelle , calcinée et souffrante, en 'lambeaux ' , reflétée dans les vitraux de la contemporaine , sa voisine d'histoire , transparents et gravés d'anges fantomatiques ou/et célestes ' en allés avec ' ou vers le ciel ( comme tous ces morts dans les bombardements ) , fuselés , pour certains , qui jouent de la trompette à long segment qui porte le pavillon ( comme trompette de Jericho )
..... ...... ..........
....... ..... St Michel terrassant le Dragon .

------ Back to ' Do you know , Imogen ...? ' Elle répondrait probablement ' Yes I do ' ; je suppose que les Britanniques ne faisaient pas l'impasse sur ces épisodes dramatiques d'enfants dispersés , dont un nombre se retrouvèrent orphelins et adoptables ( soit partis dès le début aux US , Canada ou Australie , s'ils y avaient de la famille pour les plus riches , soit partis , car adoptés pour d'autres ) .
-- Do you know ...? - un seul choix de réponse possible - Yes I do / No, I don't.
En effet , dans le film ' Four weddings and a funeral ' ' quatre fois n'étaient pas coutume : nous avons entendu :
- " Will you marry SoandSo ? - No , I won't . " (où il prenait la fuite )
La réponse naturelle et réfléchie demeure - Yes I will ! ( oui je le veux / pas question d'une QCM = acceptez -vous de prendre pour époux ' Henri , Paul , Jacques ou Lulu ?! ' Ou ' Ivan , Boris ou moi ' !!! Comme le chantait Marie Laforêt ( souvenirs souvenirs ! Memories , memories ! *** )

5 ]-Structure RÉSULTATIVE :
- verbe - groupe nominal ou pronom - adjectif ou participe passé
- I pulled my finger free : j'ai tiré sur mon doigt jusqu'à ce qu'il soit libéré ; '
he pulled his tie undone = il a défait le noeud de sa cravate en tirant dessus ' / ' I shook him awake ' ( site ) : je l'ai secoué pour le réveiller / je l'ai reveillé en le secouant -/ il a bu à s'en rendre malade : he drank himself sick . / The dog licked [ likt] the plate clean ( to lap up) / She talked the child asleep .

6 ] RAPPEL du francais : -
se souvenir de - les moments dont je me souviens et se rappeler ( transitif ) quelque chose - les moments que je me rappelle / oui je me le rappelle / oui, je m'en souviens . Vrai que si vous avez un doute , utilisez ' se souvenir : des belles choses ' ***, par exemple .
Lien internet
1min 30.

7 ] Prénom : IMOGEN : on le pense dérivé du vieux prénom celte ( Keltik and Germanic ) Innogen ou Old Irish 'Ingen ' pour ' maiden ' , demoiselle ou 'girl '. Ou d'une ' legendary British Princess Innogen , also spelt Imogen by mistake . It is also the name of two Shakespearian characters in ' Cymbeline ' and the ghost character in ' Much ado about nothing ' = ' Beaucoup de bruit pour rien '( comedy ) qui fut mon inoubliable et éreintant (pour le cerveau ) ' baptême du feu ' au ´Swan Theatre ' ( ´ équivalent 'de la Comédie française ' ) à Stratford-upon -Avon - Royal Shakespeare Company , a RSC member. ( The writer 's birthplace and first actings before being at The ' Globe Theatre ' in London, along the Thames River ) . J'accompagnais mes premières 1ères et terminales anglaises avec leur professeur de littérature ; arrivée depuis un mois et demi et j'avais 20 ans ! Je n'avais pas lu la pièce ( les comédies vont à une allure folle ) et sans plaisanter , je suis sortie comme ivre , titubant de l'énorme effort que cela représentait pour moi ! Une superbe chance aussi ! ( il faut savoir qu'il y a un glossaire à la fin de chaque œuvre avec des mots spécifiques que les anglophones ne connaissent pas , non plus ; Shakespeare est réputé pour la richesse de son vocabulaire : total estimé : 28.829 mots, de source sûre ! ( Le grand ROBERT répertorie de 30.000 à 100.000 mots dans notre langue , mais ensemble 'mouvant ' - moyenne nationale' de 5000 mots usités / 12,000 ( known ) for teen-agers and average adults > knowing up to 30,000 words ) . Les chercheurs estiment qu'une personne cultivée connaît à peu près 50.000 mots ; 20.000 en vocabulaire actif , 30.000 en vocabulaire passif . Je dois me dire en échec : je n'arrive pas à trouver le nombre ~ total de mots employés par Victor Hugo , écrivain dit le plus prolixe . ' Faites vos jeux ! ' Finalement , une première réponse : Balzac serait le ' recordman' avec 50.000 mots , Racine réputé pour la paresse de ses 4000 mots ! Et Hugo donc ? Goethe en allemand ? ( 100.000 seraient -ils' possibles ? ) ...oh ! Je vais verdir !!!! Help ! A en tourner la tête ....' Faites toujours vos jeux !´


( Would any one among you all know about it ? ' My ' specialists don't !...)

---IMOGEN : on ne sait qu'assez tard dans le livre que cette petite fille est devenue aveugle à trois ans . En revanche , il existe un portrait à l'huile d'elle et question aussi de ses grands beaux yeux bleu céruleum - Cerulean - ) comme le lac Chambon en Auvergne ( en vacances near Murol) ...
Comme ce livre est une ' collection ' de lettres enregistrées ( commentaires de photos en contexte ) pour Imogen , tout est comme une longue adresse à ce personnage ( ~ 30 ans aujourd'hui ) qu'on ne connaîtra mieux que dans les tout derniers volets , tant la vérité est 'dure à passer ' , mais nécessaire pour qu'Imogen puisse donner du sens à son histoire familiale , à sa cécité , à son placement en famille d'accueil puis en institution pour aveugles ( for the Blind ). On saura aussi comment Rosamond ou 'Ros ' voulait si fort l'adopter et ne le put pas .
................. Nicolas de STAEL

8 ] LES PASSES ( TENSES )
- les simple pasts : se traduisaient en passé composé comme dans une conversation restituée . Pour les événementiels , on pouvait garder un peu de passés simples . Comme cela nous venait , en fait du moment que cela est fluide .
- les past continuous , temps du flash-back ou réactualisation , se traduisaient comme d'habitude par l'imparfait (descriptif ) ou ' être en train de ' à dose infinitésimale et fonctionnent comme un film qui nous remet en situation .

9 ] Les MODES : indicatif ou subjonctif suivant la modalité ( intention portée par le locuteur ou narrateur , en linguistique ) et l'évolution de notre langue :
- après ' le fait que ' n'amenait longtemps et l'amène chez moi (ici) que le subjonctif , directement issu du latin . Mais vrai que quelque part , si ' tout ce qui est subjonctif est subjectif ' ( on peut discuter ) , on voit donc apparaître l'indicatif comme étant une ' vérité vraie ' ( Rosamond a raté le geste de Gracie , ne l'a donc pas vu ; sa mère , si et lui a rapporté )
- le fait que Gracie me fasse au revoir de la main ...
- le fait que Gracie me faisait " ....." .....

10 ] WHICH : relative qui RÉSUME une déclaration précédente :
Proposition principale déclarative (donc ) - , virgule obligatoire - ce que , ce qui ...( explique la déclaration ; importe ce qui précède le relatif )
' something happened ...something to do with the fence , which is really why I remember all of this so well ' .
# What amené comme C.O.D (ex) par la proposition principale et indissociable - importe ce qui suit le relatif : I don't know what I am going to bring you as a gift ( cela ne me ressemble pas !)

And I think I will close this part here . Thank you for reading closely and adding your two pence/ cents worth , if you can .


Réponse : The rain before it falls/Version de violet91, postée le 22-12-2016 à 19:53:41 (S | E)
Hello dear all ,

Thank you so much again for keeping patient and silent while I 'haven't done my duty ' entirely . A very risky week to organize any comment and whole correction ! But that is my choice , isn't it ? And I know I can rely both on your refinement and flexibility . I am really trying my best ... I am sure you are like me in the 'starting blocks' .

II ] KEYWORDS, PHONETICS, TRANSPARENT WORDS and COMMENTS :
1 ) Evacuation [i'vkjn] : l'évacuation , bien sûr ( déplacements ) . Il ne peut être question de ' déportation ' qui renvoie au drame ultérieur sur ' le Continent ' [ le ministre de l'intérieur de l'époque Herbert Morisson a rappelé en 1942 que ' les juifs allemands réfugiés en Angleterre continueraient à être traités comme des ressortissants allemands , ne reconnaissant pas à l'Etat adverse la compétence de priver un citoyen de sa nationalité rien que par son appartenance raciale ' ] même si certains enfants furent 'déplacés ' à l'étranger ( dans de bonnes conditions ) La communauté juive en nombre était et demeure la 2eme d'Europe ( avec France ) , la 5ème mondiale .
Cette mesure britannique avait pour but d'épargner les enfants , de les sauver ...on leur faisait 'vider les lieux ' dangereux , capitale et grosses villes , exposées forcément aux bombardements ( bombings ['bmbiz]. Bien sûr , ce fut déchirant pour tous , mais on connaît le civisme de la GB . Et les pauvres ...ils ne savaient pas la férocité des opérations durables . An evacuee / evacuees . ['vkj'i/'vkju:iz ]
------La France a adopté des mesures semblables ...rappelez - vous les films si touchants ' Le grand chemin ' ou ' Au revoir les enfants ' ..Des milliers d'enfants aussi sont partis 'à la campagne ' . PetiteNina du site me racontait l'exode ( exodus) et l'évacuation d'une classe entière avec leur institutrice en Vendée ( les résidences secondaires du bord de mer - là - étaient réquisitionnées . ) video ( 'Jeux interdits ' n'a pas sa vraie place , ici )
--Lien internet

--Lien internet

--Lien internet
2 mins17
--Lien internet
1 min 37

2 ) An upheaval [p'hvl] : ( a heave : une houle , un tas , une butte , un soulèvement ) bouleversement, chamboulement , chambardement (autre connotation / me faisait trop penser à la chanson de Guy Béart )

3 ) to take away : emporter # ici forcément rien à voir avec du 'take away ' food - repas à emporter chez soi ( Indian , Chinese 'take away ' shops ) / l'expression ici est porteuse de l'arrachement aux parents et du voyage à distance by train . J'ai opté pour souligner le trait du chagrin et insérer un verbe pour le moyen . ( Les enfants se montrent joyeux sur de nombreuses photos ; spectaculaire ! Ils avaient dû être sagement bien préparés par parents et maîtres . En tant que mère ...je ne pouvais m'empêcher de m'imaginer laminée dans pareille situation ...comme vous , je pense . On avait aussi dû leur dire que ce serait de très courte durée .
Pas l'épouvantable situation de ' Sophie's choice ' , rappelez-vous l'interprétation magistrale de Meryl Streep ( 1982) - adaptation from the novel by American William Styron (1979)['stjn] [...] ( elle ne nous surprend même plus pour son brio - unique , cette actrice ! ) déchirée , lacérée , épouvantée, puis folle de culpabilité ( guilt) par son choix juste impossible sur ce quai de gare vers les camps ! La déportation , là , et pire . You see what I mean, I suppose .
......Lien internet
4 mins

4 ) to experience versus experiment :
a ) to experience [iks'prins] ( an experience ) [ ...] = to witness / participate ( the effect upon the judgement or feelings produced [pr'dysd] ....] by an event : faire l'expérience de , être partie prenante dans ...
b ) to experiment [iks'primnt] ( an experiment ) [ ...] : to discover / test / try / establish / illustrate a theory ...( trial ['trl] or special observation , made to confirm or disprove something uncertain ...) : faire une expérience ( scientifique par ex.) , mettre à l'épreuve , expérimenter .

5 ) the phase [fz]: like moon phases [fziz] ( new or third quarter or full moon... ) .

6 ) To turn out : s'avérer , se révéler , se manifester , apparaître .

7 ) A false [fls] alarm ['lm]

8 ) The process '[pr'ss] , procession [prsn], < to proceed [ pr'sd]: avancer.

9 ) the threat [rt]: la menace . To threaten / threatening : menacer , menaçant .

10 ) whereas [wrz] : subordonnant du CONTRASTE : alors que , contrairement à ce que .. ( unlike , contrary to ...)

11 ) Grace ['grs] ( cf. Grace Kelly ) Poor ( little) Gracie ( no article + nom propre ) > Gracie ( Lass > Lassie ): terminaison affectueuse = -ot ou -ette en francais : Pierrot , Pierrette , Nanette, Lucette ( comme une petite chienne bull-dog que je connais !! Pardon pour les Lucette si jamais ... ! ) ; en -ke en flamand et néerlandais : Anneke( , drôle d'impression la première fois ! sounds ' keu' and a little odd to me ) , Marike ( Brel ;) ; -ino in Italian : Pino , Lorenzino ( Musset) / Carlito Carlita -to ' Joselito con la voce dorada ', Paolito , -ta in Italian and Spanish Julieta , Pakita ( Catalan ) and so on ( Clown Zapato ( pour ses grandes chaussures ?) ) ...
Lien internet
2 mins
Grace ( noun ) > full of grace > graceful / gracefully comme Margot Fonteyn ou Sylvie Guillem ...ou un petit rat non musqué ( oh rats !Poor ballet students !) !!! # graceless , comme le furent les désopilants ( hilarious ) Jacques Charron , Robert Hirsch et Robert Manuel , tous trois de la Comédie Française ! Vous les rappelez-vous ?!
Lien internet


12 ) Fortunate ['fnit] Unfortunate - terminaison en -ate : noms et adj . [it] ex : 'The Graduate '[grdjit] ( Here's to you ! Mrs Robinson ! Jesus loves you more than you will know . Wo wo wo ' Simon & Garfunkel : nice memories too ) , climate , affectionate( affectueux ) , # verb en -ate[-t]: to graduate[rdjt] , to negociate, to congratulate ...

13 ) The [] ones ( pas de voyelle= 'wanz' )

14 ) A photograph [ftgrf] / photographs / photo , photos['ftz] / a photographer [f'tgrf] < Daguerreotype : self -portrait of Baudelaire,photos by Lewis Carroll ( children : young Alice Liddell and his nephew) , Oscar Wilde ( cf Paris exhibition on ) .. Robert Capa
(as a war reporter : Normandy landings ) . Doisneau / Cartier-Bresson ...Diane Arbus ..Helmut Newton ..( Martin Parr
------------- -
-- first soldier on ' Omaha beach' ( Courseulles / mer) ***
and another style ' très branché'! very trendy... This is Martin PARR !

15 ) To capture ['kp] A capture ( to take captive / to attract and hold / The act of taking , seizing )/ To caption : sous-titrer ( subtitle ) A caption ( heading / short description / explanation / inscription / legend ...) ( The photo caption : la légende d'une photo )

16 ) To intend [in'tnd ], intended [in'tndid] ...] intention [in'tnn]

17 ) Value ['vlj] ...] cf .seen on a label [ leibl] or stated : good value ! ( comme une bonne affaire - rapport qualité -prix ) , valuable [v'ljbl> = treasure [trj]like mine.

18 ) Corroboration [k,rbrn]to cooroborate (-t] . You remembered , didn't you ?!

19 ) The day ( when ) Gracie left : attention au francais ' où ' ...l'anglais est ici plus rigoureux : circonstanciel de temps .

20 ) The route [rt] cf. ' Titanic' hit an iceberg and sank down ( April 10th 1912 ) because Captain Smith chose the quickest(quicker = two of them) route , the summer route . : le trajet , l' itinéraire d'été .

21 ) Merely [mli] : ( only, purely, solely ...) simplement . # merrily ! Merrily ! Merrily ! ( like ´jingle bells !)

22 ) None [nn] of them were ( pl ) wearing ...: pas un seul ne portait ...No one > none = not one

23 ) gas [gs] masks [msks]

24 ) knapsacks[npsks] ´k ' muet : des sacs à dos ( = know , knothole, knee , knickers , knock at the door like Jack and Jill * # notre ' Dr Knock ou le triomphe de la médecine ' by Jules Romain , cf . Louis Jouvet ( film 1951 ) ? Tickles ? tickling ? Making itch ? Itching ? ***
? It Lien internet
2mins 48

25 ) Wildly [wdli] jealous [ls] : sauvagement > férocement jalouse . C'est moche ! ' La jalousie , c'est le cancer de l'amour ' chantait notre si bon ( silencieux désormais ) Yves Simon !
---pour la Zelda de Scott Fitzgerald Lien internet

----et 'Diabolo menthe ' pour nos chouettes années de lycée et les 'Anne '!!! ( Diane Kurys )

26 ) To choose somebody or better something over somebody else or something else = to select , to prefer ...
How to choose over earphones ? ( before buying ...and mind your ears !!!)

27 ) Shoulder [ld] 'Come and cry on my shoulder , Baby !´ Presley )

28 ) a fence [fns]...] , a wooden fence : une barrière (de bois ) .

29 ) I realized (UK) ['rlzd]

30 ) desperately [dsptli]

31 ) to wave [wv] at / to wave to

32 ) I ignored [i'gnrd]

33 ) rejected [r' ktid].

35 ) This great adventure ['dvn]: une expédition (ici), aventure (pour le moment ) , mésaventure (bientôt)

A pain in the neck this computer !!! PHEW ! BOUH !! Good God !! Have a good night ! I am going to rest for a good moment ! See you tomorrow late morning ! Nightnight !
Woilà ! Tout est en principe réparé ! C'est le moment de l'au revoir pour 2016 qui ne fut pas une année commode et rayonnante ! Vivement la suivante !
En attendant , je vous souhaite de tout coeur un excellent week-end de Noël en famille ou autre , avec cette chaleur humaine(et petits ), vraie ressource en cas de grains !
Merci à tous de votre fidélité sur 8 ans +++ pour certains et vos participations endiablées ...euh ! ..je veux dire impliquées et assidues ! Comme enthousiastes aux corrections . Un bravo aux non francophones pour qui ( pour l'un en particulier ) ce n'est pas une mince affaire que de se lancer dans des traductions de textes originaux . ( more difficult than advanced !) . Des louanges

Dearest friends and occasional passers-by , HAVE a very MERRY CHRISTMAS ! ENJOY YOURSELVES a great deal , as we all need to ! Love from Violet xx
And as a Xmas gift for you all : Lien internet
as a tribute to LEONARD nd] COHEN such an unforgettable man ! You should have seen him on the Olympia stage : we were mad with him , singing all aloud together ! ( see the beauty of the lines ) What a recent loss ! ( I could have posted his ' Hallelujah).
So long dear all ! Hugs and kisses ! ...........



Réponse : The rain before it falls/Version de eos17, postée le 26-12-2016 à 11:30:56 (S | E)
Hello dear violet,
Quel travail ! Un grand merci pour cette découverte littéraire qui rappelle de sombres années. Merci pour ta traduction soignée( comme d'habitude) et cette recherche de liens qui l'accompagnent.
Toute mon amitié.



Réponse : The rain before it falls/Version de car2bar, postée le 28-12-2016 à 13:04:22 (S | E)
Thank you, dear Violet, for this beautiful literary task!
Happy new year!!!



Réponse : The rain before it falls/Version de swan85, postée le 30-12-2016 à 13:30:42 (S | E)

Merci Violet pour tous les beaux textes que tu nous as proposés tout au long de l'année enrichis de tes explications et corrections toujours bien documentées.

Tous mes Meilleurs voeux pour 2017.






Réponse : The rain before it falls/Version de kazan, postée le 03-01-2017 à 08:12:51 (S | E)
Great excerpt and great correction, as always I might say.
Looking forward to your next translation.
Happy NEW Year!



Réponse : The rain before it falls/Version de gerondif, postée le 03-01-2017 à 22:57:06 (S | E)
Hello, Violet,
Happy New Year.
Merci pour ce texte intéressant et cette belle correction (Mais je n'ai pas encore tout lu ou tout ouvert).



Réponse : The rain before it falls/Version de pivoine91, postée le 23-01-2017 à 20:48:18 (S | E)
Dear Violet,

La pluie avant qu'elle ne tombe
(...) Que savez-vous Imogen à propos de l'évacuation des enfants pendant la Seconde Guerre Mondiale ? (...) Le plus important bouleversement survenu au tout début de la guerre, quand des centaines de milliers d'enfants - plus d'un million même - furent éloignés de leurs parents par train en l'espace de quelques jours. Je n'ai pas vécu cette expérience personnellement. Cet épisode se transforma en une fausse alerte et la plupart de ces enfants revinrent auprès de leurs familles pas longtemps après Noël.Et puis, à la fin de l'été 1940 quand les bombardements débutèrent, mon père connaissait la menace et pensait qu'il fallait faire quelque chose. Mais je faisais partie de l'une de ces personnes chanceuses ayant de la famille à la campagne. (...) Alors que Gracie n'avait pas cette chance.
Une photographie représente peu de chose en fait. Elle peut seulement capter un instant en dehors des millions de moments dans la vie d'une personne ou la vie d'une maison. En effet, pour ces photographies que j'ai en face de moi maintenant, celles que j'essaie de vous décrire...elles ont de la valeur. Elles sont la preuve que les choses dont je me souviens, je me souviens de quelques unes de ces choses, sont réellement arrivées (...). Mais quels souvenirs pour lesquels il n'y a pas de représentation, pas de confirmation, pas de preuve ? je pense à ce jour pas longtemps après, le jour où ces enfants évacués sont passés devant chez nous, le jour où Gracie s'en est allée.
Notre maison était située sur la route entre l'école et la gare, aussi nous pouvions suivre toute la procession. Ils sont passés tôt le matin aux environs de neuf heures. Combien d'enfants ? Peut-être cinquante bien que cela ne soit qu'une estimation, emmenés par leurs enseignants. Aucun (...) ne portait d'uniforme scolaire et tous portaient leur masque à gaz d'une main et une petite valise ou un petit sac à dos dans l'autre. Ils avaient aussi des étiquettes attachées autour de leur cou.
Gracie était presque à l'avant de la procession marchant côte à côte avec un autre de ses amis, un garçon dont j'étais extrêmement jalouse, quelqu'un qu'elle me préférait dans la cour de récréation. (...) Je ne pouvais comprendre pourquoi ils semblaient si heureux car ma mère et mon père m'avaient raconté ce que représentait cette évacuation et pour quelle raison - même si je n'étais pas plus âgée que Gracie - le sens de cet épisode m'a ruinée dedans et j'ai compris que quelque chose de terrible était en train de se produire, qu'elle était en train de quitter la maison ce jour et que personne ne savait quand elle serait de retour.
Ma mère se tenait près de moi, peut-être avec sa main sur mon épaule et ensuite quelque chose arriva, quelque chose en relation avec la clôture se produisit, c'est vraiment tout ce dont je me rappelle aussi bien. Là où je me tenais, la barrière présentait un trou. Un petit trou que j'explorais avec mon doigt comme les enfants passaient devant nous. Et puis soudain, je réalisai que mon doigt était coincé. Une peur panique s'empara de moi et pendant les quelques secondes qui suivirent cela me parut une éternité. Tout ce que je pouvais penser c'est qu'il était là pour toujours...et que je ne pourrais jamais libérer mon doigt. Je tirai dessus désespérément et de ce fait j'oubliai de regarder les enfants qui passaient à proximité jusqu'à ce que ma mère secoua mon épaule pour attirer mon attention sur le fait que Gracie me faisait signe de la main, et puis, je dressai mon bras gauche - mon bras libre pour lui faire signe, mais en effet c'était trop tard. Gracie avait disparu et ne me regardait plus, Je ne m'émerveillai pas ensuite mais maintenant je m'émerveillai de l'avoir saluée, si elle était blessée, je l'ignorai, si elle se sentait rejetée du fait que je ne l'ai pas remarquée au début de cette grande aventure.

Grands mercis, Violet, pour ce nouvel extrait fort apprécié et que je connais presque par "coeur" l'ayant copié et recopié maintes fois mais avec grand plaisir car le choix des oeuvres à travailler est toujours de qualité, de qualité ! grâce à vous....

-------------------
Modifié par lucile83 le 23-01-2017 21:12
Propos déplacés effacés.




[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


Cours gratuits > Forum > Exercices du forum

Partager : Facebook / Google+ / Twitter / ... 


> INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Aide/Contact

> COURS ET TESTS : -ing | AS / LIKE | Abréviations | Accord/Désaccord | Activités | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Be | Betty | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contractions | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Ecole | En attente | Exclamations | Faire faire | Famille | Faux amis | Films | For ou since? | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Get | Goûts | Grammaire | Guide | Géographie | Habitudes | Harry Potter | Have | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Make/do? | Maladies | Mars | Matilda | Modaux | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Neige | Nombres | Noms | Nourriture | Négation | Opinion | Ordres | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Plus-que-parfait | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Present perfect | Pronoms | Prononciation | Proverbes et structures idiomatiques | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Question Tags | Relatives | Royaume-Uni | Say, tell ou speak? | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Suggérer quelque chose | Synonymes | Temps | Tests de niveau | There is/There are | Thierry | This/That? | Tous les tests | Tout | Traductions | Travail | Téléphone | USA | Verbes irréguliers | Vidéo | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements


> INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée / Cookies.
| Cours, leçons et exercices d'anglais 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.