Cours d'anglais gratuitsRecevoir 1 leçon gratuite par email // Créer un test
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
Des millions de comptes créés.

100% gratuit !
[Avantages]


Comme des milliers de personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon d'anglais !



- Accueil
- Aide/Contact
- Accès rapides
- Imprimer
- Lire cet extrait
- Livre d'or
- Nouveautés
- Plan du site
- Presse
- Recommander
- Signaler un bug
- Traduire cet extrait
- Webmasters
- Lien sur votre site



> Nos sites :
-Jeux gratuits
-Nos autres sites
   


Body in burning car /Version II

Cours gratuits > Forum > Exercices du forum || En bas

[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


Page 1 / 2 - Voir la page 1 | 2 | Fin | >>
Body in burning car /Version II
Message de violet91 posté le 05-09-2014 à 19:20:50 (S | E | F)
Peek-a-boo everybody ! Here I am ,dear all, as promised ,to entertain you with that following thrilling piece of English literature you said you were longing for . to new readers and translators who may visit this page ! They are going to have a shock, just like you !
Do enjoy yourselves with the fright you are going to be given : it is exactly what you expected , I am sure . Moreover,to me, this is such a perfect example of Dame Phyllis Dorothy JAMES 's talent in making you shiver when reading her crime novels .
J'espère que vous allez tous bien , après de bonnes vacances ,et que votre tonus comme votre motivation habituels vont trouver leur compte , en tournant les pages mostly , or de l'année qui se présente 'from this side of the looking-glass'.

Rappel ou 'mise au parfum 'pour ceux qui 'auraient la mémoire qui flanche 'ou ne connaîtraient pas .Ready? Steady? Go!.
Lien internet
...

Pour l'ambiance , fermer la petite fenêtre...Lien internet


......A body in a burning car ' . Version II

[ ...] She saw even before she reached the garage that here was the seat of the fire . The roof was still burning and the tallest flames came from the small group of silver birch trees to the right of the garage . Her ears were full of sound , the gushing wind ,the hiss and crackle of the fire , the small explosions like pistol shots as the top branches cast off burning twigs like fireworks to flame for a moment against the dark sky before falling spent around her feet .
At the open door of the garage she stood rooted in terror . She cried aloud , ' Oh no ! Dear God no !´ The anguished cry was tossed aside by a renewed gust of the wind . She could gaze only for a few seconds before closing her eyes , but the horror of the scene could not be blotted out . It was imprinted now on her mind and she knew it would be there forever . She had no impulse to dash in and try to save ; there was no one there to save . The arm stuck out of the open car door as stiff as the arm of a scarecrow , had once been flesh , muscle and veins and warm pulsing blood , but was no longer . The blackened ball seen through the shattered wind- screen, the fixed snarl of teeth gleaming whitely against the charred flesh had once been a human head . It was human no more ...(...)
She must telephone for the Fire Brigade , and quickly . Her body seemed a dead weight clamped to the earth , her muscles rigid as iron . But that passed .
Later she had no memory of reaching the cottage door . She pulled off and dropped her gloves, found the cold metal of her bunch of keys in the inner pocket of her handbag and tried to cope with the two locks. As she manœuvred the security key she told herself aloud , ' Be calm , be calm .' And now she was calmer . Her hands were still shaking but the dreadful pounding of her heart had quietened and she was able to open the door .
Once inside the cottage her mind became more lucid with every second . She still couldn't control the shaking in her hands but her thoughts at last were clear . First the Fire Brigade .
The 999 call was answered within seconds but the wait seemed interminable . Asked by a woman's voice what service she required , she said , ' Fire, it's very urgent please . There 's a body in a burning car .´ When the second, male , voice came on the line she gave the necessary details calmly to his questions, then sighed with relief as she replaced the handset .[...]

......... Another excerpt from 'THE MURDER ROOM. ' by great P.D JAMES .......


.................................................................................................PD JAMES , talking about Detective Fiction at the Bodleian Library ( Oxford.)
Have a good time reading this passage , then ...sleep well ! See you .

Correction vers le 27 Septembre .

' What a loss , my Clementine !' Will you forgive me for forgetting an essential bunch of words ?



Réponse: Body in burning car /Version II de kazan, postée le 07-09-2014 à 10:34:37 (S | E)
Dear Violet, thank you so much for such an interesting translation. STILL this exercise was hard as hell and costed cost me was hard for me I'm afraid
But, as the ad goes, I'm "lovin' it". There is one sentence that bugs me, I've put it in red. I suspect "find in" is some kind of phrasal verb but I can't find any mention of it anywhere. MmMMmmmMMm. I'll think about it later on.
Anyway, here it is:

Elle vit, avant même d’arriver au garage, que c’était là que se tenait le lieu du sinistre. Le toit était toujours en feu et les flammes les plus hautes provenaient d’un petit massif de bouleaux argentés à droite du garage. Ses oreilles étaient assourdies, le vent soufflait en rafales, le sifflement et les crépitements du feu, les petites explosions comme des coups de pistolet quand les branches les plus hautes projetaient des brindilles enflammées comme des feux d’artifice qui brulaient un instant dans le ciel noir avant de retomber fanées autour de ses pieds.
A la porte du garage qui était ouverte, elle se tint paralysée de terreur. Elle hurla à gorge déployée : « Oh non ! Mon Dieu non ! », Le cri d’angoisse s’estompa dans une nivelle bourrasque de vent. Elle ne put contempler la scène que pendant quelques secondes avant de fermer les yeux, mais l’horreur qui s’en dégageait ne pouvait être balayée de son esprit. C’était clairement ancré, et elle sut que ça resterait gravé pour toujours. Elle ne ressentait aucune urgence à se précipiter à l’intérieur et essayer de porter secours. Il n’y avait personne à sauver. Le bras qui sortait de la portière ouverte, rigide comme le bras d’un épouvantail, était de chair autrefois, fait de muscles de veines et de sang chaud pulsant, mais plus maintenant. La boule noircie visible au travers du pare-brise, les dents figées en un grondement, d’un blanc éclatant en comparaison à la chair brulée qui avait été un tête humaine auparavant. Ca n’avait plus rien d’humain … (…). Elle doit appeler les pompiers, et vite encore. Son corps lui paru être un poids mort enraciné au sol, ses muscles étaient durs comme le fer. Mais ça passa.
Plus tard, Elle n’eut plus aucun souvenir d’être arrivée à la petite maison. Elle arrêta sa voiture, ôta ses gants, trouva ?? dans la poche intérieure de son sac à main et tenter de s’occuper des deux serrures. Tandis qu’elle manipula la clé de sécurité elle se dit à elle même à haute voix : " Reste calme, reste calme ". Ensuite, elle se sentit plus apaisée. Ses mains tremblaient toujours mais les terrifiants battements de son cœur s’étaient calmés et elle fut en mesure d’ouvrir la porte.
Une fois à l’intérieur de la petite villa, son esprit devint de plus en plus lucide au fur et à mesure que les secondes passaient. Elle ne pouvait toujours pas contrôler le tremblement de ses mains mais ses idées étaient enfin claires. En premier lieu, les pompiers. On répondit au bout de quelques secondes à l’appel au 999 mais l’attente sembla interminable. Quand une voix féminine lui demanda à quel département elle voulait s’adresser, elle répondit « Les pompiers, c’est très urgent s’il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu. » Quand une deuxième voix, masculine, fut en ligne elle donna calmement tous les détails nécessaires en réponse à ses questions, puis poussa un soupir de soulagement alors qu’elle raccrocha. (…)

-------------------
Modifié par lucile83 le 07-09-2014 10:54
Costed in past tense or participle exists but has the meaning of evaluate



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 07-09-2014 à 12:28:28 (S | E)
Hello dear ,
Delighted to see you here so quick , dear volcano kazan ! Thanks very much for your enthusiasm . No trick at all in the sentence which puzzles you = she found her key in the inner pocket ... . This is just the most plausible indication of the place where she had put her key before going to work . Very well done so far ; mind some tenses , though ...and try to keep the exact images of terror which give this excerpt such charm and thrills, will you ? ! See you .
Have a nice sunny Sunday *!
* j'en profite pour vous le souhaiter à tous !



Réponse: Body in burning car /Version II de eos17, postée le 08-09-2014 à 13:58:06 (S | E)
Hello dear Violet
Here my try

Un corps à l'intérieur d'une voiture en feu:version II

...Avant même d'arriver au garage, elle vit où était le siège de l'incendie. Le toit était toujours en feu et les plus hautes flammes venaient d'un bosquet de bouleaux argentés à la droite du garage. Ses oreilles étaient pleines de bruits, le vent tourbillonnant, le sifflement et craquement du feu, les petites explosions semblables à des coups de feu quand le sommet des branches projetaient des brindilles enflammées comme des feux d'artifice empourprant un instant le ciel obscur avant d'être envoyées à ses pieds.
A la porte du garage elle se tenait debout , clouée par l'horreur.Elle hurla très fort : « Oh non ! Mon Dieu non ! »Le cri paniqué fut couvert par une nouvelle bourrasque de vent. Pendant quelques secondes elle put fixer la scène avant de fermer les yeux mais l'horreur de celle-ci ne pourrait pas s'effacer. Maintenant c'était gravé dans son esprit et elle savait que ce serait pour toujours.Elle n'eut pas le réflexe de se précipiter à l'intérieur et d'essayer de porter secours ; il n'y avait personne à sauver là. Le bras sortant de la portière ouverte aussi raide que le membre d'un épouvantail, avait été de chair, de muscles et de veines dans lesquels circulait un sang chaud ; ce n'était plus un bras. La boule noircie vue au travers du pare-brise, les dents figées en un rictus, luisaient de blancheur contrastant avec la chair carbonisée qui avait été une fois une tête humaine. Il n'y avait plus rien d'humain …
Elle devait téléphoner aux pompiers et vite. Son corps semblait comme un poids mort ancré dans la terre. Et puis cela s'estompa.
Après, elle ne se rappela pas comment elle avait atteint la porte de la petite maison. Elle retira et laissa tomber ses gants, fouilla à l'intérieur de son sac à main et tenta de venir à bout des deux
serrures. Comme elle manoeuvrait la clé de sécurité, elle se dit à voix haute, «  garde ton sang-froid, garde ton sang-froid  ». Elle était calme maintenant. Ses mains tremblaient encore mais le martèlement insupportable de son cœur s'était apaisé et elle put ouvrir la porte.
Une fois à l'intérieur de la petite maison, son esprit devint plus lucide au fur et à mesure que le temps passait. Elle ne contrôlait pas encore le tremblement de ses mains mais ses pensées étaient enfin claires. D'abord les pompiers .
Le 999 répondit au bout de quelques secondes. Une voix de femme lui demanda quel service elle désirait ; elle dit " un incendie, c'est très urgent,s'il vous plaît . Il y a un corps dans une voiture en feu ». Quand une deuxième voix masculine fut en ligne , elle donna les détails nécessaires à ses questions calmement, puis soupira avec soulagement tandis qu'elle raccrochait...

Have a nice day, see you soon eos

-------------------
Modifié par eos17 le 08-09-2014 17:20




Réponse: Body in burning car /Version II de mamou3, postée le 10-09-2014 à 08:13:51 (S | E)
Hello Dear Violet,
Nice to see you here !

Body in burning car- Version II

Elle vit, avant même d'atteindre le garage, que c'était là le siège de l'incendie. Le toit brulait encore et les plus hautes flammes provenaient d'un petit massif de bouleaux argentés à droite du garage.
Ses oreilles bourdonnaient des sons alentour, le vent qui rugissait, le sifflement et les craquements du feu, les petites explosions pareilles à des coups de feu provenant de la cime des branches qui projetait des brindilles enflammées telles des feux d'artifices qui empourpraient le ciel noir pendant un moment avant de se répandre autour de ses pieds en tombant.
A hauteur de la porte ouverte du garage, elle resta figée de terreur. Elle sanglota : "Oh non! Mon Dieu , non !"
Le cri angoissé fut rabattu par une nouvelle bourrasque de vent. Elle regarda fixement avant de fermer les yeux mais l'horreur de la scène ne pouvait être effacée. C'était imprimé maintenant dans son esprit et elle sut que ce serait pour toujours.Elle n'eut pas un mouvement pour se précipiter et tenter de porter secours, il n'y avait personne à sauver là.
Le bras coincé dans la portière ouverte de la voiture, raide comme le bras d'un épouvantail, avait été autrefois de chair, de muscles et de veines et de sang chaud pulsant mais plus à présent. La boule noircie aperçue à travers le pare-brise, l'enchevêtrement de dents étincelantes de blancheur contrastant avec la chair carbonisée avait été autrefois une tête humaine. Ce n'était plus humain.(...)
Elle devait téléphoner aux pompiers et ce rapidement.
Son corps paraissait un poids mort, cloué au sol, ses muscles rigides comme du fer. Mais ça passa.
Plus tard, elle ne se rappela pas avoir atteint la porte du cottage. Elle sortit, laissa tomber ses gants, trouvés dans la poche intérieure de son sac à main et essaya de s'en sortir avec les 2 verrous.
Pendant qu'elle manœuvrait la clé de sécurité, elle s'exhortait à voix haute : Reste calme, reste calme. Et là elle se calma. Ses mains tremblaient encore mais le martèlement de son cœur était apaisé et elle réussit à ouvrir la porte.
Une fois à l'intérieur du cottage, son esprit redevint plus lucide à chaque seconde. Elle ne pouvait toujours pas contrôler le tremblement de ses mains mais ses pensées étaient enfin claires. Premièrement, les pompiers. Le 999 répondit dans les quelques secondes mais l'attente sembla interminable. Une voix féminine lui demanda quel service elle voulait joindre, elle répondit : "Les pompiers, c'est très urgent, s'il vos plait. Il y a un corps dans une voiture en feu ". Quand une deuxième voix masculine arriva en ligne, elle répondit calmement à ses questions et donna les renseignements nécessaires puis raccrocha en poussant un soupir de soulagement.

Thank you for this exciting moment ! It's always a pleasure to work with you !



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 10-09-2014 à 20:07:07 (S | E)
Message de joe39
Welcome back ,dear Violet .
Here is my French translation of your excerpt, I found fascinating as usual.

QUOTE
Elle vit même d'avoir atteint le garage, que c'était là le foyer de l'incendie. Le toit brûlait encore et les flammes les plus hauts venaient du petit groupe de bouleaux argentés à la droite du garage. Ses oreilles étaient pleines de sons, le souffle du vent, le souffle et les craquements du feu, les petites explosions, comme de coups de pistolet, lorsque les branches supérieures laissaient tomber des rameaux enflammées, que, pendant un moment, semblaient comme de feux d'artifice sur le ciel sombre, avant de tomber à ses pieds.
Ȧ la porte ouverte elle resta clouée dans la terreur. Elle cria à voix haute : « Oh non !Mon Dieu non ! Le cri de douleur a été mis de côté par un rafale renouvelé du vent. Elle ne pouvait regarder que pendant secondes avant de fermer les yeux, mais l'horreur de la scène ne pouvait pas être effacée Il a été imprimé maintenant sur son esprit et elle savait qu'il serait resté là pour toujours.
Elle n'avait pas d'impulsion de se lancer là-dedans pour essayer de sauver . Le bras coincé par la porte ouverte de la voiture, raide comme celui d'un épouvantail, avait été une fois chair, muscles at veines, pleines de chaud sang pulsant, mais maintenant ils n'étaient plus. La balle noircie qu'elle voyait à travers le pare-brise , l'enchevêtrement fixe des blanchs dents étincelantes contre la chair carbonisé, avait été peu avant une tête humaine. Elle n'était pas plus.
Elle devait téléphoner aux sapeurs-pompiers et rapidement. Son corps semblait un poids mort bloqué au terrain, ses muscles rigides comme le fer. Mais cela passa. Plus tard elle n'avait aucun souvenir d'avoir atteint la porte de la maison. Elle sortit et laissa tomber à terre ses gants, trouvés dans la poche intérieure de son sac à main et essayé de faire face aux deux serrures. Pendent qu'elle manœuvrait la clé de sécurité, se dit-elle à haute voix : « Sois calme, sois calme!» et maintenant elle devenu plus calme. Ses mains tremblaient encore, mais le martèlement terrible de son cœur avait cessé et réussit à ouvrir la porte. Une fois à l'intérieur du chalet son esprit devint plus lucide à chaque seconde. Elle ne pouvait pas encore contrôler le tremblement de ses mains, mais ses pensées devinrent plus claires.
Première les sapeurs-pompiers. L'appel aux 999 a été répondu dans quelques seconde mais l'attente semblait interminable. La voix d'une femme demanda de quel service elle avait besoin. Elle dit : « Feu, il est très urgent s'il vous plaît. Il-y-a un corps dans une voiture en feu ». Lorsqu' une seconde, masculine cette fois, vint sur la ligne, elle donna calmement les détails nécessaires à ses questions et poussa un soupir de soulagement en raccrochant le récepteur.

I wish you a great time in correcting my hotchpotch.
Your friendly,
Joe



Réponse: Body in burning car /Version II de koreen2012, postée le 11-09-2014 à 06:19:07 (S | E)
Hello dear violet91
Nice to meet you I did this translation with a real pleasure, even if I found it difficult,so be clement with me please
This is the first time I've done such a long translation on this website and I hope I didn't make too many mistakes
Here is my try

Un corps dans une voiture en flamme / version II

Elle vit bien avant avoir atteint le garage où était le foyer de l'incendie. Le toit brulait encore et les plus hautes flammes provenaient d'un petit groupe de bouleaux argentés qui se situaient à droite du garage. Une quantité de bruits parvenaient à ses oreilles, le vent exubérant, le sifflement et le crépitement du feu, de petites explosions semblables à des tirs au pistolet quand de petites brindilles incandescentes se détachaient des branches supérieures, s’enflammaient un moment comme des feux d’artifices dans l’obscurité du ciel, avant de retomber à ses pieds.
A l'ouverture de la porte du garage, elle resta figée de terreur. Elle cria à toute voix « oh non ! Mon dieu non ! ». Le cri d'angoisse était dominé par la vigueur des rafales de vent. Elle ne pu fixer la scène que quelques secondes avant de refermer les yeux, mais la terreur de celle-ci ne pouvait s'effacer. Elle était gravée dans son esprit et elle savait qu'elle y resterait là pour toujours. Elle n'eu pas le reflexe de se précipiter à l'intérieur pour essayer de sauver quelqu'un; il n y avait personne à sauver ici. Le bras qui dépassait de la portière ouverte de la voiture, aussi raide que celui d'un épouvantail, était autrefois de la chaire, du muscle, des veines et du sang chaud battant, mais plus maintenant. La boule noircie vu à travers le pare-brise, le grincement fixe des dents luisantes avec blancheur qui contrastait avec la chair carbonisée était auparavant une tête humaine, ce n'était plus le cas.
Elle devait appeler la brigade du feu, et rapidement. Son corps semblait être un poids mort fixé au sol, ses muscles étaient rigides comme la pierre. Mais cela lui passa.
Plus tard elle n'eu aucun souvenir de comment elle avait atteint la porte de la maison de campagne. Elle tira ses gants trouvés dans la poche intérieur de son sac à main, les laissa tomber et essaya d'ouvrir les deux verrous. Pendant qu'elle manipulait les clefs elle se disait à voix haute, reste calme, reste calme. Et maintenant elle était plus calme. Ses mains tremblaient encore, mais l'épouvantable martèlement de son coeur s'était calmé et elle était en mesure d'ouvrir la porte.
Une foi à l'intérieur du cottage son esprit devint plus lucide de seconde en seconde. Elle ne pouvait toujours pas contrôler le tremblement de ses mains, mais ses pensées étaient enfin claires. Tout d'abord les pompiers. Le 999 ne mit que quelque secondes à répondre, mais l'attente avait semblé interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle désirait, elle répondit « incendie, c'est urgent s'il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu » quand la seconde personne, un homme cette fois ci, fut au bout du fil elle donna calmement les informations nécessaires à ses questions, et poussa un cri de soulagement quand elle reposa le combiné du téléphone.

Thank you very much
See you soon




Réponse: Body in burning car /Version II de edouard34, postée le 14-09-2014 à 19:33:50 (S | E)
Bonsoir Violet,
Merci de nous proposer cette suite et voici ma proposition.

Un corps dans une voiture en feu
Elle vit avant même d’atteindre le garage que c’était là le départ de l’incendie. Le toit brulait encore et les plus hautes flammes venaient du bosquet de bouleaux argentés sur la droite. Elle était assourdie par le souffle jaillissant, le sifflement et les craquements, les crépitations comme des coups de pistolets au moment où les branches au sommet se débarrassaient de leurs brindilles en feu, un instant face au ciel sombre elles étaient comme des fusées de feu d’artifice qui ensuite retombaient à ses pieds. A la porte ouverte du garage elle fut pétrifiée par la terreur. Elle hurla « Oh non ! Mon Dieu non ! » Ce cri d’angoisse fut étouffé par une rafale soudaine. Elle n’avait pu regarder que quelques secondes avant de fermer les yeux mais l’horreur de la scène ne pouvait plus s’effacer. C’était imprimé maintenant dans sa mémoire et elle savait que c’était là pour toujours.
Elle n’eut pas le réflexe de se précipiter pour porter secours, il n’y avait personne à sauver là. Le bras coincé dans la porte ouverte, raide comme celui d’un épouvantail, avait été fait de chair, de muscles, de veines et de la circulation d’un sang chaud, mais n’étaient plus rien de cela. La boule noircie vue à travers le pare-brise, figée en un cri avec des dents dont la blancheur éclatait contre la chair carbonisée, avait été autrefois une tête qui n’avait plus rien d’humain désormais…
Elle devait appeler les pompiers et vite. Son corps comme un poids mort semblait cloué au sol et ses muscles étaient rigides comme de l’acier. Mais elle se reprit. Plus tard elle ne se souvint pas avoir été jusqu’à la porte de la maison. Elle enleva ses gants et les fit tomber, trouva dans la poche intérieur de son sac à main de quoi essayer d’ouvrir les deux serrures. Alors quelle actionnait la clef de sécurité elle se disait à elle-même à voix haute. « reste calme, reste calme ».
Et maintenant elle était plus calme. Ses mains tremblaient encore mais le battement de son cœur d’abord effrayant s’était apaisé et elle fut capable d’ouvrir la porte. Une fois dans la maison elle retrouvait un peu plus de lucidité à chaque seconde. Elle ne pouvait toujours pas contrôler le tremblement de ses mains mais ses idées devenaient enfin plus claires. D’abord les pompiers, on lui répondit au bout de quelques secondes mais l’attente parut interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle voulait. Elle dit «Un feu, c’est très urgent s’il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu. » Quand la seconde voix, masculine celle-ci, fut en ligne, elle donna tous les détails nécessaires en répondant calmement à ses questions, puis soupira avec soulagement en reposant le combiné.


Bonsoir à tous, Edouard

-------------------
Modifié par edouard34 le 08-10-2014 20:56



-------------------
Modifié par edouard34 le 08-10-2014 20:58





Réponse: Body in burning car /Version II de pivoine91, postée le 17-09-2014 à 11:22:10 (S | E)
Contente de vous retrouver, voici ma traduction :

Un corps dans une voiture brûlée


(...) Avant même de parvenir au garage elle vit où était le foyer du feu. Le toît était encore en train de brûler et les plus hautes flammes provenaient d'un bosquet de bouleaux argentés à droite du garage. Ses oreilles étaient envahies de bruit, le vent tourbillonnant, le sifflement et le craquement du feu, les petites explosions comparables à des coups de feu quand le haut des branches projetant des brindilles incandescentes comme des feux d'artifice pour enflammer un moment le ciel sombre avant de retomber à ses pieds;

A l'ouverture de la porte du garage elle se tenait figée de terreur; Elle hurla : "Oh ! non ! mon Dieu, non !" Le cri angoissé fut couvert par un nouveau coup de vent. Elle put fixer la scène du regard pendant seulement quelques secondes avant de fermer les yeux mais l'horreur de cette scène ne pouvait s'effacer. C'était maintenant gravé dans son esprit et elle savait que cela pouvait être présent pour toujours. Elle n'eut aucun élan pour se précipiter à l'intérieur et essayer de porter secours, il n'y avait là personne à sauver. Le bras coincé à l'extérieur de la porte ouverte de la voiture aussi raide que celui d'un épouvantail avait autrefois été fait de chair, de muscles et de veines dans lesquels coulait du sang chaud, mais ce n'était plus un bras. La boule noircie vue à travers le pare-brise, les dents figées dans un rictus brillaient d'une blancheur contrastant avec la chair calcinée qui avait été autrefois une tête humaine. Il n'y avait plus rien d'un être humain. Elle devait téléphoner aux pompiers rapidement. Son corps ressemblait à un poids mort fixé à la terre, ses muscles étaient rigides comme du fer. Mais cela passa. Plus tard, elle n'eut aucun souvenir d'avoir atteint la porte du garage. Elle s'arrêta et laissa tomber ses gants, trouva dans la poche intérieure de son sac à main et essaya de forcer les deux serrures. Comme elle manipulait la clé de sécurité, elle se dit à elle-même à voix haute : "Reste calme, reste calme" Et maintenant elle était plus sereine. Ses mains étaient encore tremblantes mais l'épouvantable martèlement de son coeur s'était calmé et elle fut capable d'ouvrir la porte. Une fois à l'intérieur du cottage son esprit devint plus clair à chaque seconde. Elle ne pouvait encore contrôler le tremblement de ses mains mais ses idées finirent par devenir plus nettes. D'abord les pompiers. Le 999 appelé répondit en quelques secondes mais l'attente sembla interminable, interrogée par une voix de femme qui lui demanda quel service elle désirait. Elle répondit : "Un incendie, c'est très urgent, s'il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu. Quand elle eut la seconde voix masculine en ligne, elle donna les détails nécessaires répondant calmement à ses questions puis soupira avec soulagement en reposant le combiné.

Merci pour ce nouvel extrait et la reprise de nos échanges !



Réponse: Body in burning car /Version II de maya92, postée le 17-09-2014 à 16:49:05 (S | E)
Hello Violet,

Avant même d’atteindre le garage, elle se rendit compte que c’était là le foyer principal de l’incendie. Le toit était encore en feu, les flammes les plus hautes provenaient d’un bouquet de bouleaux argentés sur la droite du garage. De nombreux bruits agressaient ses oreilles : le sifflement et le craquement du feu, le hurlement du vent, les petites explosions comme des coups de pistolet lorsque les branches supérieures lançaient des brindilles qui comme des feux d’artifice, enflammaient un instant le ciel sombre avant de retomber à ses pieds.
Devant la porte ouverte du garage, elle resta pétrifiée de terreur. Elle cria « Oh non ! Mon Dieu, non ! » Son cri d’angoisse fut étouffé par une nouvelle rafale de vent. Elle regarda rapidement avant de fermer les yeux, mais l’horreur de la scène ne s’effaça pas, maintenant c’était imprimé dans son esprit et elle sut que ça le serait à jamais. Elle n’eut pas le réflexe de se précipiter à l’intérieur pour apporter son aide, il n’y avait personne à aider. Le bras qui sortait par la portière ouverte était raide comme celui d’un épouvantail. Il avait été auparavant fait de chair, de muscles et de sang palpitant dans les veines, mais plus maintenant. La boule noircie qu’elle voyait à travers le pare-brise, les dents qui, dans un ricanement figé, brillaient d’un éclat blanchâtre au milieu de la chair noircie, tout cela avait jadis été le visage d’un homme. Ca n’avait plus rien d’humain..
Elle devait téléphoner aux pompiers rapidement. Son corps était comme un poids mort cloué au sol, ses muscles rigides comme du fer. Mais ça passa. Plus tard, elle ne se souvint absolument pas avoir atteint la porte du cottage. Elle retira et laissa tomber ses gants retrouvés dans la poche intérieure de son sac et essaya de venir à bout des deux verrous. Tout en manipulant la clé de sécurité elle ne cessait de se répéter tout haut « Reste calme, reste calme » et elle se sentit plus calme. Ses mains tremblaient encore mais les terribles battements de son cœur s’étaient un peu calmés et elle put ouvrir la porte. Une fois à l’intérieur, ses pensées s’éclaircirent de seconde en seconde. Elle ne contrôlait pas tout à fait le tremblement de ses mains mais enfin ses pensées étaient claires : d’abord les pompiers.
L’appel au 999 fut pris dans la seconde mais l’attente lui parut interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle voulait, elle dit «Incendie, c’est très urgent s’il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu ». Lorsqu’une deuxième voix, masculine, prit la communication elle donna les détails nécessaires, calmement, et poussa un soupir de soulagement en reposant l’appareil.

Bonnes vacances Violet ? merci pour ce texte que j'ai adoré traduire à bientot



Réponse: Body in burning car /Version II de sundeep, postée le 19-09-2014 à 10:45:58 (S | E)
Bonjour Violet, bonjour à tous
Merci de ce texte: reprise fulgurante!

Un cadavre dans une voiture en feu.
[ ...] Avant même qu'elle atteigne le garage elle vit que le foyer de l'incendie était là.
Le toit brûlait encore et les flammes les plus hautes s'échappaient du petit bosquet de bouleaux argentés à la droite du garage.
Ses tympans étaient complètement assourdis par les bourrasques de vents, les sifflements et les craquements du feu, les petites explosions pareilles à des coups de pistolet quand des branches du sommet se propulsaient des brindilles incandescentes telles des feux d’artifice pour s'enflammer un instant sur le fond noir du ciel avant de tomber mourantes à ses pieds.
Devant la porte ouverte du garage elle restait pétrifiée d'épouvante.
Elle cria 'oh non, mon Dieu, non!'
Le cri d'angoisse fut déporté de côté par une nouvelle rafale de vent.
Elle avait regardé pendant quelques secondes seulement avant de fermer les yeux, mais l'horreur de la scène était indélébile.
Elle était gravée dans son esprit et elle savait qu'elle le serait à jamais.
Rien ne la poussait à se précipiter à l'intérieur pour essayer de venir à la rescousse: il n'y avait là personne à sauver.
Le bras à la raideur de celle d'un épouvantail qui sortait de la portière ouverte avait une fois palpité dans sa chair et ses muscles réchauffé par le sang de ses veines, mais ne l'était plus.
La boule noircie visible à travers le pare-brise, le rictus figé de la denture d'un blanc étincelant sur la chair carbonisée, avait une fois été une tête d'homme. Elle n’avait plus rien d'humain...
Il fallait qu'elle téléphone aux pompiers, et rapidement. Son corps était un poids mort fixé au sol, ses muscles aussi rigide que du fer. Mais tout cela passa.
Par la suite, elle ne se souvint même plus d'être arrivée à la porte de la villa. Elle enleva ses gants de la poche intérieure de son sac à main , les laissa tomber et essaya d'ouvrir les deux verrous. Alors qu'elle s'escrimait avec la clef de sécurité, elle se parlait à haute voix: 'Reste clame, reste calme'. Et alors elle se calma. Ses mains tremblaient encore mais le martèlement mortel de son cœur s'était apaisé et elle fut capable d'ouvrir la porte.
Une fois à l'intérieur de la villa son esprit retrouvait sa lucidité de seconde en seconde. Elle ne pouvait toujours pas contrôler le tremblement de ses mains mais ses pensées étaient enfin plus claires. D'abord, les pompiers.
Le 999 répondit dans les secondes mais l'attente sembla interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle demandait. Elle répondit 'les pompiers, c'est très urgent s'il vous plait. Il y a un corps dans une voiture qui brûle'. Quand la seconde voix, un homme, prit le téléphone, elle répondit calmement à ses questions en donnant les détails nécessaires, puis soupira de soulagement en reposant le combiné.

En attente de la correction, merci d'avance



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 19-09-2014 à 11:13:04 (S | E)
Bonne journée sous le soleil ,friends !
Après toutes vos 'effectuations ' ...je ne peux dire que grand et moult bravos ! Je commencerais presque à paniquer : ferai-je aussi bien , voire mieux ?! Mes neurones vont s'enflammer .



Réponse: Body in burning car /Version II de swan85, postée le 19-09-2014 à 13:02:58 (S | E)
Bonjour Violet
Voici ma traduction.

Même avant d’arriver près du garage elle avait vu que le foyer de l’incendie partait de cet endroit. Le toit brûlait encore et les flammes les plus hautes provenaient d’un petit groupe de bouleaux argentés situés à la droite du garage. Elle était assourdie par tous les bruits qui lui parvenaient, les rafales de vent, le sifflement et le crépitement des flammes, les petites explosions ressemblant à des coups de feu tandis que dans le ciel noir des brindilles enflammées provenant des branches les plus hautes tombaient au sol autour de ses pieds.
elle se tenait terrorisée à la porte ouverte du garage. Elle hurla, « oh non ! mon Dieu non ! » Le cri d’angoisse fut couvert par une nouvelle rafale de vent. Elle pouvait regarder que quelques secondes avant de fermer les yeux, mais l’horreur de ce spectacle ne pouvait s’effacer.
C’était maintenant imprimé dans son esprit et elle savait qu’elle ne l’oublierait jamais. Elle n’a pas eu le reflexe de se précipiter et de porter secours. Il n’y avait plus personne à sauver. Le bras qui dépassait de la portière ouverte de la voiture aussi raide que celui d’un épouvantail, avait été autrefois de chair, de muscles, avec des veines et du sang chaud qui y coulait, n’était plus rien. La tête ronde noircie que l’on voyait à travers le pare-brise, un rictus crispé découvrait des dents d’une blancheur étincelante qui contrastait avec la peau carbonisée et qui avait été jadis une tête humaine. Ce n’était plus un être humain….
Elle doit rapidement appeler les pompiers. Il lui semblait que son corps était comme un poids mort fixé au sol, ses muscles aussi raides que du fer. Mais cela passa.
Plus tard, elle n’eut aucun souvenir de la façon dont elle avait atteint la porte du cottage. Elle s’arrêta et laissa tomber ses gants, elle trouva dans la poche intérieure de son sac à main de quoi essayer d’ouvrir les deux verrous. Alors qu’elle manipulait la clé de sécurité elle dit à haute voix « sois calme, sois calme ». Elle se calma ensuite. Ses mains tremblaient encore mais le terrible battement de son cœur s’était apaisé et elle était maintenant capable d’ouvrir la porte.
Dès qu’elle fut à l’intérieur du cottage elle retrouva de plus en plus sa lucidité. Elle ne pouvait pas encore contrôler le tremblement de ses mains mais ses idées au moins étaient claires. Tout d’abord les pompiers.
Le 999 sonna en quelques secondes mais l’attente sembla interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle désirait, elle répondit, « Un feu, c’est très urgent s’il vous plait. Il y a un corps dans une voiture en feu ». Lorsqu’une seconde voix masculine prit la ligne elle donna tous les détails nécessaires en répondant calmement à ses questions, ensuite elle respira avec soulagement tout en replaçant le combiné.

Merci pour ce texte intéressant et à bientôt




Réponse: Body in burning car /Version II de zodiac97500, postée le 19-09-2014 à 22:05:29 (S | E)
Hi dear Violet .
Still a lot of work to do ; but finally I could find a moment for the translation .

Elle vit ou se situait le site de l'incendie bien avant d'atteindre le garage . Le toît brulait encore et les flammes les plus hautes venaient d'un petit bosquet de bouleaux argentés à la droite du garage . Une avalanche de sons parvenaient à ses oreilles . Les bourasques de vent , le sifflement et le craquement du feu les petites explosions comme des petits coups de pistolets en haut des branches projetaient les brindilles qui éclataient en feu d'artifices embrasant un court instant l'obscurité de la nuit avant de retomber éparpillées à ses pieds . A l'entrée du garage elle se tint debout figé par la terreur .
Elle s'écria - Oh non ! Mon Dieu non ! Le cri dangoisse fut couvert par une nouvelle rafale de vent . Elle ne fixa la scène que quelques seconde avant de fermer les yeux , mais elle ne pouvait se débarrasser de cette vision d'horreur . Elle s'était imprimée dans son esprit et elle sut qu'elle y serait à jamais .Elle n'eut même pas envie de se précipiter pour récuperer ou sauver quoi que ce soit ; il n'y avait persone à sauver .Le bras qui sortait de la porte ouverte de l'auto aussi raide que celui d'un épouvantail , avait autrefois été de chair des muscles des veines et du sang chaud , mais plus maintenant .
La boule noircie visible à travers le parebrise , les dents comme figées dans un grognement étincelaient de blancheur contre la chair carbonisée de ce qui avait ètè autrefois la tête d'un être humain . Elle n'avait plus rien d'humain .
Elle doit téléphoner aux pompiers , et rapidement ; Son corps ressemblait à un poids mort fixé au sol , ses muscles étaient aussi rigides que de l'acier . Mais cette sensation s'estompa .
Plus tard elle n'eut aucun souvenir de son arrivée à la porte de la petite maison .Elle s'arrêta et laissa tomber ses gants trouvés dans la poche intèrieure de son sac à main et essaya de venir à bout des deux loquets . Alors qu'elle manoeuvrait la clef de sécurité elle se parla à voix haute ;
- Calme toi , calme toi . De fait ; elle se sentit plus détendue . ses mains tremblaient mais son coeur qui avant battait la chamade s'était calmé et elle fut en état d'ouvrir la porte .
Une fois à l'intérieur de la maison en peu de temps son esprit redevint plus lucide . Elle avait encore de la difficulté à contrôler le tremblement de ses mains mais au moins ses idées étaient
étaient plus claires . En tout premier lieu les Pompiers .
La réponse du 999 fut quasi immédiate mais l'attente parût interminable .
A la question de la préposée lui demandant se dont elle avait besoin , Elle dit Feu , s'il vous plait c'est très urgent . Il y a un corps dans une auto en feu. Quand la seconde voix , celle d'un homme se fit entendre elle répondit calmement à ses questions et donna tous les détails necessaires puis dans un soupir de soulagement reposa le combiné .


-------------------
Modifié par zodiac97500 le 19-09-2014 22:07



Réponse: Body in burning car /Version II de car2bar, postée le 22-09-2014 à 21:15:26 (S | E)
Merci chère Violet

Un corps dans une voiture in feu
Avant même d’atteindre le garage, elle réalisa que c’était là le foyer de l’incendie.
Le toit brûlait encore et les flammes les plus hautes provenaient d’un petit groupe de bouleaux sur la droite du garage.
Toutes sortes de bruits envahissaient ses oreilles, le bouillonnement de l’air, le sifflement et le crépitement du feu, les petites explosions comme des coups de pistolet au fur et à mesure que les branches les plus hautes se débarrassaient des plus petites qui brûlaient comme des feux d’artifice flambant un moment contre le ciel noir avant de tomber autour de ses pieds.
Devant la porte ouverte du garage elle resta clouée par la terreur. -Oh non ! Mon Dieu, non !-hurla-t-elle. Le cri d’angoisse fut repoussé par une nouvelle rafale. Elle ne put fixer la scène que pendant quelques secondes avant de fermer les yeux, mais l’horreur de cette image ne pouvait être effacée. C’était maintenant gravée dans son esprit et elle sut que cela y resterait pour toujours. Elle n’eut aucun élan de se précipiter dedans pour essayer de porter secours : il n’y avait personne à sauver : coincé dans la portière ouverte de la voiture, le bras raide comme celui d’un épouvantail, avait été autrefois chair, muscles, veines et sang tiède qui circulait. Mais ce n’était plus un bras. La boule noircie perçue à travers le pare-brise, la grimace fixée qui laissait voir les dents étincelantes de blancheur contre la chair carbonisée avait été autrefois la tête de quelqu’un. Ce n’était plus un être humain… (…).
Elle devait téléphoner aux pompiers, et à toute vitesse. Son corps semblait un poids mort cloué au sol, ses muscles étaient rigides comme le fer. Mais elle se reprit.
Plus tard, elle ne se souviendrait plus d’avoir atteint la porte du cottage. Elle s’y arrêta, laissa tomber ses gants trouvés dans la poche intérieure de son sac et essaya de se débrouiller avec les deux verrous. Tandis qu’elle manipulait la clé de sécurité elle se disait à elle-même à haute voix : " sois calme, sois calme ". Et maintenant elle était plus calme. Ses mains tremblaient encore mais l’affreux martèlement de son cœur avait cessé et elle fut en mesure d’ouvrir la porte.
Une fois à l'intérieur du cottage, son esprit devint de plus en plus clair à chaque seconde. Elle ne pouvait encore contrôler le tremblement de ses mains, mais ses idées étaient finalement plus claires. D’abord les pompiers.
L’appel au 999 fut répondu dans quelques secondes mais l’attente sembla interminable. Une voix de femme lui demanda le service dont elle avait besoin. Elle répondit « les pompiers, c'est très urgent s'il vous plaît. Il y a un corps dans une voiture en feu ».
Lorsque la seconde voix, masculine cette fois-ci, fut au bout du fil, elle donna calmement les détails nécessaires à ses questions, et puis soupira avec soulagement en raccrochant l’appareil.



Réponse: Body in burning car /Version II de ariane6, postée le 24-09-2014 à 18:35:53 (S | E)
Hello Violet et merci pour cet suite brûlante qui me plonge dans l'effroi...

Un corps dans une voiture en feu. Version II.

Avant même d’atteindre le garage, elle vit que l’incendie venait de là. Le toit brûlait encore et les plus hautes flammes montaient du bosquet de bouleaux argentés situé sur la droite. Elle était assourdie par le souffle du vent, les sifflements et les craquements du feu, les petites détonations comme des coups de pistolet, quand les brindilles incandescentes se détachaient au sommet des branches, formaient sur fond de ciel sombre des fusées comme un feu d’artifice et retombaient en cendres à ses pieds.
Devant la porte ouverte du garage elle s'arrêta, clouée par la terreur. Elle hurla :"Oh non ! Mon Dieu non !" Ce cri d’angoisse fut étouffé par une nouvelle rafale. Elle n’avait pu regarder que quelques secondes avant de fermer les yeux, mais l’horreur de la scène ne pourrait plus s’effacer. Elle était gravée maintenant dans sa mémoire et elle savait qu'elle y serait pour toujours.
Elle n’eut pas le réflexe de se précipiter pour porter secours ; là, en réalité, il n’y avait personne à sauver. Le bras qui sortait de la porte ouverte de la voiture, raide comme celui d’un épouvantail, avait été autrefois chair, muscles, veines où battait un sang chaud, mais ne l'était plus. La boule noircie qu'elle voyait à travers le pare-brise, les dents figées dans un grimacement de douleur, étincelantes de blancheur en contraste avec la chair carbonisée, avait été autrefois une tête humaine, mais n’avait plus rien d’humain ...(...)
Il fallait qu'elle appelle les pompiers, et vite. Son corps semblait un poids mort, cloué au sol et ses muscles rigides comme le fer. Puis elle revint à elle.
Plus tard, elle ne se souvint pas d'avoir atteint la porte de la maison. Elle enleva ses gants trouvés dans la poche intérieure de son sac à main et les laissa tomber, puis essaya de venir à bout des deux serrures. Tout en actionnant la clef de sécurité, elle parlait à elle-même à haute voix. "Calme, reste calme".
Et maintenant elle reprenait le contrôle. Si ses mains tremblaient encore, le terrible battement de son cœur s’était apaisé et elle réussit à ouvrir la porte. Une fois à l'intérieur de la maison, rapidement son esprit devint plus lucide. Elle ne pouvait toujours pas maîtriser le tremblement de ses mains, mais ses idées se remettaient en place. D’abord, appeler les pompiers.
La réponse à l'appel au 999 ne prit que quelques secondes et pourtant l’attente lui parut interminable. Une voix de femme lui demanda quel service elle désirait, elle dit : "C'est un feu, c’est très urgent s’il vous plaît. Il y a un corps dans une voiture en feu." Quand la voix d'une seconde personne, une voix d'homme, prit alors la ligne, elle donna tous les détails nécessaires en répondant calmement à ses questions et enfin poussa un soupir de soulagement en reposant le combiné.
:



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 24-09-2014 à 23:37:51 (S | E)
et ...ça flambe , ça flambe bien ! Continuez aussi bien et nous irons ensemble ...au musée Dupayne pour agiter non le drapeau , mais les flambeaux ! Les petits jeunes sont-ils prêts ? Have a very good night , dear all .



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 27-09-2014 à 14:45:54 (S | E)
Hello dear all ,
Encore ce week-end pour les retardataires qui s'annoncent ...je vois bien ' le soleil qui poudroie et 'l'herbe qui verdoie',mais pas encore les preux chevaliers et ...chevalières ( facile , fatigue de fin de semaine ! J'envoie aussi de l'énergie à celles qui ont une petite baisse de régime ou/et aux hésitants. On peut encore visiter : c'est gratuit dans tous les sens .
Je me rends au beau temps et à ses sollicitations : sorry ...I am sure you understand how precious it is , especially in the vicinity of Paris .
Have a lovely week-end and enjoy yourselves , even if you don't take time 'with ' PD James . I promise I'll be here on Monday and just for you. Violet xx



Réponse: Body in burning car /Version II de happyboy3311, postée le 27-09-2014 à 17:28:22 (S | E)
Hello Violet,
I was shy to show my work but here it is...

"Un corps dans une voiture en feu."

"Elle vit, avant même d’atteindre le garage, qu’ici se trouvait le foyer du feu. Le toit était encore en train de brûler et les plus grandes flammes venaient du petit groupe de bouleaux argentés à la droite du garage. Ses oreilles étaient remplies de sons, les rafales du vent, le souffle et le craquement du feu, les petites explosions comme des coups de pistolet lorsque les branches supérieurs lançaient des brindilles enflammées comme des feux d’artifices pour exploser un moment contre le ciel sombre avant de tomber à ses pieds. Devant la porte ouverte du garage, elle resta figée de terreur. Elle hurla « Oh non ! Mon Dieu non ! » Son cri d’angoisse mourut dans une nouvelle rafale de vent. Elle ne pouvait encore regarder que pour quelques secondes avant de fermer ses yeux, mais l’horreur de la scène ne pouvait plus s’effacer. C’était à présent imprimé dans son esprit et elle savait que ce serait pour toujours. Elle n’avait pas la force de se lancer à l’intérieur et d’essayer de secourir, il n’y avait plus personne à sauver là. Le bras dépassant de la porte ouverte de la voiture, raide comme celui d’un épouvantail, avait autrefois était de chair, de muscle et de veines et de la chaleur des pulsations du sang, mais n’était plus. La balle noircie contre le pare-brise, l'enchevêtrement fixé de dents blanches étincelantes contre la chair carbonisée avait été autrefois une tête humaine. Ça n’était plus humain… […] Elle devait téléphoner à la brigande anti-incendie, et rapidement. Son corps semblait être un poids mort attaché à la terre, ses muscles rigides comme du fer. Mais ça passa. Plus tard elle n’avait pas le souvenir d’avoir atteint la porte de la petite maison. Elle sortit et laissa tomber ses gants, trouvés dans la poche intérieure de son sac à main et essaya d’affronter les deux serrures. Tandis qu’elle manœuvrait la clé de sécurité, elle se disait à elle-même à voix haute « Reste calme, reste calme. » Elle se sentit immédiatement plus calme. Ses mains étaient encore tremblantes mais le martèlement terrible de son cœur s’était calmé et elle réussit à ouvrir la porte. Une fois à l’intérieur de la petite maison, son esprit devint plus lucide à chaque seconde. Elle ne contrôlait toujours pas le tremblement de ses mains mais ses pensées enfin étaient plus claires. Tout d’abord, la Brigade anti-incendie. L’appel du 999 répondit au bout de quelques secondes mais l’attente lui sembla interminable. Interrogée par une voix de femme à propos du service qu’elle requérait, elle dit, « Incendie, c’est très urgent s’il vous plaît. Il y a un corps dans une voiture en train de brûler. » Quand une seconde voix, masculine, prit la ligne elle donna les détails nécessaires calmement à ses questions, puis soupira avec soulagement en reposant le combiné. […]"

Thank you

Louise



Réponse: Body in burning car /Version II de hushpuppy, postée le 27-09-2014 à 21:52:27 (S | E)
Bonjour violet,
Merci pour cet exercice. Même si c'est sur le forum anglais, je l'essaye traduire pour améliorer mon français. J'ajouterai des phrases suivantes après qu'elles sont finies Merci aussi à allyson pour son aide

Elle vit, avant même d'arriver au garage, qu'ici ce fut le cœur du foyer. Le toit incendia encore et les flammes les plus hautes vinrent d'un tas des bouleaux argentés à droite du garage. Ses oreilles furent pleines de sons, du vent rampant, du sifflement et du crépitement du feu, des petites explosions comme des coups de pistolet pendant que les hautes branches tirèrent leur brindilles embrasées contre le ciel noir comme un feu d'artifice qui devient des flammes pour un court moment, avant de tomber essoufflées autour de ses pieds.

A la porte ouverte du garage, elle se tint glacée de terreur. Elle hurla "Non ! Mon Dieu, non !" Le cri fut étouffé par une bourrasque du vent. Elle y regarda pendant des petites secondes avant de fermer ses yeux, mais l'horreur de la scène resta vive derrière de ses paupières. La scène s'imprima maintenant dans sa tête et elle sut qu'elle y resterait toujours. Elle n'eut pas l'impulsion de courir et d'essayer de porter secours. Personne n'exista pour sauver. Le bras qui dépassa la porte ouverte de la voiture, tout rigide tel qu'un bras d'un épouvantail, fut à une époque de peau, de muscles, de veines et de sang tiède pulsant, mais plus maintenant. La boule noircie vue au travers du pare-brise, le rictus féroce fixé de dents qui brillèrent toutes blanches contre la peau brûla, elle était autrefois une tête humaine. Ce ne fut plus humaine.

Elle dut téléphoner aux pompiers et rapidement. Son corps sembla un poids mort collé à la terre, ses muscles rigides comme le fer. Mais elle se reprit. Plus tard, elle ne put plus se souvenir son arrivée à la porte du cottage. Elle retira et laissa tomber ses gants, trouva dans la poche intérieure de son sac-à-main et elle essaya de se concentrer sur les deux serrures. Pendant qu'elle manœuvra la clé de sécurité, elle se dit à voix audible "Reste calme, reste calme." Et comme ça, elle se rendit plus calme. Ses mains furent encore en tremblant mais le battement terrible de son cœur se fut plus doux et elle put ouvrir la porte.

Une fois à l'intérieur de la petite maison, sa tête devint plus lucide avec chaque seconde. Elle ne put encore pas contrôler le tremblement des mains mais ses pensées furent claires enfin. Premièrement, des pompiers. L'appel 999 fut répondu dans quelques secondes mais l'attente sembla interminable. Interrogea par une voix féminine dont quel service elle en eut besoin, elle dit "Incendie, c'est très urgente, s'il vous plait. Il y a un corps dans une voiture brûlant." Après que la deuxième voix, masculine, vint sur la téléphone, elle donna des détails nécessaires en restant composée pour répondre à ses questions, et après elle soupira du soulagement le moment qu'elle raccrocha le téléphone.



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 27-09-2014 à 22:29:58 (S | E)
on board , hushpuppy , nice to 'meet ' you here on this thrilling excerpt and how kind of you to translate from such a beautiful town like yours : Chicago ! It makes me dream ! ( Mind the tenses if I can give you a help ( it would be better to use more simple pasts than 'imparfaits' ) . Cheers for carrying on .
dear happyboy for joining ! Very well done , too ! Quite pleasant to read your style



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 29-09-2014 à 17:00:04 (S | E)
Woià,woilà...elle arrriiive , Violet

En 'retard' peut-être, mais très reconnaissante de votre participation généreuse , fine et enthousiaste . Que l'on ne m'en veuille pas de profiter au maximum des beaux jours dans une année qui n'a pas toujours été rose ! L'essentiel est bien de participer et donner à traduire , isn't it ?, de créér aussi la surprise .Lien internet
(petite fenêtre)

---------------------------Un corps dans une voiture en feu .Version II.:--------------------------

[...]Avant même d'arriver à la hauteur du garage , elle avait compris que là se tenait le foyer de l'incendie . Le toit était encore en proie aux flammes dont les plus hautes provenaient du boqueteau de bouleaux argentés, sur la droite . Ses oreilles étaient assaillies de bruits divers : les tourbillons du vent , le sifflement et crépitement du feu, les petites explosions tels des tirs de pistolet au moment où les branches supérieures projetaient des brindilles embrasées sur le fond noir du ciel un instant illuminé, comme un feu d'artifice , brindilles qui tombaient ,consumées , éparses à ses pieds .
A la porte ouverte du garage , l'épouvante la cloua au sol. Elle lâcha éperdue ' Oh! Non ! Mon Dieu, non !'. Son cri de détresse fut balayé par une nouvelle rafale . Elle ne put soutenir le spectacle que quelques secondes, avant de fermer les yeux , mais l'horreur de la scène ne pourrait jamais s'effacer . Elle était désormais gravée sur un mur de sa mémoire et y demeurerait à jamais , elle en était sûre .
Elle n'esquissa aucun mouvement pour s'élancer à l'intérieur et tenter de porter secours : il n'y avait , là, personne à sauver . Ce bras qui dépassait de la portière ouverte était aussi raide que celui d'un épouvantail ; un jour , il avait pourtant bien été fait de chair , de muscles,de veines où courait un sang vif et chaud ; or, ce n'était plus le cas . La boule carbonisée vue à travers les éclats du pare-brise, , l'alignement fixe des dents d'autant plus blanches et brillantes contre cette chair calcinée (noir charbon)avaient aussi un jour été tête humaine . Plus rien d'humain , ici.
Son devoir était d'appeler les pompiers et sans tarder . Il lui sembla que son corps ,devenu poids mort, était scellé à la terre et que ses muscles s'étaient rigidifiés comme du fer. Toutefois, cela se dissipa. Plus tard elle ne saurait aucunement recomposer la manière dont elle avait atteint sa porte d'entrée . Elle retira au plus vite ses gants qu'elle laissa tomber , trouva le métal froid de son trousseau de clés* dans la poche intérieure de son sac à main et s'employa à régler le problème des serrures. En maniant la clé de sûreté , elle se prit à dire à haute voix ' Tu te calmes ! Tu te calmes !' Et elle y parvint alors . Ses mains tremblaient encore ,certes, mais l'infernal martèlement des battements de son cœur s'était apaisé : elle fut donc capable d'ouvrir la porte.
Une fois à l'intérieur de sa maison , elle reprit ses esprits de seconde en seconde . Elle ne pouvait toujours pas maîtriser le tremblement de ses mains , mais elle retrouvait enfin ses idées claires. Première chose : les pompiers .
Le 999 répondit en un rien de temps qui lui sembla pourtant une éternité . Interrogée par une voix de femme sur le service qu'elle demandait , elle spécifia ' Incendies ! C'est vraiment urgent, je vous en prie . Il y a un corps dans une voiture en feu .'Quand la seconde voix - masculine- prit l'appel , c'est avec calme qu'elle donna les détails nécessaires aux questions posées et enfin , elle poussa un soupir de soulagement en reposant le combiné.[...]

.................................D'après ' A body in a burning car ' by Dame PHYLLIS DOROTHY JAMES = P.D JAMES......................................

* Nom de Zeus ! Je trouvais la phrase bancale ...; aurais-je oublié quelques éléments des plus logiques en tapant le texte anglais ! Shame on me . Believe me ! I do apologize . ' What a loss, my Clementine !'
I feel awfully sorry for the writer and you all.



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 29-09-2014 à 20:01:32 (S | E)
Place à Odile DEMANGE .

[...]Avant même, d'atteindre le garage , elle vit que c'était là que le feu avait pris . Le toit brûlait encore et les flammes les plus hautes s'élevaient du petit bosquet de bouleaux argentés , à droite du bâtiment . Le vacarme était assourdissant , bourrasques de vent , sifflements et crépitements du feu, petites explosions brutales comme des coups de pistolet quand les branches supérieures projetaient des brindilles enflammées qui s'illuminaient un instant tel un feu d'artifice dans le ciel obscur avant de retomber ,consumées , à ses pieds.
Devant la porte ouverte du garage , elle resta pétrifiée de terreur ." Oh, non ! Mon Dieu, non !" - son hurlement d'angoisse fut étouffé par une nouvelle rafale de vent . Elle ne contempla la scène que quelques secondes avant de fermer les yeux , mais cette image atroce était indélébile . Elle était imprimée dans son esprit et Tally savait qu'elle y demeurerait à jamais . Elle ne tenta même pas de se précipiter à l'intérieur du garage pour prêter assistance à qui que ce soit : il n'y avait là personne à secourir. Le bras qui sortait de la portière ouverte, raide comme celui d'un épouvantail, avait jadis été fait de chair , de muscles , de sang chaud et palpitant . Mais c'était fini . La boule noircie qu'elle avait aperçue par le pare-brise éclaté , ce rictus qui dévoilait des dents éclatantes contre la chair carbonisée, avaient été la tête d'un être humain. Elle n'avait plus rien d'humain .
[..]Il fallait appeler les pompiers , vite . Son corps lui faisait l'effet d'un poids mort qui adhérait à la terre, ses muscles étaient raides comme de l'acier . Mais cette impression s'effaça, elle aussi .
Plus tard elle ne se rappela pas comment elle était arrivée à la porte du pavillon. Elle retira ses gants et les laissa tomber , sentit le métal froid de son trousseau de clés dans la poche intérieure de son sac à main , et essaya de faire jouer les deux verrous. Tout en manoeuvrant la clé de sécurité , elle se dit tout haut : " Reste calme, reste calme ." Et elle se calma. Ses mains tremblaient toujours , mais les terribles battements de son cœur s'étaient apaisés et elle réussit à ouvrir la porte .
Dès qu'elle fut à l'intérieur, chaque seconde qui passait rendit à son esprit un peu de sa lucidité. Elle ne contrôlait toujours pas le tremblement de ses mains , mais au moins elle avait les idées claires. D'abord , les pompiers.
Composant le 999, elle eut presque immédiatement une réponse , mais l'attente lui parut interminable. Lorsqu'une voix féminine lui demanda quel service elle réclamait , elle dit : " les incendies , c'est très urgent , je vous en prie. Il y a un corps dans une voiture en feu ." Lorsque la deuxième voix , masculine , prit la communication , elle répondit calmement aux questions posées en donnant tous les détails nécessaires et c'est avec un soupir de soulagement qu'elle reposa le combiné.[...]



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 30-09-2014 à 19:07:12 (S | E)
Hello dear all ,

' Ne cherchez pas docteur ...c'est la tête ! ' ( I am half kidding ) . Première fois de ma vie que cela m'arrive ! Un carton rouge , Violet ! J'ai 'choisi ' le site et l'international pour faire plus discret ! J'ai d'abord cru que le manuel scolaire avait tronqué le texte original , then I just couldn't believe my eyes . Imaginez ma confusion à votre égard hier soir ! Ce sont quelques neurones sans doute perdus en route !...J'en ai mal dormi et vous prie vraiment de ne pas m'en vouloir . And Dame PD James then ! Will you please forgive me ? I have never stopped saying and showing how great you are at crime novels and cruel details !
J'avais bien trouvé bizarre que Tally enrage d'extirper ses gants de la poche intérieure de son sac , les 'jette' pour dégager peut-être ses clés qu'elle aurait fourrées là : elle rentrait de nuit en vélo et les avait probablement sur les mains ! En outre, c'est une demoiselle très méticuleuse et ça ne collait pas vraiment !
Voilà pour la petite histoire de mon baptême d' oublieuse et d'exception ! Ever so sorry .

I ]LES TEMPS, LES FORMES ET LES MODES :

La narration se poursuit ; tout le passage est au passé sauf pour le bref soliloque de Tally et son appel téléphonique!
a ) De nombreux simple pasts (de vrais prétérits)qui énoncent des faits .
--Une charretée d'irréguliers > d'où la preuve une fois de plus qu'il faut bien les avoir appris , une fois !(once)She saw ( to see, saw, seen)/It was ( to be , was (sg)-were (pl)['w]forme forte = yes, they were ![w]forme faible: her ears were full of sound / she stood ( to stand , stood , stood )/she had no impulse (to have, havd, had)/ Top branches cast off ( to cast, cast ,cast )/she said [s d -or - sd : normal forms ) The arm stuck out(to stick, stuck , stuck )...j'en passe sans doute pas des meilleurs ..

-- Des réguliers avec ou sans particularité orthographique : she reached ['rt]/She cried [krd]- to cry / she tried [trd]to try/ she sighed [sd] to sigh/she required [r'kwd]to require (triphtong)/she manoeuvred[m'nvd]to manœuvre / She dropped [drpt]/she replaced [ri'plst]to replace ...and so on and so forth ...

b ) Deux passés continus = continuous pasts : la description est appuyée > ils correspondent à notre imparfait .
-- WAS+ BV-ING The roof was still burning /Her hands were still shaking .
--WERE+ " "

c ) Past perfect ( twice ): had once been

d ) Un mode impératif affirmatif 2éme pers (you) : be calm.( twice). L'auteur aurait pu choisir un impératif emphatique comme 'do be reasonable, Violet !' Do be calm ! j'ai opté pour le 'tu' ; on pourrait avoir ' on se calme' ( elle serait un peu moins impliquée ) ou même ' mais elle se calme , elle se calme , la fille ! En voiture , il peut m'arriver de me parler à la 3ème personne ' mais elle n'est pas bien ?!' Vous voyez que ce n'est pas du tout dans la même optique que celle d'Alain Delon !
Et...tout simplement : ' Du calme' ou ' Pas d'affolement !'

e ) Mode conditionnel présent/ Conditional : it would be there .
J'ai opté pour caser là plutôt qu'un simple past ( qui aurait été un imparfait français )le conditionnel 'could ' de can : impossibilité générale car il nous faut projeter dans l'avenir( marqué à jamais) de Tally.: it could not be blotted out .

f ) Past participles : des participes passés : rooted ( attribut) / asked ( apposition ) / spent at her feet . D'autres qui ont une valeur d'adjectifs : the blackened ball /her anguished ['gwit] cry / imprinted [im'printid]( attribut)...

g ) Present participles : des participes présents : teeth gleaming , burning twigs ( épithète)..

h ) Des gérondifs = gerunds après prépositions : before falling , before closing her eyes , no memory of reaching ...

i ) Un gérondif à valeur nominale > nominalisation = the shaking : le tremblement ( le coucher , le dîner ...]

j ) Des voix passives = passive forms : the cry was tossed /The 999 was answered ['nsd]..

k ) Des structures descriptives : il y a : there is (sg) a body ( un suffira , sinon ' there are bodies ...) / il y avait: there was no one (sg) to save ...

l ) Des auxiliaires modaux au ' prétérit'= modals .-- impossibilité : it could not be blotted out ( pour ceux qui l'ont préféré ainsi)/la capacité particulière : she was able to open ( dans ce cas de figure )/ l'incapacité : she couldn't (prononciation > nasalisation ) control.
-- Devoir , ordre à soi-même, conscience : she must call for the Fire Brigade . c'est plus fort qu'une obligation , c'est un devoir de citoyenne humaine ! She had to call..marquerait un embarras , elle pourrait se sentir forcée de ...( il lui fallait ).

Plus d'une heure de travail et zoup , l'ordinateur lui aussi est assiégé et s'interrompt sans cesse , avalant mes explications et ajouts ( cinema , peinture!) . Fed up for tonight .Sorry ...that is enough of it ! Have a good night . See you tomorrow night after my kiddies' day.

-------------------
Modifié par lucile83 le 01-10-2014 21:22
Bug police réparé.
-----------------
Merci beaucoup.Violet.



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 01-10-2014 à 21:12:56 (S | E)
There we are ! L'homo habilis, sedens = sitting , sapiens , sapiens sapiens est venu tout nettoyer ! Je peux vous retrouver ...sans crainte de crise .
Good evening , dear all,

II ] MOTS et EXPRESSIONS = WORDS and WAYS OF SAYING ( expressions)

1 ) She saw ( simple past ) : elle vit , elle réalisa , elle comprit: mais autre possibilité : durant sa marche ou course vers le garage , elle savait déjà . Nous avons été deux à opter pour la chronologie et l'antériorisation ( comme si PDJ avait écrit 'she had seen' : un plus- que -parfait )elle avait vu ( avant de venir ), elle avait réalisé , elle avait compris ( car, c'est aussi son sens)...peut-être bien avant d'arriver devant le garage . L'anglais emploiera plus de simple pasts que nous ; passer au temps plus approprié , cela se fait .( ce qui n'altère pas les passés simples pour autant).

2 )Here was the seat [st]of the fire : là se tenait ( situait) le foyer ( cœur) de l'incendie . Le siège . C'était là que le feu avait pris .
Comme la boulangerie de 'Pudding Lane ' on September 2nd 1666 ( sixteen sixty six)...[faut-il le dire , le boulanger attitré des rois se nommait ' Farynor' ( flour : la farine )], fut le foyer du Great Fire of London .
Lien internet

In the heart of the City.
Lien internet
Great Fire and bombing.10'30
Speaking of fire, it also makes me think of the ' Siege of Orleans ' Verb : to besiege [bi's] and of Joan of Arc who was burnt at the stake in Rouen.
Lien internet
. Besson vs Rivette . 2'30
Lien internet
.Incontournable DREYER. 5'

3 ) A small group of silver birch trees : un petit groupe = un boqueteau( bosquet, futaie) de bouleaux argentés . Ah! 'Le bois de bouleaux '( A.Wajda. Fin introuvable)! Ces arbres si élégants , presque soyeux à y poser les mains .

.. ......et ... Gustav KLIMT.1903.

4 )Ears full od sound (sg):the gushing (profusely, usually with a rushing sound )wind : un vent tourbillonnant au' débit' quasi incessant . To gush = to chat : parler continuellement , 'en rafale '.( comme un moulin).
-The hiss of the fire = the hiss of a snake : le sifflement ...( on l'entend rien qu'à le dire)[ ' Je le ssssavais SSSSire !'une autre culture ]/ Explosions [iks'pljnz]le'j' français son 'je' ,pas de signe, sinon sans le 'd'...

5 ) Pistol shots ( orig :shoot,shot,shot): des coups , des tirs de pistolet . Je ne voudrais pas dire de bêtise , mais il me semble avoir entendu des reporters français commenter un ' shoot' de football alors qu'il s'agit d'un ' shot' .( Shoot your shot'!) Pistol shots est une bonne allitération Ca tire mieux , ca siffle mieux, ca explose mieux que revolver shots , doesn't it ? ( même s'il s'agit de deux armes différentes, l'auteur sait ce qu'elle fait) (Répétition des consonnes initiales ou
intérieures dans une suite de mots pour obtenir un effet d'harmonie, de pittoresque ou de surprise (par exemple « De Ce Sacré Soleil dont je Suis deSCendue » [Racine]Wik.).
= •Michael Moore /•Donald Duck /....•Busy as a bee/•'Get your goat'(annoy, irritate)/
In Poe's poem ' The Raven': 'weak and weary; rare and radiant; silken and sad; deep and darkness; and wondering and fearing' are all examples of alliteration.

6 )Twigs
: des brindilles . Une est déjà petite ; elle peut encore être 'affectueusement' diminuée > Twiggy : does it ring a bell with many of you ? Rassurez-vous : elle est aujourd'hui de poids tout à fait ordinaire ...

.......... ............... ....

And I am going to close here for tonight , otherwise , I might be inventing English alliterations all night ! See you tomorrow (' all yours') Sleep well and have sweet dreams .

-------------------
Modifié par lucile83 le 04-10-2014 09:07
Bug police réparé.
---------------------------
merci encore : je n'ai pas compris pourquoi cela s'était produit ...



Réponse: Body in burning car /Version II de violet91, postée le 02-10-2014 à 16:58:03 (S | E)
Good afternoon , dear all and enjoy this sunny period ' after , no, before (the )fall'! ( Fall = autumn / and ' After the fall' being a great play by Arthur Miller .
Lien internet

7 ) Fireworks ['f wks]- usually plural-: feu(x) d'artifice .

8 ) Spent around her feet : les brindilles tombent à proximité , autour de ses pieds ( not at her feet). Spent pouvait être difficile : 'elles avaient fait leur temps' > burnt- out, consumed , dead . Eteintes, consumées.

9 ) The anguished ['ngwt]cry ( = shout ): attention à ces mots d'origine française et qui expriment des états .leurs degrés ne sont pas forcément les mêmes . Anguish means severe upset of pain, 'agony (attente insupportable) ,misery (malheur, chagrin = grief) , distress...: le cri de détresse.
Anxious = in a state , distressed, scared ,worried sick . ( anxieux , moins souvent)
Nervous = afraid,fearful ( apprehensive), aghast ,distressed...( nerveux , " " )
Nerveux et agité : on edge ( à bout), jittery( restless) , excited ( de joie), hectic ...
A la place de Tally, nous aurions été plus qu'angoissés ou anxieux .

10 ) To toss : jeter, lancer , ballotter , jouer à pile ou face ( to toss for).
Heads (pile) or tails (face)> to win the toss : gagner le tirage.
Lien internet
- Quite interesting .
Initiation : genre bizutage :Lien internet
. 0'37 .' Blanket tossing' a longtemps fait partie des initiations en grandes écoles anglaises : Roald Dahl ( comme d'autres auteurs)( Illustratorgreat Quentin Blake )outre d'autres ' vrais' harcèlements à Repton (fagging (les corvées)et bullying = bully boys/ to be bullied) , en parle dans sa biographie /' Boy ' followed by ' Going solo' .Lien internet
: you'll get to be used to listening to Scottish accent ( Glasgow) ( well done : primary school).
Les films ' If' et' Furyo' ( ' Merry Christmas Mr Lawrence ')montraient de terribles souvenirs ancrés dans la mémoire de l'enfance .
...'Imagine you and me ,no matter how we toss the dice 'Lien internet
. - 2'26
'The anguished cry was tossed aside' by the wind : to be tossed aside : (cast aside) jeté à côté ,englouti, perdu , emporté , balayé par le vent .

11 ) She could gaze only ['gz] : elle ne put poser les yeux sur , regarder, observer ...que( pas contempler qui est mélioratif# impropre à l'intense chaleur , au danger des flammes , à la fumée, à l'horreur )

12 ) Blotting paper : papier buvard, lingette (démaquillage) . A blot : une tache( a stain), une marque .
- To be blotted out :être effacé à jamais# ' Image indélébile' , une cicatrice morale indélébile , un souvenir indélébile comme l'encre : impossible à effacer ( plus que tenace).

13 ) To dash in : : entrer à toute vitesse, se précipiter dans- into ), s'élancer à l'intérieur.# filer ( discrètement ou pas , s'enfuir = anglaiser ?)) : to dash out ( à l'anglaise or to take French leave ), se précipiter à l'extérieur.

14 ) There was no one : aucun être humain, aucune âme qui vive ( no soul). Ni de nobody , encore moins de none.

15 ) to stick( stuck, stuck) out :pas simple à traduire ici : émerger , non, saillir, non...alors ? Sortir, dépasser : manque l'idée de raideur. Tirer (la langue), tendre (la main), se remarquer .
Lien internet
. Décontractons-nous , même s'il n'y arrive pas !
Wow ! en outre, entre ' to pull a face' = faire une grimace (d'abord! Je n'ai pas dit ' a long face' ou sous-entendu !)to stick out one's tongue : de quoi réfléchir.

16 ) Comparatif d'égalité : as stiff as : juste pour la prononciation > formes faibles de 'as' pour enfiler toute la suite [z stifz]

16 bis ) A scarecrow ['skkr] : un épouvantail. Il est intéressant de comparer les deux langues : littéralement -scare(épouvante-)crow (corbeaux , corneilles , choucas ...) et 'épouvantail à moineaux '( sparrows); sens figuré : une personne vêtue ' ridiculement' . la différence d'espèces doit se faire au niveau des jardins privatifs , vergers ( orchards) , potagers ( vegetable gardens , kitchen gardens) et dans les champs où partout en France aussi les corvidés pullulent ( au départ ils sont toujours deux !),se nourrissent et croassent , ' comme moi, je crois en toi' !
Lien internet
2'30.
............................................Vincent VAN GOGH.(1890)...............
17 ) Pulsing blood [bld]: et là commencent pour moi les 'soucis médicaux' ! Qui pulse et palpite ? the heart ,arteries veins and vessels / qui coule ( run and flow)? blood . To me , je 'ne sens pas bien' ce sang pulsant , mais pulsé ...mais je ne suis pas spécialiste . Me trompe-je ? En revanche , je sens bien que ce roman est palpitant ( thrilling). Ce sang palpitant m'a menée à la vie qui court avec lui.

18 ) The shattered [td] wind-screen : le pare-brise éclaté, brisé > les éclats de ...

19 ) The blackened['blknd] ball : la boule noircie ( as blackened by a scandal), carbonisée ( tire sur 'char'). Other models : to whiten ( a whitener)/ to redden .../ to frighten, to sweeten , to quieten = to make like this or like that.

20 )Voilà le mot et l'image les plus passionnants et impressionnants du passage ! Ah! Le travail ! On va entrer dans le macabre : paroles de chirurgien dentiste ! Merveilleuses trouvailles que 'snarl' et rictus !ou ( on serait reparti du côté de chez Ruth Rendell) . Mais au stade où en est 'the blackened ball' , plus de muscles , plus de chair qui puissent faire une mimique . Seul Hitchcock a osé le rictus de Mrs Bates' skull pour mieux nous horrifier ( Janet Leigh a eu du mal à s'en remettre) dans l'avant-dernière image de 'Psycho'!
Le monsieur m'a dit gentiment : c'est de la littérature ( et tant mieux s'il y en a ). Sans doute étiez-vous plus fortes en ' dentaire' , celles qui ont mis 'dentition , denture '...quant au chaos , l'enchevêtrement ? Impossible : 'les dents ne bougent pas '...elles permettent d'identifier au contraire ...Il a été appelé à le faire ( crash d'avion/ attentats mémorables). Regardez les dents restantes de l'homo sapiens...Lien internet

Il faut sans doute rester sur l'idée de PD James et O.Demange . Le rictus : comme on dit aujourd'hui : le lecteur est d'emblée 'impacté'. J'ai opté pour alignement des dents , sachant que la victime est un homme séduisant, aux dents de toute façon gleaming. ...Cela ne l'empêcherait pas, si il est cynique, de 'ricaner' en littérature , en voyant (ou pas , lisez ...) son (ou sa) meurtrier(e)bien connu(e). Woilà ...

21 ) Char :char in UK, regional, informal, dated (tea) thé nm
Let's have a nice cuppa char, Doris.
Prenons une bonne tasse de thé, Doris. [ je cherche depuis mes vingt ans pourquoi ma 'logeuse' cockney disait ce drôle de mot !)
-Charred flesh : la chair carbonisée [']reduced to carbon or charcoal.


22 ) A human head : article ' a' bien sûr car le'h' aspiré tient lieu de consonne ['hjmn]

23 ) To telephone for the Fire Brigade , to send for the doctor : appeler les pompiers à venir , envoyer chercher le docteur.

24 ) A dead weight un poids mort . Weight : substantif ; ne pas confondre avec to weigh et weighed : peser et pesait.

25 ) Clamped [klmpt]: qui adhère à , scellé ...comme dans les cauchemars d'enfant en particulier où l'on ne peut plus avancer pour rejoindre ses parents ou quelqu'un qu'on aime ...suivez-moi, docteur.

26 ) Muscles [mslz] (no cockles and mussels* 'homophone)= sinews.
.....................Lien internet
special and Irish ! Almost a singing lesson...

27 ) Iron ['n](triphtong): ah! pas simple à prononcer . Steel man , man of steel : l'homme d'acier .Le nom Staline a été attribué à J.Staline durant les années de clandestinité, il provient du mot russe сталь (stal) qui signifie acier( Wik.) Staline signifie en russe « homme d'acier / Iron man or lady : l'homme (ou la dame) de fer / 'The man of marble' : ' L'homme de marbre ' suivez Wajda, encore )
Lien internet
. ' L'homme de fer' en tournage .2mn

28 ) The inner pocket of her handbag ( purse / Inner and outer beauty .donc , les clés étaient très bien rangées ...and the ' gloves* [glvz]avaient fait leur travail ordinaire !

29 ) To cope with : se débrouiller , 'faire avec', essayer de trouver la clé à son problème .

30 ) Locks and bolts : les serrures , les verrous ( là, il nous faudrait (presque) un serrurier).The security lock s'emploie beaucoup en informatique . 'Chez' moi à Londres , il y avit : the lock : la serrure principale et the bolt :le verrou de sûreté.

31 ) A woman's voice , a man's voice , a male voice, a female voice . A male friend /a female friend .L'auteur fait son choix de femme. On imagine mieux , me semble-t-il,la personne physique , le rôle qu'elle a (switchboard operator)?)Une de mes anciennes élèves est lieutenant de sapeurs pompiers.

32 ) She sighed [sd] with relief [ri'lf](pl> reliefs) : elle poussa un soupir de soulagement .Ouf ! Phew !
phew
interj.Used to express relief, fatigue, surprise, or disgust.

whew
interj.Used to express strong emotion, such as relief or amazement.

....and that is it , friends ! I have closed in time before going to bed too late (00.11). I hope you (have) enjoyed this ' correction' . Thank you again to you all , I am not forgetting recent and new members on this excerpt .
How shall I finish prettily with ?
... Oxford......The bridge of sighs......Venice in London.TURNER (1840)
Have such a sweet night . Lien internet
( petite fenêtre et grand bonheur: 13 min de Stendhal's favourite).

-------------------
Modifié par lucile83 le 04-10-2014 09:09
Bug police réparé
-----------------------------------------------
-Gosh ! Thanks again .( sans doute , mes retouches et passage du PC à la tablette et vice -versa : I'll be careful ...) Violet



Réponse: Body in burning car /Version II de mamou3, postée le 04-10-2014 à 08:49:09 (S | E)

Merci beaucoup Violet ! Pour cet exercice, ta correction si complète et si riche des nombreux liens artistiques que tu nous proposes.  Du grand art comme d'habitude



Réponse: Body in burning car /Version II de car2bar, postée le 04-10-2014 à 12:35:54 (S | E)
Merci beaucoup, chère Violet, de nous offrir ce beau texte de P. D. James, ainsi que ta traduction toujours impeccable, tes commentaires éclaircissants et de nombreux liens si bien choisis : un éventail amusant, didactique, esthétique, fabriqué avec amour et pédagogie.



Réponse: Body in burning car /Version II de ariane6, postée le 04-10-2014 à 15:38:34 (S | E)
Merci Violet, c'était très bien !




Réponse: Body in burning car /Version II de eos17, postée le 05-10-2014 à 10:51:22 (S | E)
chère violet pour ce texte et ton travail d'explications, de recherche. pour tous les liens. Bon dimanche.



Réponse: Body in burning car /Version II de koreen2012, postée le 05-10-2014 à 13:34:03 (S | E)
Bonjour Violet merci beaucoup pour la traduction, les liens internet et toutes ces explications complètes cela est trés interessant et nous sera trés utile





[POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


Cours gratuits > Forum > Exercices du forum
Page 1 / 2 - Voir la page 1 | 2 | Fin | >>


Partager : Facebook / Twitter / ... 


> INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Une leçon par email par semaine | Aide/Contact

> COURS ET TESTS : -ing | AS / LIKE | Abréviations | Accord/Désaccord | Activités | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Be | Betty | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contractions | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Ecole | En attente | Exclamations | Faire faire | Famille | Faux amis | Films | For ou since? | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Get | Goûts | Grammaire | Guide | Géographie | Habitudes | Harry Potter | Have | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Make/do? | Maladies | Mars | Matilda | Modaux | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Neige | Nombres | Noms | Nourriture | Négation | Opinion | Ordres | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Plus-que-parfait | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Present perfect | Pronoms | Prononciation | Proverbes et structures idiomatiques | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Question Tags | Relatives | Royaume-Uni | Say, tell ou speak? | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Suggérer quelque chose | Synonymes | Temps | Tests de niveau | There is/There are | Thierry | This/That? | Tous les tests | Tout | Traductions | Travail | Téléphone | USA | Verbes irréguliers | Vidéo | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements

> NOS AUTRES SITES GRATUITS : Cours mathématiques | Cours d'espagnol | Cours d'allemand | Cours de français | Cours de néerlandais | Outils utiles | Bac d'anglais | Learn French | Learn English | Créez des exercices

> INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée | Cookies.
| Cours, leçons et exercices d'anglais 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.