Cliquez ici pour revenir à l'accueil... Créer un test / 1 leçon par semaine
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
4 millions de comptes créés

100% gratuit !
[Avantages]


Comme des milliers de personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon d'anglais !



- Accueil
- Aide/Contact
- Accès rapides
- Imprimer
- Lire cet extrait
- Livre d'or
- Nouveautés
- Plan du site
- Presse
- Recommander
- Signaler un bug
- Traduire cet extrait
- Webmasters
- Lien sur votre site

> Partenaires :
-Jeux gratuits
-Nos autres sites
   


Such an ordinary name/ III

Cours gratuits > Forum > Exercices du forum || En bas

[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


Such an ordinary name/ III
Message de violet91 posté le 08-11-2015 à 11:35:59 (S | E | F)
Hello dear all ,
I can't let you down like that , can I ? You are so sweet to me !...
Before I go away for a whole week which explains my extension to correcting excerpt II , I made up my mind this morning to give you the third one , to keep you busy and thrilled with Chris's story .

Things have gone worse and worse with that' Harry business' and even so bad (that) one day , the James couple had a serious row[r] ( quarrel ) : Jim now thinks his wife is getting mad and somehow skeptical about her feeling towards strange Chris - the origins of the child rather - which he just couldn't stand [Never had they imagined to wonder who Chris was before they adopted her : they loved her at first sight and were over the moon ! ) . We know the mother has never stopped adoring her daughter, of course , but she has become scared ' to lose ' her in a way ; she doesn't understand her obsessive[ b'ssiv] attitude and their relationship has got a little complicated( tricky, not always smooth as it used to be ). It is a shame actually, for both are very loving and they wouldn't do without one another !
The little girl behaves as if she was with her brother constantly and ...when the day comes , Mrs James has to take her to school almost by force ... Little Chris would ( sort of refuses))not go since Harry is not coming !


-------Such an ordinary name . Version III -----------

[ ....] Next morning , Chris was silent and sulky . Jim joked with her and tried to cheer her , but all she would do was look out of the window and say : ' Harry's gone . '
'You won't need Harry now . You're going to school , ' said Jim . Chris gave him that look of contempt she'd given me sometimes .
She and I didn't speak as I took her to school . I was almost in tears . Although I was glad for her to start school, I felt a sense of loss parting with her . I suppose every mother feels that when she takes her ewe-lamb to school for the first time . It is the end of babyhood for the child , the beginning of life in reality, with its cruelty , its strangeness , its barbarity . I kissed her goodbye at the gate and said :
' You'll be having lunch at school with the other children , Chris , and I'll call for you when school is over , at three o' clock .'
' Yes , mummy .' She held my hand tightly . Other nervous little children were arriving with equally nervous parents . A pleasant young teacher with fair hair and a white linen dress appeared at the gate and gathered the new children towards her and led them away . She gave me a sympathetic smile as she passed and said : ' We'll take good care of her .'
I felt quite light-hearted as I walked away , knowing that Chris was safe and I didn't have to worry .
Now I started my secret misssion . I took a bus and went to the big, gaunt building I hadn't visited for over five years . Then , Jim and I had gone together . The top floor of the building belonged to the Greythorne Adoption Society . I climbed the four flights and knocked on the familiar door with its scratched paint .
' May I see Miss Cleaver ? My name is Mrs James .'
' Have you an appointment ? '
' No but it is very important .'
'I'll see '. [...]
Miss Cleaver , a tall , thin, grey haired woman with a charming smile , a plain , kindly face and a very wrinkled brow, rose to meet me . ' Mrs James ! How nice to see you again . How' s Christine ? '
' She 's very well , Miss Cleaver . I'd better get straight to the point . I know you don't normally divulge the origin of a child to its* adopters , and vice versa , but I must know who Christine is .'
' Sorry , Mrs James ,' she began 'our rules ...'
'Please let me tell you the whole story , then you'll see I'm not just suffering from vulgar curiosity .'
I told her about Harry .
When I'd finished , she said : ' It's very queer . Very queer indeed , Mrs James . I'm going to break the rule for once . I'm going to tell you in strict confidence where Christine came from .
' She was born in a very poor part of London . There were four in the family , father , mother , son and Christine herself .´
'Son ?'
' Yes . He was fourteen when - when it happened .'
' When what happened ?'
' Let me start at the beginning . The parents hadn't really wanted Christine . The family lived in one room at the top of an old house which should have been condemnned by the Sanitary Inspector in my opinion .It was difficult enough when there were only three of them , but with a baby as well life became a nightmare . [...]

--------Excerpt III from 'HARRY ' by Rosemary TIMPERLEY . ' Book of ghost stories' by Roald DAHL .

* ( use of the neutral gender) Assuming it is a newborn (0-3 months) or very young baby .

. -.-.-.-.

Now I expect you are getting more and more grasped with this suspense story ...there will be a last part to come . I can go light-hearted as well , now , you have something good ' to get your teeth into ' and entertaining to do , too .
Thanks for coming , reading , visiting and stopping .
See you after November 16th ,then, on my return and on excerpt II .
Do enjoy translating this new passage ! Take care and have a lovely time !

Correction prévue autour du 30 Novembre .

-------------------
Modifié par lucile83 le 08-11-2015 13:30



Réponse : Such an ordinary name/ III de jo06, postée le 12-11-2015 à 14:26:54 (S | E)
Hello Violet,
Thank you very much for this exercise.
Hello everyone,
This is my work.

[ ....] Le jour suivant, Chris était silencieuse et boudeuse. Jim plaisantait avec elle et essayait de la stimuler, mais tout ce qu’elle faisait était de regarder par la fenêtre et de dire : « Harry est parti ».
« Tu n’auras pas besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l’école » dit Jim. Chris lui lança ce regard de mépris qu’elle me lançait parfois.
Nous ne nous sommes plus parlées jusqu’à que je l’amène à l’école. J’étais presque en pleurs. Bien que j’étais contente pour elle qu’elle aille à l’école, j’avais la sensation de perdre une partie d’elle. Je suppose que chaque mère ressent cela quand elle amène son bébé (sa progéniture) à l’école pour la première fois. C’est la fin de la période bébé pour l’enfant, le commencement de la vie en réalité, avec ses cruautés, ces bizarreries, ses barbaries. Je lui donnai un baiser au portail et dit :
“Tu prendras le déjeuner à l’école avec les autres enfants, Chris, et je viendrai te chercher quand l’école sera finie, à trois heures. »
« Oui, Maman. » Elle tenait ma main fermement. D’autres enfants nerveux arrivaient avec des parents aussi nerveux. Une agréable jeune enseignante, blonde, vêtue d’une robe de lin blanc apparut à la grille et rassembla les nouveaux autour d’elle et les emmena. Quand elle passa elle m’envoya un sympathique sourire et dit ; »Nous allons bien prendre soin d’elle ». Je me sentais le cœur plutôt léger pendant que je m’éloignais, sachant que Chris était en sécurité et que je n’avais pas besoin de m’inquiéter.
Maintenant je commençais ma mission secrète. Je pris un bus pour aller au grand immeuble gris que je n’avais pas revu depuis cinq ans. A l’époque, Jim et moi y avions été ensemble. Le dernier étage appartenait à la société Greythorne Adoption. Je grimpai les quatre étages et frappai à la porte habituelle avec ses peintures éraflées.
« Puis je voir mademoiselle Cleaver ? Je suis madame James”.
“Aviez vous rendez-vous?”
“Non, mais c’est très important”.
« Je vais voir ».[…]
Mademoiselle Cleaver, une grande, mince, femme aux cheveux gris, avec un charmant sourire, au visage clair et bienveillant et au front très ridé, se leva pour me recevoir.
« Madame James ! Quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine?”
“Elle va très bien, mademoiselle Cleaver. Je préfèrerais aller droit au fait. Je sais que vous ne divulguez pas, habituellement, les origines d’un enfant à ses parents adoptifs, et vice versa, mais je dois savoir qui est Christine ».
« Désolée, madame James », commença t elle » nos règles… »
« S’il vous plait, laissez moi vous raconter toute l’histoire, puis vous verrez que ce n’est pas de la curiosité malsaine ».
Je lui parlai d’Harry.
Quand j’ai eu fini, elle dit : « c’est très étrange. Très étrange en effet, madame James.
Je vais enfreindre le règlement pour une fois. Je vais vous dire dans la stricte confidence d’où vient Christine.
« Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille, père, mère, fils et Christine. »
« Fils ? »
« Oui. Il avait quatorze ans quand-quand c’est arrivé. »
« Qu’est ce qui est arrivé ? »
« Laissez moi commencer depuis le début. Les parents ne voulaient pas vraiment Christine. La famille vivait dans une chambre au dernier étage d’une vieille maison qui a dû être condamnée par l’inspection sanitaire à mon avis. C’était assez difficile quand ils n’étaient que trois, mais aussi avec un bébé la vie devint un cauchemar.[…]

Try to translate this text, on a stormy night...You will enjoy! I wish you a nice end of week.



Réponse : Such an ordinary name/ III de kannichnicht, postée le 12-11-2015 à 17:57:12 (S | E)
Hello Violet , j'espère que ce courrier va enfin arriver , j'ai des problèmes d'ordinateur

Le matin suivant , Chris restait silencieuse et boudait .Jim blaguait avec elle et essayait de la faire sourire , mais la seule chose qu'elle voulait était de regarder par la fenêtre et dire : « Harry est parti »
« Tu n'auras pas besoin de Harry maintenant. Tu pars à l' école » lui dit Jim . Chris lui envoya le regard de mépris qu'elle m'avait adressé parfois .
Elle et moi n'avons pas parlé sur le chemin de l' école . J'étais presque en larmes. Alors que je me réjouissais de la voir commencer l'école , j'avais l'impression de perdre un petit peu d'elle.
Je devine que chaque mère ressens cette émotion quand elle conduit son enfant à l'école pour la première fois.
C 'est la fin du stade bébé pour l'enfant et le début de la vraie vie , avec sa cruauté , ses bizarreries , ses barbaries. Je l'embrassai pour lui dire au revoir au niveau de l'entrée et lui dis
« Tu déjeuneras à l'école avec les autres enfants , Chris , et je viendrai te chercher quand la classe sera terminée , à trois heures »
« Oui , maman , » Elle tenait ma main fermement ? D'autres petits, assez nerveux arrivaient avec leurs parents tout autant nerveux. Une jeune enseignante blonde et agréable, vêtue d'une robe de lin blanc arriva près du portail et rassembla les nouveaux élèves près d'elle et les emmena.
Elle m'adressa un gentil sourire en passant et dit « Nous prendrons soin d'elle »
Je me sentais le coeur léger en revenant , sachant que Chris était en sécurité et que je n'avais pas à m'inquiéter.
De là , je partis pour ma mission secrète . Je pris le bus en direction de l'immeuble immense et horrible (décharné ) que je n'avais pas revu depuis plus de cinq ans . C'est là, que Jim et moi étions venus ensemble. L'étage du haut abritait la société d'adoption Greythorne . Je montai les quatre étages et frappai à cette porte familière pour moi avec sa peinture écaillée
« Pourrais-je voir Miss Cleaver ? Mon nom est Madame James »
«  Avez -vous rendrez -vous ? »
« Non, mais c'est très important »
« Je vais voir » . [...]
Miss Cleaver , une grand femme fine aux cheveux gris , avec un charmant sourire , un visage pur et bienveillant , le front ridé se leva pour m'accueillir ; « Madame James, Heureuse de vous revoir . Comment va Chris ? »
'« Elle va très bien , Miss Cleaver . Je voudrais aller droit au but . Je sais que normalement vous ne divulguez jamais les origines des enfants aux parents adoptifs , et vice et versa , mais je dois absolument savoir qui est Chris »
« Désolée , Madame James, » elle commençait ..«  nos règles …..
- « S''il vous plaît , laissez moi vous dire tout, puis ensuite vous comprendrez que je ne souffre pas d'une curiosité malsaine.
Je lui racontai tout sur Harry ,
Quand j'ai eu terminé ; elle dit : «  C'est étrange, Très étrange vraiment , Madame james , Je vais rompre avec la règle pour une fois . Je vais vous dire , en toute confidence, d'où vient Chris ?
« Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille , le père, la mère, un fils et Christine
« Un fils ? »
« Oui , il avait quatorze ans , quand c'est arrivé » 
« Je vais vous raconter depuis le début. Christine n'était pas du tout désirée par ses parents. La famille vivait dans une seule pièce au dernier étage d'une ancienne maison qui, à mon avis, aurait dû être condamnée par l'inspecteur sanitaire. C'était déjà difficile quand ils n'étaient que trois ; mais avec un bébé la vie devenait un cauchemar [...]
Excerpt III from 'HARRY ' by Rosemary TIMPERLEY . ' Book of ghost stories' by Roald DAHL




Réponse : Such an ordinary name/ III de mamou3, postée le 13-11-2015 à 06:40:17 (S | E)
Hello Dear Violet, Hello everybody !
Thank you for this new extract !

Un prénom si ordinaire III.
Le lendemain matin, Chris était silencieuse et maussade. Jim plaisanta avec elle et tenta de lui remonter le moral mais tout ce qu'elle faisait c'était regarder par la fenêtre et dire : "Harry est parti".
- Tu n'auras plus besoin de Harry maintenant, tu vas aller à l'école dit Jim. Chris lui lança ce regard plein de mépris qu'elle me lançait parfois.
Elle et moi n'avions pas parlé comme je la conduisais à l'école. J'étais au bord des larmes. Même si j'étais contente pour elle qu'elle commence l'école, je ressentais un sentiment de perte, de séparation avec elle. Je suppose que c'est ce que chaque maman ressent quand elle conduit son petit agneau à l'école pour la première fois. C'était la fin de la petite enfance, le commencement de la vie dans sa réalité, avec sa cruauté, son étrangeté, sa barbarie.
Je luis dis au revoir, à la porte, en l'embrassant :
- Tu prendras ton déjeuner à l'école avec les autres enfants, Chris, et je t'appellerai quand l'école sera finie à 3 heures.
- Oui maman. Elle tenait fermement ma main. D'autres enfants nerveux arrivèrent avec leurs parents aussi nerveux qu'eux. Une jeune professeur agréable, aux cheveux blonds, vêtue d'une robe en lin blanche apparut à la porte et rassembla les nouveaux enfants autour d'elle et les emmena. Elle me fit un sourire compatissant comme elle passait et dit : - Nous allons prendre bien soin d'elle.
Je me sentais le coeur plutôt léger en partant, sachant que Chris était en sécurité et que je ne devais pas me tracasser.
Maintenant je commençais ma mission secrète. Je pris le bus et me rendis à la grande maison désolée que je n'avais plus visité depuis 5 ans. A cette époque, Jim et moi y étions allés ensemble. Le dernier étage de l'immeuble appartenait à la Société d'adoption Greythorne. Je gravis les quatre volées de marches et frappai à la porte familière avec sa peinture écaillée.
- Pourrais-je voir Melle Cleaver ? Mon nom est Mme James.
- Avez-vous un rendez-vous ?
- Non, mais c'est très important.
- Je vais voir (...)
Melle Cleaver, une femme grande et mince, aux cheveux gris, avait un charmant sourire, un visage quelconque et un front très ridé, elle se leva pour me saluer.
- Mme James ! Contente de vous revoir ! Comment va Christine ?
- Elle va très bien, Melle Cleaver. Je ferais mieux d'aller droit au but. Je sais qu'habituellement vous ne divulguez pas l'origine d'un enfant à ses parents adoptifs et vice-versa mais je dois savoir qui est Christine.
- Désolée, Mme James, commença t-elle, nos règles..
- S'il vous plaît, laissez moi vous raconter toute l'histoire alors vous verrez qu'il ne s'agit pas seulement d'une curiosité vulgaire. Je lui parlai de Harry. Quand j'eus terminé, elle dit :
- C'est très étrange. Très étrange, en effet, Mme James. Je vais briser la règle pour une fois. Je vais vous raconter en toute confidentialité d'où Christine venait. Elle est née dans un quartier pauvre de Londres Ils étaient 4 dans la famille, le père, la mère, le fils et Christine, elle-même.
- Le fils ?
- Oui, il avait 14 ans quand ..., quand c'est arrivé.
- Quand, qu'est-ce qui est arrivé ?
- Laissez moi commencer par le commencement. Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine. La famille vivait dans une seule pièce, en haut d'une vieille maison qui, à mon avis, aurait du être condamnée par le service sanitaire. C'était assez difficile quand ils étaient seulement trois mais avec un bébé en plus, la vie devint un cauchemar.

What a thrilling story ! Thank you again !




Réponse : Such an ordinary name/ III de eos17, postée le 13-11-2015 à 11:07:25 (S | E)
Hello violet,
Un prénom si ordinaire
…. Le matin suivant, Chris était silencieuse et boudeuse. Jim plaisantait avec elle et essayait de l'encourager mais tout ce qu'elle faisait, était de regarder à l'extérieur et dire :' Harry est parti !'
' Tu n'auras pas besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l'école,' dit Jim. Chris lui adressa ce regard de mépris qu'elle m'avait lancé quelquefois. Nous n'échangeâmes pas un mot jusqu'à l'école . J'étais au bord des larmes. Bien que je me réjouisse de ses débuts à l'école, je ressentis une impression de vide causé par la séparation .Je suppose que toute mère sent cela quand elle amène son petit ( enfant) pour la première fois à l'école. C'est la fin de la petite enfance pour l'enfant, le début de la vie en fait, avec sa cruauté, ses singularités, sa barbarie. Au portail je l'embrassai pour lui dire au revoir et dit : 
' Chris, tu déjeuneras à l'école avec les autres enfants et je viendrai te chercher quand l'école sera finie à trois heures.'
' Oui maman.'Elle serra ma main bien fort.D'autres petits enfants agités arrivèrent accompagnés de leurs parents tout aussi nerveux.Une jeune maîtresse,les cheveux clairs, vêtue d'une robe de lin blanc, apparut au portail et regroupa les petits nouveaux vers elle pour les conduire plus loin. En passant, elle m'adressa un sourire bienveillant et dit : ' Nous prendrons grand soin d'elle.' Je me sentis plus légère en m'éloignant, sachant que Chris était en sécurité et que je n'avais pas à m'inquiéter.
Maintenant, j' entreprenais mon enquête secrète. Je pris un bus pour me rendre dans le grand immeuble lugubre que je n'avais pas visité depuis cinq ans. Nous y avions été ensemble, Jim et moi. Le dernier étage du bâtiment appartenait à la société d'adoption Greythorne. Je montai les quatre étages et frappai à la porte bien connue à la peinture éraflée
' Puis-je voir Miss Cleaver ? Mon nom est Mrs James.'
' Avez-vous un rendez-vous ? '
' Non mais c'est très important.'
' Je vais voir'...
Miss Cleaver, une femme grande et mince, les cheveux gris et un charmant sourire, un visage franc et chaleureux, le front très ridé, se leva pour venir à ma rencontre. ' Mrs James ! Quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine ? '
' Elle va très bien, Miss Cleaver. Il serait préférable que j'aille droit au but. Je sais que, normalement, vous ne divulguez pas les origines d' un enfant à ses adoptants ( parents adoptifs) et vice versa mais je dois savoir qui est Christine.'
' Désolée, Mrs James ,' elle commença ' nos règles' …
' S'il vous plaît, laissez-moi vous raconter toute l'histoire, puis vous verrez que je ne souffre pas d'une curiosité malsaine.'
Je lui parlai de Harry.
Quand j'eus fini, elle dit : C'est très étrange. Vraiment très étrange, Mrs James. Je vais enfreindre la règle pour une fois. Je vais vous raconter dans une confiance absolue d'où vient Christine.'
' Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille, le père, la mère, un fils et Christine.
' Un fils ?'
' Oui. Il avait quatorze ans quand- quand c'est arrivé.'
' Quand, qu'est-ce qui est arrivé ?'
' Laissez-moi commencer au début. Les parents n'avaient pas vraiment voulu Christine. La famille vivait dans une seule pièce en haut d'une vieille maison qui aurait dû être jugée dangereuse ( insalubre) par l' inspecteur sanitaire selon moi. C'était suffisamment difficile quand ils étaient seulement trois mais avec un bébé en plus, la vie devint un cauchemar '...
Excerpt III from 'harry' by Rosemary Timperley.
Thank you so much for this new tragic episode.




Réponse : Such an ordinary name/ III de maya92, postée le 14-11-2015 à 16:49:48 (S | E)
Hello Violet,

Le lendemain matin, Chris était silencieuse et maussade. Jim plaisanta avec elle et essaya de la distraire mais tout ce qu’elle voulait, c’était regarder par la fenêtre en répétant ‘Harry est parti.’
‘Tu n’as plus besoin d’Harry maintenant. Tu vas aller à l’école’ dit Jim.
Chris lui lança ce regard méprisant qu’elle m’avait lancé parfois. Elle et moi ne parlâmes pas pendant que je l’accompagnais à l’école. J’étais presque en larmes. Bien que je sois contente qu’elle commence l’école, je ressentais une sorte de vide à l’idée de me séparer d’elle. Je suppose que toutes les mères ressentent ça quand elles mettent leur petit ange en classe pour la première fois. C’est la fin de la petite enfance pour le bambin,le début de la vraie vie avec sa cruauté, son étrangeté, sa barbarie. Au portail, je l’embrassais pour lui dire au revoir et dis :
"Tu vas déjeuner à l’école avec les autres enfants, Chris, et je viendrai te chercher à trois heures"
"Oui, maman".
Elle serrait ma main très fort. D’autres petits enfants arrivaient avec des parents aussi nerveux que moi. Une charmante jeune maitresse aux cheveux blonds, vêtue d’une robe blanche, apparut à la grille, rassembla les nouveaux enfants autour d’elle et les emmena. Elle me sourit gentiment en passant et dit ‘Nous prendrons bien soin d’elle’
Je m’éloignais, le cœur léger, sachant que Chris était en sécurité et que je n’avais pas à m’inquiéter.
Maintenant commençait ma mission secrète. Je pris le bus et me dirigeais vers le grand immeuble austère dans lequel je n’étais pas entrée depuis cinq ans, depuis que Jim et moi y étions allés ensemble. Le dernier étage était celui de la Société pour l‘Adoption Greythorne. Je grimpai les quatre étages et frappai à la porte à la peinture éraflée
"Est-ce que je peux voir Miss Cleaver ? Je suis Mrs James"
"Vous avez rendez-vous ?’
"Non mais c’est très important"
"Je vais voir"
Miss Cleaver, une grande femme mince aux cheveux gris et au charmant sourire, un visage gentil au front très ridé, se leva et vint vers moi.
"Mrs James’ ! Quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine ?"
"Elle va très bien, Miss Cleaver. Mais il vaut mieux que j’aille droit au but. Je sais que vous ne divulguez pas l’origine d’une enfant à ses parents adoptifs et vice-versa, mais je dois savoir qui est Christine."
"Désolée, Mrs James, commença-t-elle, nos principes.."
"S’il vous plait,laissez-moi vous raconter toute l'histoire ensuite vous verrez que ça n’est pas simple curiosité"
Je lui dis tout au sujet de Harry. Lorsque j'eus terminé elle dit :
"C’est très étrange, vraiment très étrange, Mrs James. Je vais déroger à la règle pour une fois. Je vais vous raconter, en toute confidentialité, d’où vient Christine. Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille, le père, la mère, un fils et Christine"
"Un fils ?"
"Il avait quatorze ans quand c’est arrivé"
"Qu’est-ce qui est arrivé ?"
"Laissez-moi commencer par le commencement. Les parents n’avaient pas vraiment désiré Christine. La famille vivait dans une seule pièce tout en haut d’une vieille maison qui, à mon avis, aurait dû être déclarée insalubre par l’Inspection Sanitaire. C’était déjà assez difficile quand ils étaient trois mais avec un bébé en plus, la vie devint un vrai cauchemar"...

Voilà chère Violet une petite échappatoire en ce jour de grande tristesse...
Vite la fin mais qu'a-t-il bien pu se passer ?...Love



Réponse : Such an ordinary name/ III de car2bar, postée le 22-11-2015 à 19:53:54 (S | E)
Un prénom si ordinaire

Le lendemain matin, Chris était silencieuse et maussade. Jim plaisantait avec elle et essayait de lui remonter le moral, mais elle se limita à regarder par la fenêtre en disant : -Harry est parti.
Tu n’auras pas besoin d’Harry maintenant. Tu es sur le point d’aller à l’école- lui dit Jim. Chris lui jeta ce coup d’œil plein de mépris dont j’avais parfois été victime.
Elle ne parla pas, moi non plus, pendant le parcours jusqu’à l’école. J’étais presque en larmes. Bien que je fusse heureuse qu’elle commence l’école, j’éprouvai un sentiment de perte m’en allant sans elle. Je suppose que toutes les mères éprouvent le même sentiment. C’est la fin de la petite enfance pour l’enfant, le début dans la vie réelle, avec sa cruauté, son étrangeté, sa barbarie. –Au revoir, Chris - lui dit je, à la porte, en l’embrassant- tu vas déjeuner à l'école avec les autres enfants et je viendrai te chercher, quand l'école sera finie à trois heures.
-Oui, maman-. Elle serra fermement ma main. D'autres petits enfants nerveux arrivaient accompagnés de leurs parents tout aussi nerveux qu’eux. Une jeune et agréable maîtresse aux cheveux blonds qui portait une robe en lin blanc apparut à la porte, rassembla les nouveaux enfants autour d’elle et les emmena. En passant, elle m’adressa un sourire sympathique et me dit –Nous prendrons bien soin d’elle-.
En m’éloignant, je sentais le cœur léger, sachant que Chris était en sécurité, et que je n’avais pas à m’inquiéter.
Je commençai tout de suite ma mission secrète, je pris le bus et me rendis dans un gros immeuble lugubre que je n'avais pas visité depuis cinq ans. Alors, nous y étions allés ensemble, Jim et moi. Le dernier étage appartenait à la Société d’Adoption Greythorne. Je grimpai les quatre étages et frappai à la porte qui demeurait telle quelle avec sa peinture éraflée.
-Puis-je voir mademoiselle Cleaver ? Je suis Mme James.
-Vous avez rendez-vous ?
-Non, mais c’est très important.
- Je vais voir.

Mademoiselle Cleaver, une grande femme mince aux cheveux gris et au sourire charmant, au front très ridé dans un visage gentil, se leva et vint vers moi.
-Madame James ! Quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine ?
-Elle va très bien, Mademoiselle Cleaver. Mais il vaut mieux que j’aille droit au but. Je sais que vous ne divulguez normalement pas l’origine d’une enfant à ses parents adoptifs et vice-versa, mais je dois savoir qui est Christine.
Désolée, Mme James- commença-t-elle- nos règles...
- S'il vous plaît, laissez-moi vous raconter toute l'histoire, alors vous verrez que je ne suis pas atteinte d’une curiosité vulgaire. Je lui parlai d’Harry. Lorsque j’eus finit, elle dit : -C’est très étrange. Très étrange, en effet, Mme James. Je vais rompre la règle pour une fois. Je vais vous dire en toute confiance, d’où vient Christine. Elle est née à Londres, dans un quartier très pauvre. Ils étaient quatre dans la famille, le père, la mère, un fils et Christine même.
- Un fils ?
- Oui, il avait quatorze ans quand cela arriva.
- Que s’était-il passé ?
-Laissez moi commencer par le commencement. Les parents n’avaient pas vraiment désiré Christine. La famille vivait dans une pièce tout en haut d’une vieille maison qui, à mon avis, aurait dû être déclarée insalubre par l’Inspection Sanitaire. C’était déjà assez difficile quand ils n’étaient que trois, mais avec un bébé en plus, la vie devint un vrai cauchemar.[…]



Réponse : Such an ordinary name/ III de swan85, postée le 23-11-2015 à 21:36:37 (S | E)
Hello Violet

Merci pour cette troisième partie.

Un prénom si ordinaire.
Le lendemain matin, Chris était silencieuse et maussade. Jim plaisanta avec elle et essaya de la distraire, mais tout ce qu’elle faisait était de regarder par la fenêtre et de dire ‘ Harry est parti ’.
‘ Tu n’auras plus besoin d’Harry maintenant. Tu vas aller à l’école, lui dit Jim. Chris le regarda avec mépris comme elle le faisait parfois avec moi.
Nous n’échangeâmes aucun mot sur le chemin de l’école. J’étais presque en pleurs. Même si j’étais heureuse pour elle qu’elle commence l’école, j’avais l’impression de la perdre en me séparant d’elle. Je suppose que chaque mère éprouve le même sentiment lorsqu’elle amène son petit « agneau » à l’école pour la première fois.
C’est la fin de la petite enfance pour lui, le début de la vie en réalité, avec sa cruauté, sa bizarrerie, sa barbarie. Je l’ai embrassé à la porte et lui ai dit :
Chris, ‘Tu déjeuneras à l’école avec les autres enfants et je viendrai te chercher à trois heures’.
‘Oui, maman.’ Elle serrait très fort ma main. D’autres petits enfants nerveux arrivaient avec leurs parents tout aussi stressés.
Une institutrice jeune et charmante avec des cheveux blonds et une robe de lin blanc apparut à la porte, rassembla les enfants et les amena plus loin. Elle m’adressa un sourire sympathique alors qu’elle passait près de moi et dit : Nous nous occuperons bien d’elle ». J’avais le cœur léger en m’éloignant, sachant que Chris était en sécurité et que je ne devais pas m’inquiéter.
Maintenant je pouvais commencer ma mission secrète. Je pris un bus pour aller dans cet immeuble grand et austère que je n’avais pas revu depuis plus de cinq ans. A cette époque Jim et moi y allions ensemble. Le dernier étage du bâtiment appartenait à la Société d’Adoption Greythorne. J’ai grimpé les quatre étages et frappé à la porte qui m’était familière avec ses peintures rayées.
‘Puis-je voir Melle Cleaver ? Mon nom est Mme James’
‘Avez-vous un rendez-vous ?’
‘Non, mais c’est très important ‘.
‘Je vais voir’…
Melle Cleaver, une personne grande, mince, des cheveux gris et un sourire charmant, un visage ordinaire et chaleureux, un front très ridé, vint à ma rencontre. ‘Mme James ! comme je suis contente de vous revoir. Comment va Christine ?’
‘Elle va très bien, Melle Cleaver. Je préfèrerai aller droit au but. Je sais que généralement vous ne divulguez pas l’origine d’un enfant à ses parents adoptifs, et inversement, mais je dois savoir qui est Christine. ‘
‘Je suis désolée, Mme James, commença-t-elle, c’est notre règlement…..’
‘S’il vous plaît, laissez-moi vous raconter toute l’histoire, ensuite vous verrez que je ne souffre pas de curiosité malsaine.
Je lui ai parlé d’Harry.
Lorsque j’eus terminé, elle dit : ‘ C’est très étrange. Très étrange à vrai dire, Mme James. Je vais passer outre le règlement pour une fois et vous raconter très confidentiellement l’origine de Christine.
‘Elle est né dans un quartier très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille, le père, la mère le fils et Christine.’
‘ le fils ?’
‘Oui. Il avait quatorze ans – quand c’est arrivé ‘.
‘ Quand, Que s’est-il passé ?’
‘Laissez-moi commencer au début. Les parents n’avaient pas vraiment voulu Christine. La famille vivait dans une seule pièce en haut d’une vieille maison qui, à mon avis, aurait dû être condamnée par l’inspection Sanitaire. C’était déjà assez difficile lorsqu’ils étaient seulement trois, mais avec un bébé en plus la vie devint un cauchemar. […]



Réponse : Such an ordinary name/ III de , postée le 29-11-2015 à 14:26:19 (S | E)
Hi everybody, hi violet91
Here is my try. Have a nice day.

Un nom tellement quelconque
(....)Le lendemain matin, Chris fut silencieuse et boudeuse. Jim jouait avec elle et essayait de la distraire, mais tout ce qu'elle voulut faire fut de se mettre à la fenêtre et de dire : '' Harry s'en est allé.'' '' Maintenant tu n'auras pas besoin d'Harry. Tu vas partir à l'école.'' Jim lui dit. Chris lui lança ce regard dédaigneux comme parfois elle m'en gratifiait. Nous ne nous fumes pas parlé en l'emmenant à l'école, je fus presqu'en larmes. Même si j'étais heureuse pour elle, qu'elle commence l'école, j'eus un sentiment de perte en la laissant là. Je suppose que toutes les mères ressentent la même chose, en accompagnant pour la première fois leur petite à l'école C'est la fin pour l'enfant, de sa petite enfance. C'est en fait réellement le commencement de la vie, avec sa cruauté, sa bizarrerie, ses doutes et sa barbarie. Je l'embrassai en guise d'au revoir. ''Tu prendras ton déjeuner à la cantine avec les autres enfants, et je passerai te prendre quand l'école sera finie à trois-heures,'' lui dis-je. '' Oui maman.'' Elle me prit fermement la main. D'autres enfants ne finirent pas d'arriver avec des parents aussi stressés qu'eux-mêmes. Une agréable jeune institutrice, aux cheveux blonds et vêtue d'une robe en lin apparut au niveau du portail, rassembla les nouveaux écoliers devant elle et partît avec eux. Elle me donna en passant, un sympathique sourire, et me dit : '' Nous prendrons bien soin d'elle.''
Je me sentis tout à fait enjouée à mesure que je m'éloignais, sachant Chris en sécurité et que je ne devais en aucun cas avoir de l'appréhension.
L'heure est, maintenant venue de commencer ma mission secrète. Je pris l'autobus, et me dirigeai vers ce grand bâtiment morne, où je ne suis pas revenue, voilà déja cinq ans. Dans le temps, nous y venions Jim et moi ensemble. Le dernier étage, appartenait à la société d'adoption Greythorne. Je grimpai les quatre niveaux. et frappait à cette porte si familière avec sa peinture rayée.
'' Puis-je voir mademoiselle Cleaver ? Mon nom est Madame James. ''
'' Avez-vous rendez-vous ? ''
'' Non, mais c'est très important. ''
'' Je vais voir. '' (..)
Mademoiselle Cleaver, une grand dame, mince, les cheveux gris le sourire ravissant, Le visage clair, plein de bonté, et le front plissé, se leva pour me recervoir.
'' Madame James ! Quel plaisir de vous voir à nouveau. Comment va Christine ? '';
'' Elle va très bien. '' Mademoiselle Cleaver. Je ferais mieux d'aller droit au but. Je sais qu'habituellement, vous ne révélez pas la provenance d'un enfant à ses adopteurs,
cependant je dois savoir qui est Christine. ''
'' Navrée Madame James, '' elle commença '' notre règlement...''
'' S'il vous-plaît, laissez-moi vous raconter l'histoire entière, alors seulement vous comprendrez que je ne souffre pas de curisiosité vulgaire.
Je lui parlai de Harry.
Quand j'eus fini, elle me dit : '' C'est étrange. Très étrange en effet, Madame James. Je vais déroger à la règle pour une fois. Je vais vous dire en toute confiance d'où vient Christine.''
'' Elle est née dans un endroit très pauvre de Londres. Ils étaient quatre dans la famille, le père, la mère, le fils et Christine elle-même.''
'' Le fils ?''
'' Oui. Il avait quatorze ans quand - quand c'est arrivé.''
'' Quand est arrivé quoi ? ''
'' Laissez-moi commencer depuis le début. Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine. Toute la famille vivait dans une pièce en haut d'une vieille maison, qui aurait dû être fermée par l'inspecteur sanitaire à mon avis. C'était assez difficile déjà alors qu'ils étaient que trois personnes, mais avec aussi un bébé, la vie devenait un cauchemar. (...)
Excerpt III from 'HARRY ' by Rosemary TIMPERLEY . ' Book of ghost stories' by Roald DAHL .




Réponse : Such an ordinary name/ III de violet91, postée le 01-12-2015 à 21:24:24 (S | E)
Hello dear all and to eventual newcomers who might still feel like stopping here,
I am grateful to the faithful ones who posted their translations on time ; I think three regular ones are still working at theirs and I myself am very busy with my kiddies who need Granny to be more present beside them , these days ...Shall we wait a little longer for everybody to be fit and ready ? Anyone new to come as well ?
Thank you very much for being patient and be sure I won't be long .
Have a good night and see you very soon . Violet , your friend .
---------- --------- ---------



Réponse : Such an ordinary name/ III de gerondif, postée le 02-12-2015 à 19:46:02 (S | E)
Hello, Violet,
Un nom tellement ordinaire

Le matin suivant, Chris était silencieuse et boudeuse . Jim plaisanta avec elle et essaya de l'égayer mais elle s'entêtait à regarder par la fenêtre en disant: "Harry est parti".
'Tu n'auras plus besoin de Harry maintenant, tu vas à l'école," dit Jim. Chris lui adressa un regard méprisant dont elle m'avait parfois gratifié. Nous n'échangeames pas une parole sur le chemin de l'école. J'étais au bord des larmes.Tout en étant heureuse pour elle qu'elle commence l'école, il me venait un sentiment de perte à me séparer d'elle.Je suppose que toutes les mères ressentent cela quand elles emmènent leur chérubin adoré (le fruit de leur entrailles est peut-être un peu connoté) à l'école pour la première fois. C'est la fin de la petite enfance pour lui, le plongeon dans la vraie vie, avec sa cruauté, ses côtés étranges et barbares. Au moment de partir, Je l'embrassai à la grille et dit:
" Tu prendras ton repas à midi avec les autres enfants, Chris, et je viendrai te chercher à la fin de l'école, à trois heures."
"Oui, maman" Ells s'agrippa à ma main. D'autres petits enfants arrivaient, accompagnés de parents tout aussi nerveux.Une jeune institutrice aux cheveux blonds et portant une robe blanche en lin apparut à la grille ,rassembla les enfants autour elle et les emmena. Elle m'adressa un sourire compatissant en passant et me dit : "Nous prendrons bien soin d'elle".

Je partis du coup d'un coeur très léger en sachant que Chris était en sécurité et que je n'avais pas à m'inquiéter.
Je commençai alors ma mission secrète. Je pris un bus et me rendis dans ce grand batiment lugubre où je n'étais pas allée depuis plus de cinq ans. A l'époque, Jim et moi y étions allés ensemble.Le dernier étage du batiment appartenait à la Société d'Adoption Greythorne. Je grimpai les quatre étages et frappai à cette porte si familière à la peinture écaillée.
" Puis-je voir Mlle Cleaver ? Je suis Madame James."
"Avez-vous rendez-vous?"
"Non, mais c'est très important."
"Je vais me renseigner"

Mlle Cleaver , une grande femme élancée aux cheveux gris,au sourire charmant, avec un visage banal mais bienveillant et un front très ridé, se leva pour me recevoir. "Mme James! Quel plaisir de vous revoir ! Comment va Christine ?"
"Elle va très bien, Mlle Cleaver . Je ferais mieux de vous dire directement ce qui m'amène. Je sais que vous ne divulgez pas d'habitude l'origine d'un enfant à ses parents adoptifs, et vice-versa, mais je dois absolument savoir l'identité de Christine."

"Désolée, Mme James" commença-t-elle à dire. "Notre règlement...."
" Laissez-moi je vous prie vous raconter toute l'histoire, vous verrez alors que je ne suis pas juste en proie à une vulgaire curiosité."
Et je lui parlai d'Harry.
Quand j'eus terminé, elle dit : "C'est très etrange . Vraiment très étrange, Mme James. Je vais enfreindre le règlement pour une fois. Je vais vous dire dans le plus grand secret d'où venait Christine.
" Elle est née dans un quartier de Londres très pauvre. Il y avait quatre personnes dans la famille,le père, la mère, un fils et Christine elle-même ."
"Un fils ?"
"Oui . Il avait quatorze ans quand c'est arrivé ./ Quand le malheur a eu lieu"
"Quand il s'est produit quoi ?"/ Quand quel malheur a eu lieu ?
" Laissez moi reprendre au début de l'histoire . Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine . La famille vivait dans dans une seule pièce au dernier étage d'une vieille maison qui, à mon avis, aurait dû être condamnée par l'inspecteur sanitaire.
( aurait dû être déclarée insalubre par l'inspecteur des affaires sociales) C'était déjà suffisamment difficile quand ils n'étaient que trois, mais avec un bébé en plus, leur vie devint un cauchemar.



Réponse : Such an ordinary name/ III de kazan, postée le 10-12-2015 à 07:10:33 (S | E)
Great Lord,

What a suspense! I sense I'm going to have a heart attack. Who is this little girl?
I did my best to translate this passage. I hope I won't disappoint you!
Cheers,

Le matin suivant, Chris était silencieuse et boudeuse. Jim rigola avec elle et essaya de lui remonter le moral, mais elle se contentait de regarder dehors par la fenêtre et disait: "Harry n'est plus là".
" Tu n'as plus besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l'école," dit Jim. Chris lui lança ce regard méprisant qu'elle m'adressait parfois.
Nous n'avons pas parlé, elle et moi, sur le chemin de l'école. J'étais presque en larmes. Malgré la joie de la voir commencer l'école, le fait de me séparer me procura une impression de perte. J'imagine que toutes les mères ressentent cela quand elles emmènent leurs agneaux à l'école pour la première fois. C'est la fin de la petite enfance pour l'enfant, le début de la vie réelle, avec sa cruauté, son étrangeté, sa barbarie. Je lui fis un baiser d'au revoir au portail et dit:

" Tu vas manger à l'école avec les autres enfants, Chris, je dirai à quelqu'un de t'appeler quand l'école sera finie, à trois heures."
" Oui, maman".

Elle tenait ma main fermement. D'autres enfants stressés arrivaient avec leurs parents tout aussi stressés. Une jeune et charmante maitresse, aux cheveux blonds et vêtue d'une robe blanche en lin apparut au portail, ressembla les nouveaux enfants vers elle et les entraina au loin. Elle m'adressa un sourire compatissant en passant et dit:" On prendra bien soin d'elle".
Je me sentis le coeur assez léger tandis que je m'éloignais, sachant que Chris était en sécurité et que je ne devais pas m'inquiéter.
J'entamais alors ma mission secrète. Je pris le bus et me rendis au gros bâtiment rachitique auquel je ne n'étais pas allée depuis plus de cinq ans. A l'époque, Jim et moi étions venus ensemble. Le dernier étage appartenait à la Greythorne Adoption Society. Je gravis les quatre volées de marches d'escaliers et tapai à la porte familière, avec la peinture écaillée.

" Je pourrais parler à Mme Cleaver? Je suis Mme James."
" Vous avez un rendez-vous?"
" Non, mais c'est très urgent."
" Je vais voir."

Mme Cleaver, était une grande et mince femme aux cheveux gris. Elle avait un sourire charmant, un visage simple et chaleureux et un front très ridé. Elle se leva pour venir à ma rencontre.

" Mme James! Comme c'est bon de vous revoir. Comment va Christine?"
" Elle va bien, Mme Cleaver. J'aimerais aller droit au but. Je sais que , d'ordinaire, vous ne divulguez pas les informations sur l'origine d'un enfant à ceux qui l'adoptent, et inversement, mais je dois savoir qui est Christine".
" Désolé, Mme James,"commença t'elle" nos règles..."
" Laissez moi vous conter toute l'histoire, ensuite vous vous rendrez compte que je ne souffre pas juste d'une curiosité grossière.
Je lui parlais de Harry.
Quand j'eus fini, elle dit:

" C'est assez étrange. Très étrange en effet, Mme James. Je vais contrevenir à la règle pour une fois. Je vais vous dire en toute confidentialité d'où vient Christine.
" Elle est née dans un quartier pauvre de Londres. Il étaient une famille de quatre: le père, la mère, le fils et Christine elle-même."
" Un fils?"
" Oui. Il avait quatorze ans quand c'est arrivé."
" Quand QUOI est arrivé?"
" Commençons par le début. Les parents ne voulaient pas de Christine. La famille vivait dans une pièce unique au dernier étage d'une vieille maison qui, selon moi, aurait du être condamnée par l'inspection sanitaire. La situation était déjà assez difficile quand ils n'étaient que trois, mais avec un bébé, leur vie devint un enfer...



Réponse : Such an ordinary name/ III de edouard34, postée le 12-12-2015 à 07:06:56 (S | E)
Bonjour Violet,
Voici ma contribution…un peu en retard…
Bonne journée,
Edouard

[…] Le matin suivant, Chris resta silencieuse et boudeuse. Jim plaisanta avec elle en essayant de la réconforter, mais elle ne fit rien d’autre que regarder par la fenêtre en disant : « Harry est parti ».
“Tu n’auras plus besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l’école.” Lui dit Jim et Chris lui jeta ce regard méprisant qu’elle m'adressait parfois.
Ni elle, ni moi n’avons parlé pendant que je l’amenais à l’école. J’étais au bord des larmes. Bien qu’heureuse qu’elle commence l’école, j’eu un sentiment de perte au moment où je me séparais d’elle. Je suppose que toutes les mères ressentent cela quand elles emmènent leur agneau chéri à l’école pour la première fois. C’est la fin de l’époque bébé pour l’enfant, le début de la vie réelle, avec ses côtés cruels, étranges et ses comportements barbares. Je l’embrassais pour lui dire au revoir au portail en lui disant :
“Tu vas prendre ton déjeuner à l’école avec les autres enfants, Chris et je te ferai appeler quand la classe sera terminée à trois heures.
“Oui, maman.” Elle me tint la main fermement. D’autres petits enfants nerveux arrivaient avec des parents tout aussi nerveux. Une jeune professeure avenante aux cheveux blonds portant une robe de tissu blanc apparut au portail et rassembla les nouveaux autour d’elle pour les emmener. Elle m’adressa un sourire bienveillant en passant et me dit : « Nous prendrons bien soin d’elle. »
J’avais plutôt le cœur léger en partant, sachant que Chris était en sécurité et que je n’avais pas à m’inquiéter.
Maintenant j’entamais ma mission secrète. Je pris le bus et allais vers le grand immeuble désolé que je n’avais pas visité depuis plus de cinq ans. Alors, Jim et moi y étions allés ensemble. L’étage supérieur de l’immeuble appartenait à la société pour l’aide à l’adoption Greythorne. Je montais les quatre volées de marches et frappais à cette porte familière et dont la peinture partait en lambeaux.
“Puis-je voir Madame Cleaver? Je suis Madame James. »
- Avez-vous un rendez-vous ?
- Non mais c’est très important.
-Je vais voir…
Mademoiselle Cleaver était une grande femme mince aux cheveux gris, un sourire charmant et un visage franc et aimable avec des sourcils très froncés « Madame James ! Comme c’est agréable de vous revoir. Comment va Christine ? »
“Elle va très bien, Mademoiselle Cleaver. Je ferais mieux d’aller droit au but. Je sais que vous ne dévoilez normalement pas les origines des enfants aux parents qui les adoptent et vice versa mais je dois savoir qui est Christine. »
« Désolé, Madame James, » commença-t-elle « nos règles… »
S’il vous plaît, laissez-moi vous raconter toute l’histoire, ensuite vous verrez que ce n’est pas juste une curiosité malsaine. »
Je lui parlais d’Harry.
Quand j’eu fini, elle dit: « C’est très étrange, très étrange en effet, Madame James. Je vais briser la règle pour une fois. Je vais vous dire tout à fait confidentiellement d’où vient Christine.
Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. Elle faisait partie d’une famille de quatre, le père, la mère, le fils et Christine elle-même. »
« Fils ? »
« Oui, il avait quatorze ans quand … quand c’est arrivé. »
« Quand quoi est arrivé ? »
« Laissez-moi commencer par le commencement. Les parents n’avaient jamais vraiment voulu Christine. La famille vivait dans une pièce en haut d’une vieille maison qui aurait dû être condamnée par l’inspection sanitaire à mon avis. C’était déjà assez difficile quand ils n’étaient que trois mais avec le bébé en plus, la vie devint un cauchemar. […]



Réponse : Such an ordinary name/ III de sundeep, postée le 12-12-2015 à 23:03:33 (S | E)
Bonsoir Violet
heureusement que tu as prolongé le délai pour rendre les copies, sinon je n'aurai pas pu rendre cette version. Problème de majuscule/minuscule pour les monsieur, madame en français. ' je suis Madame/madame James?)
A bientôt

[...]Le lendemain matin, Chris était silencieuse et boudeuse.Jim plaisantait avec elle et essayait de la réconforter mais elle ne faisait que regarder par la fenêtre disant: 'Harry est parti.'
- Tu n'auras plus besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l'école, dit Jim. Chris lui adressa ce même air de mépris qu'elle m'avait parfois lancé.
Pas un mot ne fut échangé entre elle et moi sur le trajet de l'école. J'étais presque en larmes. Malgré la joie que j'éprouvais pour elle de commencer l'école, j'avais un sentiment de perte en me séparant d'elle.Je suppose que toutes les mères éprouvent la même chose quand elles amènent leur progéniture à l'école pour la première fois.Pour l'enfant c'est la fin de la petite enfance, le début de la vie en fait, avec sa cruauté, ses bizarreries, sa barbarie. Je lui dis au revoir en l'embrassant devant la grille et lui dit:
- Tu vas déjeuner à l'école avec les autres enfants, Chris, et je viendrai te chercher à la fin de l'école, à trois heures.'
- Oui maman. Elle me tenait la main fermement. D'autres petits enfants nerveux comme elle arrivaient avec des parents tout aussi nerveux. Une charmante jeune institutrice aux cheveux blonds vêtue d'une robe blanche en lin apparut à la grille, rassembla les petits nouveaux auprès d'elle et les emmena. Elle me gratifia d'un sympathique sourire en passant près de moi et dit: 'Nous prendrons bien soin d'elle.'
Je me sentis presque le cœur léger en m'éloignant, sachant que Chris était en sécurité et que je n'avais pas à m'inquiéter.
C'était maintenant le début de ma mission secrète. Je pris un bus pour aller au grand immeuble sinistre où je ne m'étais pas rendue depuis plus de cinq ans. A cette époque, Jim et moi étions venus ensemble. Le dernier étage de ce bâtiment appartenait au Centre d'Adoption Greyhorne. Je grimpai les quatre étages et frappai à cette porte à la peinture éraflée bien connue .
- Puis-je voir mademoiselle Cleaver? Je suis madame James.
- Avez-vous un rendez-vous?
- Non, mais c'est très important.
- Je vais voir...'
Mademoiselle Cleaver, une grande et mince femme aux cheveux gris, au sourire charmant, au visage simple et gentil et au front très ridé, se leva à ma rencontre. 'Madame James, quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine?'
- Elle va très bien Mademoiselle Cleaver. J'irai directement au but. Je sais qu'habituellement vous ne dévoilez pas l'origine de l'enfant à ses parents adoptifs, et vice et versa, mais il faut que je sache qui est Christine.'
- Désolée, Madame James, commença-t-elle, notre règlement...
- Je vous en prie, laissez-moi vous raconter toute l'histoire, vous verrez alors que je ne souffre pas simplement de vulgaire curiosité. Je lui parlai de Harry.
Quand j'eus terminé, elle dit: ' C'est très étrange. Vraiment très étrange, Madame James. Je vais déroger à la règle pour une fois. Je vais vous dire d'où vient Christine en toute confidentialité.
- Elle est née dans un quartier de Londres très pauvre. C'était une famille de quatre, le père, la mère, le fils et Christine elle-même.
- Le fils?
- Oui, il avait quatorze ans quand - quand c'est arrivé.
- Quand quoi est arrivé?
- Laissez moi commencer du début. Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine. La famille vivait dans une pièce au dernier étage d'une vieille maison qui aurait du à mon avis être déclarée insalubre par l'Inspecteur de la Santé Publique.C'était assez difficile quand ils vivaient à trois mais avec l'arrivée du bébé la vie devint un cauchemar. [...]



Réponse : Such an ordinary name/ III de chrys, postée le 13-12-2015 à 02:37:30 (S | E)
Hello Violet !
I had missed exerpt 2 but I'm back for the third one !

Un prénom si ordinaire - Version III
Le matin suivant, Chris fut silencieuse et boudeuse. Jim plaisanta avec elle et essaya de la dérider. Mais tout ce qu'elle sut faire fut regarder par la fenêtre et dire 'Harry est parti".
"Tu n'auras plus besoin de Harry maintenant. Tu vas aller à l'école" dit Jim. Chris le regarda avec mépris, comme elle le faisait avec moi parfois.
Elle et moi ne parlâmes pas pendant que je l'emmenai à l'école. J'étais presque en larmes. Bien que j'étais contente pour elle qu'elle commence l'école, je ressentis un sentiment de perte à me séparer d'elle. Je suppose que toute mère ressent cela en emmenant son petit à l'école pour la première fois. C'est le passage de la toute petite enfance à l'enfance, l'entrée dans la réalité de la vie, avec sa cruauté, son étrangeté, sa barbarie. Je lui dis au revoir en l'embrassant au portail et dis "Tu vas déjeuner à l'école avec les autres enfants, Chris, et je viendrai te chercher quand l'école sera finie, à trois heures". "Oui, maman." Elle me tint la main fermement. D'autres petits enfants nerveux arrivaient avec leurs parents tout aussi nerveux.
Une jeune et charmante enseignante blonde vêtue d'une robe blanche en lin apparut au portail et réunit les nouveaux enfants face à elle et les emmena. Elle me sourit gentiment tandis qu'elle passait et dit " Nous allons bien prendre soin d'elle".
Je me sentis le cœur léger alors que je partais, sachant que Chris était en sécurité et que je n'avais pas à m'inquiéter.
Alors, je commençai ma mission secrète.
Je pris un bus et allai au morne et grand immeuble que je n'avais pas visité depuis plus de cinq ans. Alors, Jim et moi y étions allés ensemble. L'étage supérieur de l'immeuble appartenait à la société Greythorne Adoption.
Je grimpai les quatre étages et toquai à la porte familière à la peinture éraflée.
"Puis-je voir Melle Cleaver ? Mon nom est Mme James."
"Avez-vous rendez-vous ?"
"Non, mais c'est très important"
"Je vais me renseigner ..."
Melle Cleaver, une femme grande, mince, aux cheveux gris, avec un sourire charmant, un pur visage chaleureux et un front ridé, se leva pour m'accueillir.
"Mme James ! Quel plaisir de vous revoir. Comment va Christine ?"
"Elle va très bien, Melle Cleaver. Je ferais mieux d'aller droit au but. Je sais que normalement vous ne ne divulguez pas les origines d'un enfant à ses adoptants et vice versa, mais je dois savoir qui est Christine."
"Désolée, Mme James" commença-t-elle. "Nos règles ..."
"S'il vous plait, laissez moi vous raconter toute l'histoire, ensuite, vous verrez que je ne souffre pas d'une vulgaire curiosité."
Je lui parlai d'Harry.
Quand j'eus terminé, elle dit "C'est vraiment curieux. Très curieux, effectivement, Mme James. Je vais transgresser la règle, pour une fois. Je vais vous dire, en toute confidentialité, d'où vient Christine."
"Elle est née dans un quartier très pauvre de Londres. C'était une famille de quatre personnes, le père, la mère, un fils et Christine elle-même."
"Un fils ?"
"Oui, il avait quatorze ans quand ... quand c'est arrivé."
"Quand quoi est arrivé ?"
"Laissez moi commencer par le début. Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine. La famille vivait dans une unique pièce au dernier étage d'une vieille maison, qui aurait dû être fermée par l'Inspecteur Sanitaire, si vous voulez mon avis. C'était déjà assez dur quand ils étaient seulement trois, mais avec un bébé en plus, la vie devint un cauchemar."


It's ok for me, you can take it when you want.
See you soon, I hope all is all right for you ...
Kisses
Chrys



Réponse : Such an ordinary name/ III de violet91, postée le 13-12-2015 à 16:41:55 (S | E)

'Something 's coming , I don't know what it is but it's going (gonna)to be great !'*
.......Well ! A question of keeping calm and 'waiting' ...
..

Hello dear all ! Will you accept my sincere apologies for this new delay , faithful friends ? ! You must be wondering what is happening to your 'dedicated Violet' (you said ) ... I feel very sorry indeed , but you know how dreadfully busy life can sometimes get . I have been involved in many important family things for weeks , a series of lectures on our 'brain and intelligence', this and that task , and Christmas time with its plans to fix , gifts to choose and buy ( just starting) on the top of all that . This seems to be the ordinary life of a baby-boomer as a Granny and energetic retired woman !
Yet, this extra time has given some of you the opportunity to do the work . One or two of the group are still missing , especially our young student , which is unusual and worrying .
Many thanks to you all , anyway .
----Back to the point and little Chris 's first day at school .!...

--------------Un prénom si ordinaire . Version III ---------------

[...] Le lendemain matin , Chris adoptait silence et mine boudeuse . Jim la taquina et fit tout pour la dérider ; rien à faire , elle regardait obstinément par la fenêtre et disait : ' Harry est parti .'
' Qu'as -tu besoin de Harry maintenant que tu entres à l'école !' dit-il . Chris lui adressa ce regard méprisant qui m'avait parfois été destiné .
Je l'accompagnai à l'école , et pendant le trajet, ni l'une ni l'autre n'ouvrit la bouche . J'étais au bord des larmes . Même si j'étais ravie de la voir faire sa première rentrée , j'éprouvais un sentiment de perte à me séparer d'elle . J'imagine bien que toutes les mères en sont là, au moment de conduire pour la première fois leur petit ange (poussin) à l' école. C'est la fin de la petite enfance pour le chérubin et le début de la vraie vie avec sa cruauté , ses bizarreries , sa barbarie . Au portail, je lui fis ma bise d'au revoir et lui précisai :
' Tu vas déjeuner avec les autres enfants , Chris, et je viendrai te chercher à la sortie , à quinze heures .
' D'accord , Maman .' Elle se cramponnait à ma main . D'autres petits enfants anxieux arrivaient avec leurs parents tout aussi anxieux . Une jeune institutrice charmante , les cheveux blonds et en robe de lin blanc , se présenta au portail , regroupa les petits nouveaux autour d'elle et les emmena . En passant devant moi , elle m'adressa un sourire compréhensif et me rassura : ' Nous allons prendre grand soin d'elle .'
Je pus m'éloigner, le cœur tout à fait libéré de son étau ( le cœur complètement léger) ; je savais que Chris était en de bonnes mains et que je n'avais aucun souci à me faire .
Alors , je me lançai dans ma mission secrète . Je pris un bus pour aller jusqu'au grand immeuble lugubre où je ne m'étais pas rendue depuis plus de cinq ans . A cette époque , nous étions venus ensemble , Jim et moi . Le dernier étage du bâtiment appartenait à la Société d'Adoption Greythorne . Je gravis les quatre étages et frappai à la porte bien connue dont la peinture était écaillée .
' Puis-je voir Miss Cleaver ?' demandai-je .
' Vous avez rendez-vous ?
' Non, mais c'est vraiment important .
' Je vais voir' [ ...]
Miss Cleaver, femme grande , mince, les cheveux gris, avait un sourire aimable, un visage simple empreint de gentillesse et un front très ridé : elle se leva pour venir à ma rencontre .' Mrs James ! Quel plaisir de vous revoir ! Comment va Christine ?
- Elle va très bien , Miss Cleaver . Il vaut mieux que j'aille droit à ce qui m'amène auprès de vous .( mais autant être directe avec vous sur le but de ma visite). Je sais bien que normalement vous ne divulguez pas les origines d'un enfant aux parents adoptifs et vice versa , cependant il me faut absolument savoir qui est Christine .
- Désolée , Mrs James ,' commença-t-elle, 'notre règlement ...
- Je vous en prie , laissez-moi vous raconter toute l'histoire , ensuite vous comprendrez que je ne souffre pas du tout de curiosité malsaine .
Je lui parlai de Harry .
Quand j'eus terminé , elle déclara : ' C'est stupéfiant ( je n'en reviens pas ! Vraiment pas !). Absolument stupéfiant , Mrs James . Pour une fois , je vais enfreindre les consignes . Je vais vous dire - à titre strictement confidentiel- d'où venait (vient) Christine . Elle est née dans un quartier miséreux de Londres . Ils étaient quatre dans la famille : le père , la mère , le fils et Christine même .
- Le fils ?
- Oui. Il avait quatorze ans quand ... quand c'est arrivé .
- Quand quoi est arrivé ?
- Permettez-moi de commencer par le commencement ! Les parents n'avaient pas vraiment désiré Christine . La famille vivait dans une seule pièce en haut d'une maison vétuste qui, à mon avis , aurait du être déclarée inhabitable par l'Inspection sanitaire . A trois personnes déjà , la situation était suffisamment pénible, mais avec un bébé en plus , la vie se transforma en cauchemar . [...]

-------Extrait n° 3 de ' HARRY ' , nouvelle de Rosemary TIMPERLEY , incluse dans le recueil ' Histoires de fantômes' de ROALD DAHL .
--- ----- ------------------

That is all for tonight . I'll check and come back a little later . Have a very good night .

* quote from' West Side Story '( Something's coming )Lien internet
Just for you to relax after suffering .



Réponse : Such an ordinary name/ III de chrys, postée le 14-12-2015 à 00:28:14 (S | E)
Thanks, Violet !!!! Have a good night too !!!
And thanks for the correction



Réponse : Such an ordinary name/ III de violet91, postée le 14-12-2015 à 18:58:39 (S | E)
Good evening , dear friends ,
Coming late , but coming ! I'll try my best to proceed as far as I can , with little time left again .

I] TRANSLATION ITSELF . GRAMMAR and TENSES :

A ] TRANSLATION ITSELF Vous aurez remarqué que j'ai choisi de faire des coupures ici et là , ou de légers ajouts nécessaires aux nuances d'une langue à l'autre . L'histoire est très captivante , mais je me permettrai de dire que le style peut pêcher par lourdeurs et répétitions . Me gênent tous ces 'said', 'school ' , 'see' et en entrant dans le fonctionnement de notre langue , dans son esprit , j'ai tendu vers le plus de fluidité possible , en tâchant de ne trahir en rien le texte littéral .

En outre pour un mot anglais , il en faut souvent deux ou trois en français : 'As I took her to school...didn't speak ' = didn't exchange à single word ( accompagnement et longueur du trajet en silence)...'just suffering ...vulgar curiosity' = pas une simple curiosité qui serait indécente , c'est plus grave ! ' I told her about Harry ' : -je lui racontai Harry ( comme un conte fantastique)- devenait tenu ...et pourtant , c'est bien cela . Le récit est long et détaillé , nous le savons , et amène logiquement à l'alinéa et au temps ' I'd finished' .( past perfect ~ quand j'en eus terminé ...)
De deux phrases indépendantes qui se rejoignent pour le sens , j'en ai fait une seule à deux propositions . - Qu'auras -tu besoin de Harry maintenant que tu entres à l'école.-
-Quant aux très longs groupes déterminants ( portrait), il fallait pouvoir couper pour respirer , ne pas avoir un sujet ' Miss Cleaver' aussi loin de son verbe d'action ' rose to meet me ' . Jouer aussi sur la ponctuation point virgule ; pour souffler ou deux points : pour expliquer .
....................................... .................

B ] GRAMMAR :
A cet égard, le niveau de cet extrait ne posait pas de problème .
- On repassait sur :
a ) La principale au futur et subordonnée 'WHEN' au présent . Il faut que la subordonnée soit accomplie pour que la principale se fasse : en deux temps en somme .' I'll call for you when school is over' . On peut imaginer: ' You'll see when you know the true reason of my visit .' Une fois informée , vous comprendrez...
b )- La forme exclamative: how + adjectif ou adverbe . 'How nice it is to see you again ! Pas d'inversion qui ferait partir en forme interrogative directe . ( How nice is it ?! Echelle de 'plaisir' . How charming was the teacher ? A little charming ? Rather charming ? Very or absolutely charming ? )' How queer it is !'aurait pu se trouver .
c )- Le style' interrogatif' indirect : 'I must know who Chris is '( pas d'inversion). Imaginons encore : I 've been wondering for weeks where Chris came from / I wonder how long Chris is going t o keep talking to Harry .
d ) L'impératif première personne du singulier (ici) Let + pr.pers.complément + BV sans to : Que je vous dise /Laissez-moi d'abord vous dire .../Permettez-moi de commencer ...Imaginons Let Chris speak about Harry ! Let us go ! or Let them go if they want to ! Laissez-les partir (y aller) s'ils en ont envie !
e ) Un auxiliaire conditionnel marquant la volonté ' all she would do' et l'insistance > obstinément (elle gardait le regard rivé ...)
f ) L 'auxiliaire modal de l'expression du conseil au locuteur (ici adressé à lui-même) - I had better + BV sans to = I'd better get straight to ...'Je ferais mieux de ...
g ) L ´auxiliaire modal de la politesse appuyée (élégante) , la permission ' May I see Miss Cleaver ?' Niveau de langue tenu ( milieu social de Mrs James- on entend de plus en plus ' Can I ...' : c'est dommage ) : l'anglais est redoutable en cela : une certaine façon de prononcer 'yes ' , ' I do !´ ou choisir tel ou tel modal comme ici , éclaire d'emblée sur l'origine des gens . Notez que nous sommes nombreux à nous régaler de la diction d'une Maggie Smith , d'un Jeremy Irons , Dirk Bogarde, d' une Helena Bonham Carter ( ' Room with a view ' - ´ Suffragette ' ) ou encore Colin Firth avec elle ( 'The King's speech ' ) et j'en passe ! - vous me direz du pur British . A les écouter , on est transporté et on entendrait les livres parler ! ( Jane Austen , Thomas Hardy and other great ones ) Je n'ai pas eu l'occasion d'écouter l'inspecteur Barnaby in G.B ( Inspector Barnaby series entitled ' Midsomer murders ' ) série tournée dans cette belle Angleterre du S.O ( Corsham / Bath = Wiltshire, mostly / and Warwickshire ) que je reconnais si bien ! ...l'anglais est assez châtié - mais , je suppose qu'il parle aussi bien qu'une certaine Theodora , la fameuse fleuriste de cette charmante bourgade ! Really worth the visit
Notre ' Puis-je ...' français relève de ce même chic .
......................................................( far away )Poor soul ! ... or Poor little thing !(forbidden !)

C ] TENSES
En narration ,le simple past en majorité : toujours l'alternance entre passé simple (factuel) et imparfait (descriptif, état, durée)' Chris gave him ' : Chris lui lança un regard # 'I was glad 'j'étais ravie /'She held my hand tightly' elle se cramponnait à ma main .
Une variété de temps que vous connaissez et maîtrisez bien .
- Un petit arrêt sur : ' You'll be having' lunch : une projection de futur descriptif duratif : Be+ BV-ing : à cette heure-là ( lunchtime ), tu seras en train de > tu mangeras à la cantine (canteen) ou le 'snack' que je t'ai préparé ...avec les autres enfants qui feront comme toi . Les élèves britanniques emportent souvent avec eux une sorte de 'Tupperware ' avec un sandwich , une pomme , une barre de chocolat en guise de déjeuner ,une boisson en cannette , par exemple .

II ] WORDS and EXPRESSIONS :

Nombre d'entre vous avez trouvé ce passage facile en vocabulaire . En effet , nous étions déjà passés sur certains mots comme ' brow' le front ( PD. James ), contempt (extrait précédent), glad , and so on and so forth .

Le lexique dérivait souvent du grec ( sympathetic et encore là on verra ,le latin ( cruelty, barbarity, divulge , vulgar ...) , du vieux français rule (latin regula /régler/ riule (1200)étaient 'transparents' pour les francophones ou hispanophones) .( Italy is on strike for me these days )

- A few 'brand new' words for some of you , perhaps :

1 ) sulky ['slki] : butée, renfrognée , boudeuse ( beurk!). No sulking , please , ever ! To sulk .

2 ) To cheer [']up (généralement ): dérider , remonter le moral , égayer , divertir . Bravo ou à ta santé ( to your health , too)= cheers !

3 ) A sense of loss ( to lose , lost , lost ) : un sentiment de perte .' What a loss, my Clementine !

-------------------
Modifié par lucile83 le 14-12-2015 22:24
Bug réparé



Réponse : Such an ordinary name/ III de violet91, postée le 14-12-2015 à 21:08:50 (S | E)
Very sorry but I don't understand what is happening to my posts ...I have to stop, then . See you tomorrow night and have sweet dreams when you go to bed and sleep !
Lien internet
What a loss my... Clementine !( how strange and shocking the end is. Never too late to realize ! !)
and this lullaby (berceuse ) rather .Lien internet




Réponse : Such an ordinary name/ III de violet91, postée le 16-12-2015 à 12:36:52 (S | E)
( ...and it was too late last night . I'll be back with you in a moment and close my comments . See you )

Now then ...

Good afternoon dear all and have a nice day !

4 ) To part [' pt] : se séparer de . J'invite ceux qui aiment la difficulté et une certaine forme d'humour à regarder un épisode de ' Till death us do part' - Babysitting - the Hammers , for instance qui serait censuré aujourd'hui j'imagine ( ' Jusqu'à ce que la mort nous sépare')un feuilleton hilarant en pur cockney ..'it's always my fault , 'in'it' ? ( changement de registre de langue - j'en suis capable !)qui passait à l'heure du repas du soir ( around seven o'clock ) pendant des décennies ( seventies,entre autres )et faisait un top d'audience ! )
A parting : une raie ( cheveux ) . Parting : la séparation .

5 )A ewe-lamb ( attention / pronunciation et article , donc )[ 'j-lm] : un petit agneau innocent/ appellation tendre pour un petit enfant : petit ange , cœur , biquette , poussin, poulette , cocotte ...' ma petite cocotte blanche ' , pas vrai little Nina qui évoquait un souvenir ? Surtout pas ' chick' qui prendrait une 'sale' tournure : de poule mouillée ou fille facile .
.................. Just too sweet ( cute )!To give this correction a lighter touch . This cuddly Irish soft toy can be bought overhere, you know .

6 ) Babyhood from Old English -had "condition, quality, position 'et toute l'innocence qui va avec : petite enfance ...infanthood , childhood , sisterhood ( sororité)...womanhood , manhood ..and so on .

7 ) To kiss somebody goodbye : formulation typiquement anglaise ! Embrasser pour dire au revoir . Les Britanniques n'embrassent pas les enfants très longtemps( éducation victorienne ? ) . Mrs James manifeste ici son émotion et sa marque d'affection pour ce ' grand départ' . Nous ( on the Continent) , nous faisons et refaisons des bises ou 'bisous' .On ne voit pas grandes effusions aux portes d'une école anglaise .

8 ) Nervous : inquiet , angoissé , anxieux ( rarement nerveux : plutôt excited )

9 ) Sympathetic [' simp'tik] : compatissant ( < grec-sim : avec pathos : souffrance ), de sympathie ( sens grave ; condoléances - with sympathy ), compréhensif(ici). Attention , donc , de ne pas l'assimiler à ' nice , pleasant ...' = sympathique en français . La maîtresse ( professeur des écoles ) adresse un regard ' understanding' .

10 ) Gaunt [ gnt ]: bleak, barren and desolate : sinistre , lugubre ( bâtiment ) # a gaunt man : lean and slender : grand et élancé .

11)A flight ['flt]( of stairs ): une volée d'escalier = un étage . ( pas un vol en avion !)

'from the fourth story ( étage) of a house in the Rue Morgue, known to be in the sole occupancy of one Madame L'Espanaye, and her daughter, Mademoiselle Camille L'Espanaye. After some delay, occasioned by a fruitless attempt to procure admission in the usual manner, the gateway was broken in with a crowbar, and eight or ten of the neighbors entered, accompanied by two gendarmes. By this time the cries had ceased; but, as the party rushed up the first flight of stairs, two or more rough voices, in angry contention, were distinguished, and seemed to proceed from the upper part of the house[...]E.A.POE , vous aviez reconnu

12 ] Queer ['kw] : étrange, abracadabrant, bizarroïde , insolite , dérangeant ,stupéfiant, ...Le mot a pas mal glissé de sens depuis les 'seventies' encore > les gens n'osent plus trop l'employer ( comme nous avec 'gai'): péjoratif pour homosexuel . ( not far from queer group to Queen)
And ...naturally , once more, as a tribute Lien internet
Listen to the words above all .

D ] READING and PRONOUNCING the excerpt PROPERLY :

Ce passage est globalement facile à comprendre , c'est vrai ...mais périlleux à lire à voix haute ( très bon entraînement que vous pratiquez , don't you ? )

As usual , the more it 'sounds' and looks like French , the harder it is to accentuate ( as for the stressed syllable )! Beware of that dog !

Cela peut paraître barbare ......mais outil fondamental ! Let's go , shall we ?


- barbarity ['b 'briti]/ gathered [' gd] / mission ['min ] / climbed[' klmd] / knocked ['nkt] / scratched [ 'skrt] /
straight (to) [' strt ] / point [pnt] / divulge [d 'vl] / vice [ vsi ] versa [' vrs]( pas simple !) / condemned [kn'dmd] .

Et woilà , friends ...je crois en avoir fini avec Part III - Si vous avez des questions , I'm all ears, duckies !

I can now address you all my warmest congratulations for the great work you did and the interest which always comes with it ! A thousand thanks as they say ! Je suis sûre que vous vous languissez ( to long for ) de connaître la suite et fin haletantes . See you very soon .

.1895 Mary CASSATT .................... ....



Réponse : Such an ordinary name/ III de gerondif, postée le 16-12-2015 à 17:47:30 (S | E)
Hello, Violet
je n'ai pas encore pris le temps de lire les commentaires de correction mais la traduction est de toute beauté! Merci!



Réponse : Such an ordinary name/ III de chrys, postée le 16-12-2015 à 19:33:36 (S | E)
Coucou, Violet ! Tes corrections sont pour moi comme les extraits des nouvelles que tu nous dévoiles peu à peu : un nouvel épisode à chaque fois attendu impatiemment ...





Réponse : Such an ordinary name/ III de chrys, postée le 17-12-2015 à 01:08:15 (S | E)
Hello, Violet
Your corrections are like the different parts of the novels you propose : épisodes I'm waiting for impatiently. Thanks for maintaining the suspense !!!
Have a good night



Réponse : Such an ordinary name/ III de mamou3, postée le 17-12-2015 à 07:52:14 (S | E)
Violet pour cette correction dans ton style inimitable, riche en description et en ce petit plus de culture british que tu nous apportes en même temps que le vocabulaire et la grammaire.  On a bien de la chance de pouvoir travailler avec toi ...Bonne journée



Réponse : Such an ordinary name/ III de eos17, postée le 18-12-2015 à 11:31:19 (S | E)
Bonjour Violet
pour cette traduction et les explications toujours aussi précises et limpides. Bonne fin de semaine. Prépare bien Noël.



Réponse : Such an ordinary name/ III de kazan, postée le 23-12-2015 à 09:27:47 (S | E)
Thank you Violet and happy X-mas




[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


Cours gratuits > Forum > Exercices du forum










Partager : Facebook / Twitter / ... 


> INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Une leçon par email par semaine | Aide/Contact

> COURS ET TESTS : -ing | AS / LIKE | Abréviations | Accord/Désaccord | Activités | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Be | Betty | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contractions | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Ecole | En attente | Exclamations | Faire faire | Famille | Faux amis | Films | For ou since? | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Get | Goûts | Grammaire | Guide | Géographie | Habitudes | Harry Potter | Have | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Make/do? | Maladies | Mars | Matilda | Modaux | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Neige | Nombres | Noms | Nourriture | Négation | Opinion | Ordres | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Plus-que-parfait | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Present perfect | Pronoms | Prononciation | Proverbes et structures idiomatiques | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Question Tags | Relatives | Royaume-Uni | Say, tell ou speak? | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Suggérer quelque chose | Synonymes | Temps | Tests de niveau | There is/There are | Thierry | This/That? | Tous les tests | Tout | Traductions | Travail | Téléphone | USA | Verbes irréguliers | Vidéo | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements


> NOS AUTRES SITES GRATUITS : Cours mathématiques | Cours d'espagnol | Cours d'allemand | Cours de français | Cours de néerlandais | Outils utiles | Bac d'anglais | Learn French | Learn English | Créez des exercices

> INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée | Cookies.
| Cours, leçons et exercices d'anglais 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.